Nous avons pu tester longuement le nouvel ordinateur Raspberry Pi 4. Un ordinateur toujours vendu à bas prix et fortement personnalisable.

Le Raspberry Pi 4

Depuis leur lancement en 2012, la fondation Raspberry Pi propose des ordinateurs premier prix pour donner un premier accès à l’informatique, en particulier dans les milieux scolaires. Le succès de la petite carte a depuis largement dépassé ce cadre, et son faible prix a en particulier attiré les bidouilleurs de tout horizon.

La Raspberry Pi 4 est le dernier produit en date de la fondation, et propose un grand nombre de nouveautés. L’occasion pour nous de tester cet ordinateur. Ce test a été réalisé avec la version équipée de 2 Go de RAM, achetée par nos soins.

Mini PC à assembler

Si vous découvrez le produit, voici ce qu’il faut savoir sur la Raspberry Pi. Il s’agit en fait d’une petite carte, à peine plus grande qu’une carte bancaire, qui intègre un processeur ARM et un circuit graphique VideoCore de Broadcom.

L’utilisateur doit ensuite installer une carte micro SD, pour stocker le système d’exploitation, ajouter un boitier le plus souvent, et acheter une alimentation.

Dans le cas de la Raspberry Pi 4, l’alimentation se fait par le port USB Type-C, mais attention il ne suit pas exactement le standard et il faut faire attention à choisir un chargeur compatible.

Une fois cela fait, il ne reste plus qu’à brancher un écran, un clavier et une souris, et nous voilà face à un véritable ordinateur de bureau.

Les nouveautés

On l’a dit, la Raspberry Pi 4 intègre un certain nombre de nouveautés comparé à la troisième génération.

Le SoC utilisé est désormais un Broadcom BCM2711BO, qui remplace le BCM2837BO, et promet une hausse des performances. Cette dernière viendra également du surplus de mémoire vive qui passe de 1 Go de DDR2 à 1 à 4 Go de DDR4 selon les versions du Raspberry Pi 4.

Mentionnons également l’arrivée de 2 ports USB 3.0 avec 2 ports USB 2.0 (contre 4 ports USB 2.0 auparavant) et d’un port Gigabit Ethernet. On a enfin le droit à du Wi-Fi 5 (802.11ac) et du Bluetooth 5.0 intégré nativement.

Un bureau, un navigateur et des logiciels

Raspberry propose avec sa solution NOOBS le choix entre deux systèmes d’exploitation. Il est possible d’installer Raspbian, une distribution Linux avec un environnement de bureau similaire à ce que peuvent proposer Ubuntu ou Windows, ou LIbreELEC, une distribution pensée pour une utilisation media center.

Avec cette nouvelle génération, Raspberry met l’accent sur un usage de PC de bureau classique, et propose même un « Desktop Kit » pour 130 euros intégrant tout ce qu’il faut pour cet usage.

Le Desktop Kit du Raspberry Pi 4 : il ne manque qu’un écran.

Raspbian est un système qui va à l’essentiel : un bureau, un explorateur de fichier et quelques logiciels préinstallés (Libre Office, Chromium, VLC et des logiciels de programmation). On est loin de la farandole de fonctions offertes, mais pas toujours souhaitées, d’un Windows 10 ou d’un MacOS.

La petite Raspberry Pi s’utilise comme un PC

Le logiciel, et la Raspberry Pi, étant trop très populaire, il est très simple de trouver des guides ou tutoriels en ligne pour faire ce que l’on souhaite. On regrettera juste d’être trop souvent confronté au bon vieux terminal avec lignes de commandes. Une simple capture d’écran ? Lancer la commande scrot. Un gestionnaire des tâches ? Il faut lancer htop. On aimerait avoir plus de solutions avec des interfaces graphiques.

L’interface de Raspbian, le système d’exploitation conseillé pour le Raspberry Pi

Dans cette configuration, le Raspberry Pi ne vaut clairement pas un PC avec processeur AMD ou Intel, c’est bien normal, la puce intégrée est bien moins performante. Pour autant j’ai pu taper avec aisance toute une partie de ce test directement dans Chrome. Oui le logiciel est lent quand on est habitué à mieux, le changement d’onglet ou le chargement d’un logiciel prennent plus de temps, mais pour un ordinateur vendu autour des 50 euros, c’est vraiment pas mal. On pourrait d’ailleurs facilement imaginer avoir ici le premier PC d’un enfant : pratique pour ses devoirs ou ses recherches, sans demander de casser la tirelire.

Performances

Le Raspberry Pi 4 met surtout en avant son gain en performance permis par une belle mise à niveau du processeur central. Il est temps de mettre cette promesse à l’épreuve. Nous avons comparé les résultats avec ceux d’une Raspberry Pi 3.

Nous avons d’abord testé le processeur avec un test de compression et décompression LZMA avec 7-Zip, puis une conversion d’un fichier audio WAV en FLAC. Dans le premier test, nous obtenons un résultat de 3239 MIPS contre seulement 920 MIPS pour le Raspberry Pi 3B+. Le test de conversion en FLAC donne également des résultats impressionnant : seulement 109 secondes pour convertir le fichier de test, contre 347 secondes pour le Raspberry Pi 3B+.

Un Media Center 4K ?

Depuis la toute première génération, à la fois grâce à son petit prix et sa puce Broadcom, la Raspberry Pi est un formidable appareil multimédia. Pour un prix contenu, elle permet en effet de faire tourner le célèbre logiciel XBMC devenu Kodi, et peut décoder sans problème des vidéos mp4 encodés en H.264.

Si c’est uniquement cet usage qui vous intéresse, il faut ne faut pas utiliser Raspbian, le système avec l’interface d’un PC de bureau, mais LibreELEC, une autre distribution Linux. Cette dernière est quasi entièrement dédiée à Kodi, et à la lecture de fichiers multimédia. Plusieurs mois après la sortie du Raspberry Pi 4, et au moment où ce test est écrit, LibreELEC ne propose toutefois pas une version stable de son logiciel pour l’appareil. De l’aveu même du projet, la version 9.2 Beta 1 est plus proche d’une version alpha sur la Raspberry Pi 4.

Alors que la Raspberry Pi était jusqu’à limitée à du H.264 en 1080p, le Raspberry Pi 4 intègre désormais une puce capable de décoder le HEVC en 4K jusqu’à 60 images par seconde. Que ce soit avec LibreELEC, ou sous Raspbian en utilisant VLC, nous n’avons jamais réussi à lire la vidéo test Big Buck Bunny en 4K avec H.264, il faudra se limiter au 1080p avec ce format. Malgré la promesse, nous n’avons pas non plus été capables de lire la vidéo test Jellyfish en 4K encodés en HEVC. Le fichier est bien ouvert par Kodi, mais la lecture de la vidéo n’est pas fluide.

Quid de l’émulation ?

Le Raspberry Pi est aussi une machine très populaire pour s’essayer au rétrogaming, c’est-à-dire jouer en émulation à de vieux jeux vidéo. Nous avons ici utilisé la distribution dédiée Lakka, qui utilise le célèbre Retroarch pour gérer les émulateurs.

Avec son nouveau processeur, de nouveaux jeux s’ouvrent à la Raspberry Pi 4. Lors de nos tests, nous avons en effet pu obtenir une fluidité constante à 60 images par seconde avec de nombreux jeux sur Mesen (émulateur NES), Game Boy (émulateur Sameboy) et même PlayStation (PSCX).

Pour le moment, il n’est pas possible d’émuler de meilleures machines. Il faudra patienter pour que les projets s’adaptent pleinement à la Raspberry Pi 4.

Un problème de chaleur

Il est temps de parler du problème principal de la Raspberry Pi 4. Il a tout autant été constaté par nos soins directement sur notre modèle, que par l’ensemble de la presse. La Raspberry Pi 4 chauffe, et elle chauffe encore plus que la Raspberry Pi 3 qui souffrait déjà de ce problème.

Malheureusement, la carte n’est pas fournie avec un système de refroidissement : la puce est pour ainsi dire nue sur la carte. Cela signifie que sur une session prolongée de jeux ou de travail intense, la machine pourra perdre en performance pour tenter de dissiper la chaleur.

Pour corriger ce problème, il faut acheter un dissipateur à placer sur la puce. On peut déjà en trouver pour quelques euros sur Amazon, et certains proposent même d’attacher un ventilateur.

Disponibilité et prix

Le Raspberry Pi 4 est officiellement disponible en France à partir de 38 euros pour la version 1 Go de RAM, et jusqu’à 60 euros pour la version avec 4 Go de RAM. Le modèle testé ici était équipé de 2 Go de RAM et a été acheté sur Amazon pour 54 euros environ. Pour utiliser la Raspberry Pi 4, on vous recommande également le chargeur compatible utilisé pour ce test, et une carte micro SD.

Retrouvez le Raspberry Pi 4 sur Amazon

Nos photos

Note finale du test 8/10
Le Raspberry Pi 4 marque une belle évolution pour le célèbre mini PC. Pour un prix toujours aussi contenu, on a désormais une carte intégrant des technologies bien plus modernes : affichage 4K, connecteurs USB 3.0, Wi-Fi et Bluetooth 5.0. Cette belle évolution a malheureusement un coût : un logiciel qui manque encore de finitions, avec notamment des logiciels plutôt optimisés pour les générations précédentes de Raspberry Pi.

Si vous vous intéressez pour la première fois à l'appareil, il ne fait aucun doute que c'est vers ce modèle qu'il faut se tourner. La Raspberry Pi 4 est se montre une nouvelle fois idéale pour la bidouille, pour être transformée facilement en PC d'appoint, box média center ou encore petite console de rétrogaming.
Points positifs
  • Performances accrues
  • Ports USB 3.0
  • Wi-Fi 5 et Bluetooth 5.0 embarqué
  • Compatible 4K UHD
Points négatifs
  • Demande un refroidissement dédié
  • Lenteur dans les vidéos 4K HEVC
  • Logiciels pas aussi compatibles avec le Pi 3B+