Michelin est bientôt prêt à commercialiser ses pneus « sans air » increvables : fonctionnement et date de sortie

Michelin réinvente la roue

 

Faut-il réinventer la roue ? Michelin s'y attelle avec ce nouveau concept Uptis : des pneus « sans air » increvables

Qu’est-ce que le pneu Michelin Uptis ? Comment ça fonctionne ?

Michelin, fleuron français, travaille depuis années sur le concept de pneus anti-crevaison. La recherche et le développement de ce modèle a débuté en 2005. Après presque seize ans, le développement a fait un pas de plus – l’entreprise française a montré pour la première fois sa nouveauté sur une vraie voiture. Il s’agissait bien sûr d’une voiture électrique, une Mini Cooper SE.

L’Unique Punctureproof Tire System (UPTIS) est un pneu sans chambre à air (tubeless) qui, grâce à sa conception, ne nécessite pas de remplissage d’air et ne perce jamais. En 2017, Michelin avait déjà publié un exemple de vidéo dans laquelle on pouvait découvrir quelques éléments de sa conception.

Michelin Uptis sur une Mini électrique

Michelin Uptis sur une Mini électrique

Les pneus ont une structure spongieuse, ce concept Uptis combine une roue en alliage d’aluminium léger et une structure de support flexible en plastique renforcé de fibres de verre. Grâce à cette conception, ce nouveau concept devrait offrir les propriétés des pneus traditionnels.

Pour le moment, rien n’a été communiqué sur l’exigence du processus de production ou le tarif des matériaux utilisés. On ne sait donc pas dans quelle mesure ces pneus anti-crevaison seront plus chers que les pneus traditionnels. En tout cas, Michelin prévoit un lancement en 2024. L’entreprise française s’est associée au groupe GM pour la commercialisation de ces pneus qui sont en cours d’homologation.

L’objectif est d’augmenter la durée de vie des pneus et donc de réduire leur impact écologique

Il y a de nombreux facteurs d’usure qui entrent en compte, un pneu dure 20 000 à 90 000 kilomètres. Il faut donc compter entre 2 et 10 ans de durée. Cela fait les affaires de Michelin, évidemment. D’une courte tête, le groupe clermontois est à la première place du classement mondial des fabricants de pneumatiques, devant Bridgestone et Goodyear.

On se demande donc quel est l’intérêt financier du pneu Uptis, ce qui nous fait dire que ce dernier sera certainement plus cher que les pneus classiques. De plus, ces pneus ne semble pas corriger un des principaux problèmes des pneus actuels.

Le pneu, un désastre écologique

D’un point de vue écologique, le pneu « sans air » increvable serait bienvenu. Chaque année, trois milliards de pneus sont produits dans le monde. Le problème est que le carburant n’est pas la seule pollution du transport routier, les pneus et le revêtement des routes en sont deux autres. Nos pneus déposent des microplastiques (issus d’hydrocarbures d’origine pétrolière) partout, ils proviennent de l’abrasion et ils sont amplifiés par les coups de freins réguliers.

Premièrement, c’est un facteur polluant de l’air. Cela entraîne des maladies respiratoires, des allergies et même des cancers. Les micro particules de pneus sont un véritable fléau, plus ces poussières invisibles sont fines, plus elles entrent dans les poumons.

Deuxièmement, c’est également un désastre écologique. Une étude a été menée après que 2 millions de pneus aient été immergés en 1972 à environ un kilomètre au large de Fort Lauderdale en Floride (USA). En l’espace de 20 ans, sous la force des ouragans, une partie de ces pneus se sont éparpillés sur plusieurs dizaines d’hectares. On en retrouve sur les plages, dans les récifs naturels, bloquant la croissance des coraux et dévastant la vie marine.

Les derniers articles