« Tout le monde ne peut pas lutter » : pourquoi ce constructeur chinois de voiture électrique quitte en partie l’Europe

 

Le groupe chinois Great Wall Motor, qui possède notamment Ora et Wey, annonce la fermeture de son siège en Europe. S’il continuera à commercialiser ses voitures électriques chez nous, les rumeurs de hausse des droits de douane et la baisse de la demande devraient fortement lui compliquer la tâche.

Depuis quelques années, les constructeurs chinois envahissent massivement l’Europe, et cela s’est tout particulièrement vu lors du dernier Mondial de l’auto de Paris en 2022. Et la tendance se poursuit encore et encore…

Un départ à venir ?

On pense par exemple à des marques telles que MG ou encore BYD, qui est même devenu brièvement le numéro 1 de l’électrique dans le monde devant Tesla en tout début d’année. Mais d’autres marques arrivent également en force, comme Nio et Xpeng pour ne citer qu’elles, tandis qu’un autre avait aussi fait sensation au salon parisien en octobre 2022. Il s’agit de Great Wall Motor, qui est en fait un groupe chinois, maison-mère des marques telles que Wey et Ora, dont nous avions pu découvrir l’adorable Funky Cat.

Fin 2023, le groupe asiatique annonçait la simplification de ses gammes, mais surtout la création d’un centre de développement en Europe. Et ce alors que les constructeurs chinois de voitures électriques sont de plus en plus nombreux à tenter leur chance chez nous.

Mais moins d’un an plus tard, les choses ne sont finalement pas aussi roses que prévu, bien au contraire. C’est ce que confirme un porte-parole de la firme basée à Baoding, près de Pékin, interrogé par les journalistes du site Automotive News Europe.

Celui-ci confirme en effet que le groupe va fermer son siège en Europe, actuellement situé à Munich, en Allemagne. Une décision qui sera effective à partir du 31 août 2024, ce qui devrait entraîner la suppression d’environ une centaine d’emplois selon le constructeur chinois.

La raison de ce changement de stratégie si soudain : une mesure annoncée par l’Union Européenne, qui veut tout faire pour mettre des bâtons dans les roues des constructeurs asiatiques. Ce porte-parole de la marque dénonce une « menace très concrète de taxes punitives », qui « crée une très grande incertitude pour une entreprise comme la nôtre qui possède une gamme de véhicules électriques ».

Ora Funky Cat // Source : Frandroid

Et pour cause, Bruxelles envisage de faire grimper les droits de douane sur les voitures venues de l’Empire du Milieu, qui passeraient de 10 % à l’heure actuelle à 25 %. Une augmentation qui avait récemment été préconisée par une étude, et qui permettrait d’avoir véritablement un impact sur les importations de voitures chinoises sur le Vieux Continent. Même si rien n’est encore décidé pour le moment, et ce alors qu’une enquête est également en cours contre les constructeurs chinois.

Des voitures toujours commercialisées en Europe

Ces derniers sont accusés de concurrence déloyale, puisqu’ils profiteraient de subventions accordées par le gouvernement chinois afin d’afficher des prix très bas, bien plus que les marques européennes. Quoi qu’il en soit, le groupe Great Wall Motor ne va pas quitter définitivement l’Europe pour autant.

Ora Lightning Cat // Source : Ulrich pour Frandroid

Le porte-parole de l’entreprise confirme qu’elle continuera d’y vendre ses voitures, dont celles de la marque Ora. Elle prévoit également d’importer chez nous des modèles thermiques, qui ne seraient pas impactés par l’augmentation des droits de douane.

Cependant, la société asiatique a également décidé de ralentir sur son projet de produire ses propres batteries sur le Vieux Continent, puisque son partenaire Svolt a annoncé l’annulation de la construction de l’usine dédiée. Cette dernière devait être implantée en Allemagne également, et plus précisément à Brandenburg. Un autre site situé à Überherrn serait toujours envisagée, mais sa construction est pour le moment reportée, sans que l’on en sache plus pour le moment.

Ora Lightning Cat // Source : Ora

Pour mémoire, Great Wall Motor a ouvert son siège européen en 2021 et avait prévu d’atteindre les 300 employés en 2022. La firme a écoulé 1 621 voitures électriques sur le Vieux Continent depuis le début de l’année, et notamment des exemplaires de la Ora 03, le nouveau nom de la Funky Cat.

Désormais, les voitures de l’entreprise seront vendues par des distributeurs indépendants, dirigés par Great Wall en Chine. La firme subit également de plein fouet la baisse de la demande pour les autos électriques, notamment en raison de la suppression des aides financières dans certains pays. En France, le gouvernement a quant à lui retiré le bonus pour les modèles chinois via un système de score environnemental.


Si vous voulez recevoir les meilleures actus Frandroid sur WhatsApp, rejoignez cette discussion.