4 fausses idées reçues sur la surveillance connectée de son logement

 

Vous hésitez à mettre en place une solution de surveillance connectée pour votre logement ? Il est tout à fait normal de se poser des questions et d’avoir des a priori sur les dispositifs mis en place. On vous explique pourquoi certaines idées reçues ne sont plus vraies aujourd’hui, notamment avec des solutions comme Maison Protégée d’Orange.

Source : Tobias Tullius via Unsplash

Source : Tobias Tullius via Unsplash

Pour mettre à plat ces a priori, nous allons nous appuyer sur la solution de surveillance connectée d’Orange avec son offre Maison Protégée. Il s’agit d’un service clé en main sans engagement. Si vous désirez protéger votre maison ou votre appartement, tout ce que vous avez à faire est de prendre un abonnement sur son site web. Un technicien se chargera ensuite de prendre rendez-vous avec vous pour installer gratuitement le matériel dans votre logement.

Voici justement tout ce que ne fait pas la solution d’Orange.

Idée reçue #1 : En prenant une solution de surveillance à distance on n’a plus d’intimité

Les solutions de surveillance à distance impliquent d’installer des capteurs de surveillance à des endroits clés de votre logement : des détecteurs de mouvement avec prise de photo, des détecteurs d’ouverture de porte et bien sûr une alarme. Ils sont présents pour détecter une intrusion et on pourrait alors penser que ce dispositif surveille le moindre fait et geste de l’utilisateur.

Ce n’est pas du tout le cas. Tous les détecteurs, pour commencer, ne sont actifs que quand vous le désirez. Dans le cas de la Maison Protégée d’Orange, c’est vous qui activez le système quand vous le souhaitez, par exemple via l’appli.

Détecteur d’ouverture, clavier numérique pour l’alarme, détecteur de mouvement avec prises de photo, détecteur de mouvement infrarouge, centrale d’alarme… Ces accessoires ne vous surveillent pas, ils fonctionnent seulement quand vous êtes absents ou quand vous avez besoin.

Détecteur d’ouverture, clavier numérique pour l’alarme, détecteur de mouvement avec prises de photo, détecteur de mouvement infrarouge, centrale d’alarme… Ces accessoires ne vous surveillent pas, ils fonctionnent seulement quand vous êtes absents ou quand vous avez besoin.

Et quand bien même ils sont actifs, ils ne communiquent pas en permanence avec le centre de surveillance d’Orange. En fait, les agents de surveillance à distance ne sont alertés que lorsque l’alarme se met en route, que les détecteurs de mouvement repèrent une activité suspecte et que vous ne répondez pas aux appels pour vous prévenir d’un déclenchement. Dans ce cas uniquement, ils regardent ce qu’il se passe chez vous. Vous êtes toujours le premier alerté.

Enfin, il faut bien noter qu’aucun des appareils de surveillance de la Maison Protégée d’Orange n’intègre de micro. Vous ne serez jamais écouté par ce dispositif de surveillance qui est avant tout une paire d’yeux supplémentaire.

Idée reçue #2 : Les détecteurs et les caméras de surveillance peuvent m’alerter pour rien

Si vous avez un animal de compagnie du genre noctambule, vous pouvez légitimement craindre qu’il affole tous les soirs les différents capteurs de mouvement situés dans votre logement. C’est ce qui s’appelle un faux positif et cela peut vite rendre caduc un dispositif de surveillance.

Ici encore, il s’agit d’un a priori. Placés stratégiquement par l’installateur de façon à ne pas être accessibles de nos amis les bêtes, les capteurs d’Orange sont ainsi capables d’ignorer les déplacements des animaux de compagnie de moins de 30 kilos.

Il aura beau se promener la nuit, il ne déclenchera jamais l’alarme.

Il aura beau se promener la nuit, il ne déclenchera jamais l’alarme. // Source : Paul Hanaoka via Unsplash

Par ailleurs, lorsqu’un mouvement suspect est détecté, vous êtes notifiés par un appel téléphonique, par un sms et un mail. Cette notification peut prendre plusieurs formes :

  • Un message pour vous avertir qu’une porte a été ouverte
  • Une photo prise par le détecteur de mouvement pour vous demander si tout est normal

Vous avez ensuite la possibilité d’indiquer qu’il n’y a pas de danger ou de passer la main au centre de télésurveillance. Si une intervention est nécessaire, le centre de télésurveillance déclenche l’intervention de l’agent de sécurité et/ou des forces de l’ordre.

Idée reçue #3 : En cas de coupure de courant ou d’Internet, il n’y a plus de protection

Une solution de surveillance connectée est forcément dépendante de l’électricité et d’Internet pour fonctionner. C’est effectivement le cas. Dans le cas d’Orange Maison Protégée, les différents détecteurs sont tous reliés à une centrale d’alarme qui s’occupe de centraliser les données et de les communiquer via Internet. Alors quand le courant se coupe ou que la connexion lâche… toute la protection devrait tomber et votre logement devrait devenir vulnérable.

En fait, les dispositifs de sécurité et de surveillance fonctionnent encore pendant des pannes. D’une part, les différents détecteurs fonctionnent sur piles. Même quand il n’y a plus de courant, ils continuent donc de fonctionner.

La centrale d’alarme est équipée d’une carte SIM GRPS. En cas de coupure Internet, elle se connecte alors au réseau mobile d’Orange. Elle possède également une batterie de secours, en cas de coupure de courant impromptue.

La centrale d’alarme est équipée d’une carte SIM GRPS. En cas de coupure Internet, elle se connecte alors au réseau mobile d’Orange. Elle possède également une batterie de secours, en cas de coupure de courant impromptue.

Quant à la centrale d’alarme, si elle est bien reliée au secteur et connectée à Internet via le WiFi de votre box Internet, elle dispose d’une batterie de secours (et vous prévient via une notification si la coupure de courant dure plus de 30 minutes) et dispose également d’une carte SIM pour basculer sur le réseau mobile en cas de coupure d’Internet.

Idée reçue #4 : L’installation est longue, coûteuse et contraignante

La surveillance de son logement demande plus ou moins de matériel en fonction de sa superficie et de sa nature (en maison ? en appartement ? en étage ou en rez-de-chaussée ?). Il y a donc plus ou moins de capteurs à installer, ce qui est coûteux et complexe. Sans parler de la désinstallation. Que faire des capteurs si vous ne souhaitez plus avoir de système de surveillance chez vous ?

Orange Maison Protégée est de ce point de vue la solution la plus flexible du marché. Il n’y a pas de devis ni besoin d’acheter et d’installer le matériel vous-même. Tout ce que vous avez à faire est de souscrire à un abonnement mensuel sans engagement sur le site d’Orange. Un conseiller va alors vous contacter pour prendre rendez-vous avec un technicien.

Lien YouTubeS’abonner à Frandroid

Celui-ci se déplacera alors chez vous pour expertiser votre logement, installer lui-même de la meilleure façon possible l’ensemble du dispositif et vous expliquer son fonctionnement. Une installation qui ne prend pas plus de deux heures. Le rendez-vous est gratuit et vous ne payez pas le matériel installé chez vous. Son prix est compris dans l’abonnement mensuel.

Enfin, comme il s’agit d’une solution sans engagement, vous pouvez mettre un terme à la solution de surveillance quand vous voulez. Les frais de résiliation ne coûtent que 49 euros et vous devez renvoyer le matériel par La Poste. Simple, efficace et peu contraignant.

Comment souscrire au service Maison Protégée d’Orange ?

Pour tout savoir sur la Maison Protégée d’Orange, nous avons créé une page spéciale sur Frandroid. Voici les prérequis pour pouvoir souscrire à cette offre :

  • Disposer d’une connexion Internet haut débit (Orange, Sosh ou tout autre fournisseur d’accès)
  • Être abonné à n’importe quel forfait mobile ou Internet fixe chez Orange ou Sosh (mobile, Internet ou Open)
  • Être un particulier et avoir un logement de moins de 200 m²
  • Ne pas posséder un ou plusieurs animaux de compagnie de plus de 30 kg au sein de votre logement
  • Le logement doit être situé en France métropolitaine

Maison Protégée dispose de deux offres, en fonction de la nature de votre logement : soit en maison ou appartement en rez-de-chaussée, soit en appartement en étage. Le matériel et le dispositif changent en fonction de sa disposition. Ce qui explique pourquoi il y a deux tarifs différents : 19,99 € /mois (pendant 6 mois puis 25,99 €/mois ensuite) pour un appartement en étage et 26,99 €/mois (pendant 6 mois puis 32,99 €/mois ensuite) pour une maison ou un appartement en rez-de-chaussée.

Les derniers articles