Bouygues Telecom attaque SFR sur les prix d’accès à son réseau fibre

Bouygues Telecom voit rouge

 

Dans le cadre du plan France Très haut débit, SFR doit ouvrir son réseau de fibre aux autres FAI à « prix raisonnable ». Mais selon Bouygues Telecom, l’opérateur au carré rouge pratique des tarifs prohibitifs. Il a donc déposé une demande de règlement de différend à l’Arcep.

Rien ne va plus entre SFR et Bouygues Telecom. Alors que l’État s’est engagé à fournir un internet très haut débit à tous les Français d’ici à 2022, les deux opérateurs ne s’entendent plus sur les conditions de déploiement de la fibre.

Actuellement, Bouygues Telecom ainsi que d’autres opérateurs utilisent le réseau de fibre de SFR ou d’Orange pour raccorder les foyers des villes moyennes et les périphéries de grandes agglomérations. Les deux entreprises avaient pris l’engagement devant l’Arcep (régulateur du secteur) d’ouvrir ces réseaux aux autres opérateurs à « prix raisonnable ». Bouygues Telecom avait alors misé sur le réseau de fibre de SFR.

Problème : SFR a augmenté ses tarifs et Bouygues Telecom considère désormais qu’ils sont prohibitifs. Selon nos confrères de La Tribune, les dirigeants de Bouygues ont même déposé une demande de règlement de différend à l’Arcep.

L’augmentation des prix passe mal

Toujours selon La Tribune, le tarif de cofinancement (la somme que les opérateurs sont prêts à verser à SFR pour financer le déploiement de la fibre) est passé de 5,32 euros à 5,80 euros mensuels par ligne. Mais ce n’est pas tout. SFR a aussi augmenté le prix de la location d’une ligne. Elle coûte désormais 16,73 euros par mois, contre 16,40 euros auparavant. La pilule a d’autant plus de mal à passer que SFR était déjà plus cher qu’Orange (13,20 euros la location de ligne en zone moyennement dense) lorsque les opérateurs ont choisi de lui faire confiance.

De plus, le raccordement à la fibre SFR se révèle plus coûteux techniquement qu’un raccordement au réseau d’Orange. Autant d’arguments qui suscitent la colère chez Bouygues Telecom et d’autres opérateurs. Certains d’entre eux estiment même que la politique tarifaire de SFR vise à décourager les concurrents de proposer des offres de fibre concurrentes et ainsi garder la plus grosse part du gâteau.

L’Arcep va trancher

Toujours dans les colonnes de La Tribune, un expert du secteur explique que les critiques à l’encontre de SFR ne sont pas toujours justifiées. D’après lui, Bouygues Telecom aurait pu signaler les pratiques tarifaires de l’opérateur au carré rouge il y a longtemps, puisque le prix de la location de ligne (16,40 euros) n’a pas bougé depuis 2012. Quant à la comparaison avec Orange, elle ne tient pas, l’installation de la fibre chez SFR nécessitant plus d’investissements que chez l’opérateur historique.

Enfin, il explique que Bouygues Telecom aurait pu adopter dès le début une autre stratégie. Au lieu de louer le réseau de fibre de SFR, il aurait pu se rapprocher de l’opérateur pour co-investir dans la création du réseau. Il reviendra donc à l’Arcep de trancher. Sébastien Soriano, son président, confirmait la semaine dernière que ce dossier ferait l’objet d’une analyse approfondie . Il déclarait alors :

Il y a aujourd’hui, dans les zones privées, un travail en cours de l’Arcep, puisqu’un des grands opérateurs qui déploie la fibre a des pratiques tarifaires qui posent question. Je veux dire que nous y travaillons. L’Arcep ne laissera pas de passager clandestin dans le système. Elle ne laissera pas un acteur profiter de la situation pour pratiquer des prix plus élevés en ayant instauré un monopole privé. Comptez bien sur l’Arcep pour remettre les points sur les « i » à ce sujet.

Le message semble clair comme de l’eau de roche. Espérons simplement que ces querelles ne retarderont pas encore le déploiement du très haut débit en France.

Les derniers articles