Nous avons pu directement prendre en main le Razer Phone 2, nouveau smartphone de la marque américaine ayant lancé la mode des « smartphones gamers ». Après un modèle réussi, mais aisément critiquable, l’entreprise offre une cure de jouvence à sa formule sans la changer pour autant.

Beaucoup ont pu passer à côté de l’annonce du Razer Phone fin 2017 ; il faut dire que la marque est surtout connue des joueurs PC. Pourtant, son arrivée a lancé une petite vague sur le marché : celle des smartphones dédiés aux gamers.

Entretemps, Xiaomi a sorti son Black Shark, Asus a annoncé son ROG et Nubia son Red Magic. La tendance se confirme comme importante et attise la curiosité : il était donc temps de répondre à cette nouvelle compétition avec un nouveau modèle. Entre le Razer Phone 2, que nous avons pu prendre en main.

Notre prise en main en vidéo

Lien YouTube S’abonner à FrAndroid

Fiche technique du Razer Phone 2

Modèle Razer Phone 2
Version de l'OS Android 8.1
Interface Android Stock
Taille d'écran 5,72 pouces
Définition 2560 x 1440 pixels
Densité de pixels 513 ppp
SoC Snapdragon 845 à 2,8GHz
Processeur (CPU) ARMv8
Puce Graphique (GPU) Adreno 630
Mémoire vive (RAM) 8 Go
Mémoire interne (flash) 64 Go
MicroSD Oui
Appareil photo (dorsal) Double capteur 12 Mégapixels
Appareil photo (frontal) 8 Mégapixels
Enregistrement vidéo 4K
Wi-Fi Oui
Bluetooth 5.0 + ADP + aptX + LE
Réseaux LTE, HSPA, GSM
Bandes supportées 2100 MHz (B1), 800 MHz (B20), 1800 MHz (B3), 2600 MHz (B7), 700 MHz (B28)
SIM 2x nano SIM
NFC Oui
Ports (entrées/sorties) USB Type-C
Géolocalisation Oui
Batterie 4000 mAh
Dimensions 158,5 x 78,99 x 8,5 mm
Couleurs Noir
Prix 849€
Fiche produit

Same player, play again

Sur le plan du design, Razer a fait… une Razer. À l’image de sa gamme d’ordinateurs portables Blade, il n’a pas beaucoup changé entre le premier et le second modèle. Nous avons toujours ici une plaque de verre rectangulaire au design extrêmement industriel, qu’un Steve Jobs n’aurait pas renié.

Il existe une différence majeure toutefois : cette année, le dos est en verre et les bordures légèrement plus arrondies. De même, le téléphone est un petit peu plus grand (de l’ordre de quelques millimètres) et un petit peu plus épais. Il n’empêche que la sensation en main est presque identique au Razer Phone premier du nom, qui était déjà un très grand téléphone.

 

Que les amateurs de la marque se rassurent : cette fois-ci, le logo au dos est bien bardé de LEDs RGB sous l’appellation Chroma, dont nous verrons le fonctionnement dans la partie logicielle de cette prise en main. Le placement du double capteur photo arrière a également été revu : il est désormais parfaitement centré en haut du téléphone, juste au-dessus du logo de l’entreprise, et n’organise pas ses capteurs de la même manière.

Tout le reste est parfaitement identique à l’année dernière, de ses boutons de volume arrondis à son capteur d’empreintes sur la tranche… sans compter, évidemment, l’absence de prise jack remplacée par un adaptateur pour le port jack.

Surtout, il garde son plus grand argument qui est évidemment ses larges haut-parleurs à l’avant qui n’empêchent plus le téléphone d’être certifié IP67 cette fois-ci. Voilà une belle dernière avancée pour ce smartphone se voulant être le « flagship gaming » absolu.

16:9 et 120 Hz sinon rien

Le Razer Phone 2 s’équipe là encore, sur le papier, de la même dalle que l’année dernière. Nous avons le droit à un écran LCD IGZO de 5,7 pouces en définition Quad HD. Il conserve toujours le ratio 16:9, quand bien même la majorité des smartphones est passée au 18:9 désormais, et un taux de rafraîchissement à 120 Hz qu’il est le seul à posséder sur mobile.

Pourquoi ? Pour les gamers bien sûr. La marque met en avant le fait que les grands jeux vidéo sont tous prévus pour un ratio d’image en 16/9ème, à l’image de Fortnite par exemple, et qu’il est ainsi naturel pour un smartphone concentré sur le jeu de conserver ce ratio d’affichage. De même, un taux de rafraîchissement supérieur est demandé sur l’espace PC, ce que la marque est la seule à proposer sur le smartphone.

La dalle n’est qui plus est pas totalement inchangée. Toujours compatible Netflix HDR, elle passe désormais à un espace colorimétrique 10bit toujours plus étendu. Qui plus est, il est largement plus lumineux que l’année dernière (on nous promet un maximum de 650 nits) et cela se voit : côte à côte avec son successeur, le Razer Phone premier du nom fait pâle figure.

La même chose en mieux, une nouvelle fois. Il semble qu’il s’agisse de la philosophie adoptée cette année pour ce modèle, ce qui est loin d’être un mal lorsque l’on pose les yeux sur ce sublime écran.

Ouf, un Snapdragon 845 et 8 Go de RAM

La rumeur prêtant au Razer Phone 2 un Snapdragon 835 était bien infondée, et heureusement : il s’occupe évidemment du Snapdragon 845, et continue sur sa lancée avec 8 Go de RAM LPDDR4X… comme l’année dernière. La marque « se contente » de promettre des performances 20% supérieures à la génération précédente, soit l’écart naturel entre les deux SoC.

On a tout de même pu le tester rapidement en jeu sur un début de partie de PUBG Mobile, évidemment réglé au maximum de ses capacités. Il n’y a pas : la fluidité était au rendez-vous, et le jeu absolument magnifique. Si le titre ne sait pas (encore) tirer partie de l’écran 120 Hz, il reste sublime à observer sur cette configuration et particulièrement agréable à jouer.

Reste un gros problème : la chauffe. Située au niveau du double capteur photo, elle est apparue dès les premières minutes de jeu et n’a fait que s’intensifier. Voilà un point inquiétant pour le téléphone, bien que son firmware sur cet essai était loin d’être finalisé : espérons que la situation s’améliore avant la sortie du téléphone.

Chroma est enfin là

Au niveau logiciel, le Razer Phone 2 est équipé d’Android 8.1 Oreo avec le patch de sécurité d’octobre. Il est dommage de ne pas voir d’entrée de jeu Android 9.0 Pie, particulièrement sur un téléphone qui s’attarde à garder l’expérience Android la plus proche du pur possible.

Comme l’année dernière, son lanceur d’applications de choix est Nova Launcher, installé par défaut sur le téléphone en prime d’une boutique de thème. Rien de neuf dans l’absolu pour cette formule, qui a déjà fait ses preuves.

On retiendra surtout l’arrivée d’une nouvelle application Chroma, qui permet de gérer précisément le comportement de la LED au dos du Razer Phone 2. Les membres du « culte de Razer » (comme l’entreprise le nomme) retrouveront vite leurs marques, puisqu’il s’agit des mêmes options que l’on peut également trouver sur leurs claviers ou souris (entre autres).

Voilà, enfin un smartphone gamer qui assume sa LED jusqu’au bout. Vous pouvez choisir entre trois réglages d’utilisation : à niveau bas, la LED ne s’allume que lorsque le téléphone reçoit une notification. À niveau moyen, la LED s’allume pour une notification et lorsque le téléphone n’est pas en veille. Au plus haut niveau, elle reste allumée.

Vous pouvez, comme sur n’importe quel appareil Razer récent, la configurer en divers mode : lumière statique, dont vous définissez le coloris. « Respirant », qui allume et éteint la LED progressivement au rythme d’une respiration. Et enfin « Spectrum », qui va progressivement changer le coloris pour faire le tour complet des 16,8 millions de couleurs qu’il est capable d’afficher.

C’est là la plus grande nouveauté, le reste étant le « Razer Cortex » qui est un centre de jeu se chargeant d’optimiser automatiquement les réglages des titres installés sur votre smartphone pour en tirer les performances optimales. C’est léger, mais c’est aussi proche du stock que « gamer » : c’est tout ce que l’on demande.

Le plus grand point à améliorer

Le Razer Phone 2 s’équipe à l’arrière d’un double capteur photo conservant la même philosophie que le premier modèle. Le capteur principal est un 12 mégapixels à objectif grand-angle f/1.75 avec autofocus équipé de l’OIS, tandis que le second est un 12 mégapixels à objectif telephoto à ouverture f/2.6.

La photo était définitivement le point faible du premier modèle. Ici… cela semble être toujours un peu le cas. Notons tout de même que la version que nous avons pu prendre en main ne disposait pas du logiciel final, et que l’on nous a certifié que la qualité allait être drastiquement différente à la sortie.

De quoi se rassurer, puisque les performances du Razer Phone 2 sur place n’étaient pas nécessairement dignes d’un flagship de 2018. Sans être mauvaise, la qualité laisse à désirer et les quelques clichés que nous avons pu prendre étaient bons, mais manquaient de profondeur avec des couleurs souvent ternes et des lumières moins bien gérées que sur les autres smartphones.

Le capteur en façade, un 8 mégapixels à objectif ouvrant en f/2.0, fait lui du plutôt bon travail même si on aurait apprécié un piqué un peu plus travaillé. En l’état, c’est plutôt bon, mais on espère avoir mieux sur cette tranche tarifaire.

Razer promet surtout que cette seconde génération sera l’occasion d’avoir toujours plus de réglages et de modes pour son application appareil photo. Le mode portrait par exemple est bien présent, et son rendu est correct pour le moment. Un mode beauté sera également de la partie, tout comme un mode panorama. Les vidéos au ralenti à 120 fps sont également de la partie, bref : les options basiques de tous les smartphones sont bien intégrées cette fois-ci.

Rechargez comme vous le voulez

Le dos en verre du Razer Phone 2 lui permet d’être compatible désormais avec la recharge rapide sans fil sur le protocole le plus puissant actuellement disponible pour la technologie Qi. Il conserve à côté sa grande batterie de 4 000 mAh qu’il couple à la technologie de recharge rapide Quick Charge 4.0+.

Le Razer Phone premier du nom était le premier smartphone compatible avec cette dernière. Un an plus tard, il n’existe toujours que deux téléphones en profitant : les deux produits Razer. Entre-temps cependant, d’autres technologies performantes vont ou sont arrivées sur le marché, à l’image du Super VOOC d’Oppo rechargeant le téléphone en 30 minutes seulement. Il nous faudra tester tout cela.

Le premier smartphone du constructeur était impressionnant en autonomie, et nous ne voyons pas là de signes indiquant qu’il ne le sera pas une nouvelle fois. Pour la recharge sans fil, Razer va également mettre à disposition son propre stand… compatible Chroma également, évidemment. Celui-ci n’a rien de particulier en dehors de cela et, connaissant le constructeur, devrait coûter une petite fortune alors qu’il ne sera pas fourni avec le téléphone.

Nul besoin de passer par l’accessoire officiel cependant, puisque c’est le standard Qi qui est utilisé : n’importe quel chargeur sans fil fonctionnera avec le Razer Phone 2.

Le Razer Phone S ?

Vous l’aurez sûrement compris : ce Razer Phone 2 est avant tout une évolution de la formule du constructeur, comme on peut voir sur ses ordinateurs par ailleurs. Le « moule » n’a pas été revu, mais tous les défauts rencontrés sur le premier modèle ont été corrigés, en prime d’accorder plus de place aux fonctionnalités récentes, mais demandées comme la recharge sans fil.

On retiendra donc surtout de ce Razer Phone 2 sa certification IP67 et son logo enfin compatible Chroma. C’est à peu près tout, le reste jouant toujours sur les forces du premier modèle : le seul vrai écran 120 Hz sur mobile (et pas juste la surcouche tactile comme sur les iPhone XS) et des haut-parleurs qui sont tout simplement les meilleurs disponibles, faute de concurrence.

Si cette formule vous attirait déjà sur le premier Razer Phone, alors ce Razer Phone 2 vous est plus que recommandé. Mais si vous n’aviez déjà aucune intention d’acheter le premier modèle, ce second n’est pas là pour vous faire changer d’avis.

Date de sortie et prix

Le Razer Phone 2 sera disponible en précommande à partir du 11 octobre à 21h01 sur le site officiel Razer. Le smartphone sera vendu 849 euros, soit 100 euros de plus que le précédent modèle.

Galerie photo