Lorsqu’il s’agissait de recommander un smartphone premier prix, le nom de Xiaomi revenait souvent aux oreilles. En effet, le constructeur chinois s’est forgé une forte réputation au fil des années en proposant des smartphones avec un rapport qualité/prix excellent, et ce n’est pas le nouveau Redmi 7 qui vient déroger à la règle. Cependant, le marché bouge sans cesse et les autres constructeurs revoient leur stratégie, comme c’est le cas de Samsung avec sa gamme Galaxy A remise au goût du jour. Le modèle le plus abordable d’entre eux est le Samsung Galaxy A10 et il vient justement concurrencer le smartphone bon marché de Xiaomi. À l’aide de notre comparatif détaillé, découvrez lequel des deux est le meilleur smartphone

Si l’on avait l’habitude de la pratique agressive des prix de Xiaomi, on l’est en revanche un peu moins avec Samsung. En tant que leader du marché, le constructeur coréen s’est longtemps reposé sur ses lauriers en apportant sur le marché des smartphones d’entrée et de milieu de gamme pas forcément mauvais, mais bien trop onéreux en comparaison de la concurrence. Aujourd’hui, la tendance s’inverse avec le renouveau de la gamme Galaxy A. Le modèle du bas du panier — le Galaxy A10 — est proposé à 159 euros à son lancement, ce qui le positionne exactement sur la même tranche tarifaire que le Xiaomi Redmi 7. Quelle solution faut-il alors choisir si l’on a une petite bourse ?

Quel est le meilleur smartphone entre un Samsung Galaxy A10 et un Xiaomi Redmi 7 ? Design, performances, photo, autonomie… Découvrez notre comparatif détaillé opposant les deux smartphones !

Fiches techniques

Modèle Samsung Galaxy A10 Xiaomi Redmi 7
Version de l'OS Android 9.0 Android 9.0
Taille d'écran 6.2 pouces 6.26 pouces
Définition 1520 x 720 pixels 1520 x 720 pixels
Densité de pixels 271 ppp 269 ppp
Technologie LCD LCD
SoC Exynos 7884 Snapdragon 632
Puce Graphique (GPU) ARM Mali G71 Qualcomm Adreno 506
Mémoire vive (RAM) 2 Go 2 Go
Mémoire interne (flash) 32 Go 16 Go, 32 Go, 64 Go
Appareil photo (dorsal) Capteur 1 : 13 Mpx
Capteur 1 : 12 Mpx
Capteur 2 : 2 Mpx
Appareil photo (frontal) 5 Mpx 8 Mpx
Enregistrement vidéo N/C 1080p
Wi-Fi Wi-Fi 4 (n) Wi-Fi 4 (n)
Bluetooth 5.0 4.2
Réseaux LTE, HSPA, GSM LTE, HSPA, GSM
Bandes supportées 2100 MHz (B1), 800 MHz (B20), 1800 MHz (B3), 2600 MHz (B7) 2100 MHz (B1), 800 MHz (B20), 1800 MHz (B3), 2600 MHz (B7)
NFC Non Non
Capteur d'empreintes Non Oui
Ports (entrées/sorties) microUSB microUSB
Batterie 3400 mAh 4000 mAh
Dimensions 75.6 x 155.6 x 7.9mm 75.6 x 158.7 x 8.5mm
Poids 168 grammes 180 grammes
Couleurs Noir, Bleu, Rouge Noir, Bleu, Rouge
Prix 129€ 131€
Fiche produit | Test Fiche produit | Test

Design : la compréhension du « borderless » est importante

À ce prix, le Samsung Galaxy A10 ne fait pas de folies, il fait juste dans la simplicité et l’efficacité. On retrouve un côté un peu « cheap » avec ce dos en plastique qui rappelle fortement les smartphones d’il y a quelques années, mais le design global est plutôt bon. Il est léger (seulement 168 grammes), tout en rondeurs pour faciliter la préhension et surtout agréable à regarder. Il a la particularité de proposer des bordures très fines autour de l’écran, ce qui permet notamment à sa dalle de 6,2 pouces de ne pas paraître totalement démesurée en comparaison du gabarit du téléphone. Un détail qui a son importance puisqu’une bonne majorité des smartphones disponibles sur cette tranche tarifaire ne profite pas d’une finition aussi exemplaire.

En ce qui concerne le Xiaomi Redmi 7, il fait également des sacrifices esthétiques pour rentrer dans cette gamme de prix. Il se base sur le design du Note 7 en reprenant le même gabarit agréable en main, les bords bien arrondis et surtout l’encoche en goutte d’eau sur la partie supérieure de l’écran. Toutefois, il change quelques éléments qui ne sont pas forcément à son avantage, notamment avec un dos en plastique à effet verre pas vraiment convaincant. De plus, les bordures autour de la dalle sont bien plus protubérantes que sur le Galaxy A10, ce qui induit une taille de smartphone plus imposante en main malgré qu’ils partagent tous deux la même diagonale d’écran.

Sur cette tranche tarifaire, il ne faut pas s’attendre à un design excellent en tout point, car il y a forcément eu quelques sacrifices. Les deux smartphones ne brillent définitivement pas dans cette catégorie, mais force est de constater que Samsung crée bien l’illusion. Ses bordures relativement fines laissant toute la place à l’écran apportent ce côté « presque » premium que l’on ne retrouve pas sur le smartphone de Xiaomi.

Écran : Samsung battu sur son propre terrain

Si Samsung est toujours l’un des premiers à être félicité pour la qualité de ses écrans, ce n’est malheureusement pas le cas sur le Galaxy A10. Pas d’AMOLED, le smartphone doit se contenter d’un écran IPS LCD de 6,2 pouces affichant une définition HD+ de 1520 x 720 pixels et on ne peut pas dire que ce soit un choix judicieux de la part du constructeur coréen. La couleur blanche est aux abonnés absents pour un rendu bleu-vert pas vraiment agréable à regarder et, pour couronner le tout, ce n’est même pas réglable depuis les paramètres du téléphone. Heureusement que la luminosité — suffisante pour consulter le smartphone en plein soleil — est là pour rattraper (un peu) le coup.

Du côté de Xiaomi, on retrouve également une dalle IPS LCD de 6,2 pouces affichant une définition de 1520 x 720 pixels. Toutefois, les qualités et les faiblesses sont ici inversées. Les contrastes sont bons et la température des couleurs est plutôt correcte, avec notamment la possibilité de régler tout ça depuis les paramètres du téléphone (on conseille d’ailleurs de régler les couleurs en mode « chaud »). En revanche, la luminosité n’est pas assez forte, en tout cas moins que sur le Galaxy A10. Cela donc pose uniquement problème pour les belles journées d’été en prévision.

Pour ce coup-ci, il n’y a pas d’hésitation à avoir. Un écran avec un mauvais affichage des couleurs est plus difficilement recommandable qu’un autre qui manque juste un peu de luminosité. C’est assez inédit de voir Samsung perdre sur son terrain de prédilection, mais « c’est le jeu ma pauvre Lucette ».

Logiciel : la fraîcheur de One UI

Après un écran vraiment pas terrible, on est néanmoins ravi que le Galaxy A10 bénéficie de la dernière version d’Android 9.0 Pie avec l’interface One UI. Tout est comme sur le Galaxy S10 (ou presque) et c’est un réel plaisir de profiter de cette interface moderne, ergonomique et agréable à utiliser au quotidien, sur un smartphone de cette tranche tarifaire. L’expérience utilisateur est fluide, personnalisable jusqu’au mode sombre et également accessible à un doigt, mais on remarque quelques absents à l’appel. Lesquels ? Le calibrage de l’écran d’une part et le déverrouillage par empreintes digitales d’autre part. Oui, le Galaxy A10 ne possède pas de capteur biométrique.

Le Xiaomi Redmi 7 propose également Android 9.0 Pie, mais avec MIUI 10.2 — une interface s’inspirant fortement d’iOS. Si cela peut représenter une bonne transition pour les possesseurs d’iPhone, c’est avant tout une interface complète avec de nombreux choix de personnalisation, mais avec un aspect définitivement moins moderne que son opposant. Xiaomi tente de proposer quelque chose de différent et c’est tout à son honneur, mais on attend de grandes améliorations à l’avenir. De plus, les aficionados d’Android seront déçus de ne pas trouver le célèbre tiroir d’applications. En revanche, le capteur d’empreintes est de la partie au dos de l’appareil.

Alors oui, le Samsung Galaxy A10 ne possède pas de capteur d’empreintes et c’est un gros défaut. Toutefois, l’interface One UI n’y est pour rien. Elle reste plus moderne que MIUI, mais aussi mieux pensée pour une utilisation quotidienne.

Performances : un écart de puissance, mais quasi aucune différence

Le Samsung Galaxy A10 opte pour le SoC Exynos 7884 — que l’on retrouve également sur le A20e — avec 2 Go de mémoire vive. Cette configuration destinée aux smartphones les plus modestes ne fera pas de miracles, autant mettre les points sur les « i » tout de suite. Néanmoins, elle arrive tout de même à faire tourner des jeux comme PUBG ou Arena of Valor, certes avec des graphismes faibles, mais c’est déjà ça. Par contre, les joueurs de Fortnite peuvent malheureusement passer leur chemin. Du côté de l’expérience utilisateur sous One UI, le modèle le plus abordable du constructeur coréen s’en tire également avec les honneurs, même si quelques ralentissements peuvent être constatés lorsque de nombreuses applications sont ouvertes.

Quant à lui, le Xiaomi Redmi 7 s’équipe d’un Snapdragon 632 — épaulé par 2 ou 3 Go de mémoire vive selon le modèle — et il faut dire qu’il est assez rare de trouver une puce Qualcomm de série 6 sur un smartphone de cette tranche tarifaire. Au quotidien, qu’est-ce que ça donne ? Comme son opposant, cette configuration offre une expérience utilisateur fluide, tout en donnant la possibilité de faire tourner quelques jeux 3D du Play Store. Fortnite n’est pas non plus de la partie, mais une partie sur PUBG ne posera pas de problèmes, même si quelques freezes peuvent intervenir lors des phases en véhicule.

  Samsung Galaxy A10 Xiaomi Redmi 7
SoC Exynos 7884 Snapdragon 632
AnTuTu 7.x 88 888 103 126

En théorie, le Xiaomi Redmi 7 est légèrement plus performant que le Samsung Galaxy A10. Dans les faits, les deux smartphones sont au coude-à-coude sans que l’un surpasse réellement l’autre.

Photo : une belle surprise pour Samsung

Le Galaxy A10 possède un simple et unique capteur principal de 13 mégapixels, ce qui l’oblige au passage à faire l’impasse sur le mode portrait. Difficile de s’attendre à quelque chose de véritablement correct sur cette gamme de prix, et pourtant le résultat est clairement bluffant. Le piqué peut parfois être décevant et l’autofocus peut s’avérer gênant de loin, mais il arrivera toujours à faire les bons compromis pour capturer un cliché exploitable, même dans les conditions difficiles (de nuit, en intérieur, en contre-jour, sur une cible en mouvement, etc.). Bref, une très belle surprise pour un smartphone à 150 euros seulement, qui arrive même à faire mieux que certains vendus le double de son prix.

Pour le Xiaomi Redmi 7, on retrouve en revanche un module qui fait la doublette. Le premier est équipé d’un capteur 12 mégapixels avec un objectif grand-angle tandis que le second de 2 mégapixels sert surtout de soutien, notamment pour la profondeur de champ avec le mode portrait. En comparaison de son adversaire, il apporte donc une plus grande polyvalence, mais la qualité n’est pas autant au rendez-vous. De jour, il est satisfaisant avec une bonne restitution des plages dynamiques et des couleurs, même si la gestion du HDR est assez étrange par moment.

De nuit en revanche, le résultat est moins bon malgré le second capteur qui sert également à capturer plus de lumière. Le bruit numérique s’installe alors avec des couleurs un peu plus délavées qu’à l’accoutumée. Ce n’est pas un reproche sur cette gamme de prix, mais force est de constater que le Galaxy A10 fait tout simplement mieux.

Si le Xiaomi Redmi 7 ne déçoit pas pour son prix, le Galaxy A10 arrive à faire mieux, tout en effaçant d’un coup de baguette magique les problèmes que l’on reproche pourtant à tous les smartphones d’entrée de gamme : les lacunes en faible luminosité. Une très belle performance de la part de Samsung qui n’a pas manqué de nous surprendre à la rédaction.

Batterie : Xiaomi est (très) légèrement plus endurant

En faisant partie de la gamme Galaxy A, le A10 se devait d’être autonome et ça ne loupe pas malgré sa « petite » batterie de 3 400 mAh. Avec un écran HD+ et une bonne optimisation de l’interface, Samsung a réussi à réaliser d’importantes économies d’énergie pour permettre à son smartphone bas de gamme de tenir facilement pendant deux jours — néanmoins en surveillant sa consommation. Toutefois, sachez qu’il prend son temps pour se recharger complètement. Son chargeur de 5V lui fait atteindre les 100 % en un peu plus de deux heures.

Le Xiaomi Redmi 7 est également un bon élève en son genre avec sa batterie de 4 000 mAh. Lui aussi fait des économies d’énergie grâce à son écran HD+ et peut aisément survivre pendant deux jours entiers à votre utilisation intensive des réseaux sociaux et autres applications gourmandes qui ont votre préférence. Cependant, il est aussi long que son opposant pour la recharge, également estimée à plus de 2 heures pour se recharger entièrement.

Notez d’ailleurs que les deux smartphones de ce versus embarquent un port micro USB, et non USB-C. 

Grâce à leurs fiches techniques modestes (mais pas moins intéressantes pour le prix), les Galaxy A10 et Redmi 7 peuvent facilement être catégorisés d’autonomes. En revanche, on est obligé de constater la (légère) supériorité de Xiaomi pour cette catégorie, même si Samsung s’en tire avec les honneurs.

Conclusion : lequel est le meilleur smartphone ?

Que ce soit le Samsung Galaxy A10 ou le Xiaomi Redmi 7, les deux smartphones profitent d’un excellent rapport qualité/prix, qu’il est d’ailleurs difficile de départager aujourd’hui. Le smartphone chinois est (légèrement) plus performant et (légèrement) plus autonome, mais la différence n’est finalement que (très) minime. De son côté, le smartphone coréen prouve totalement sa supériorité dans d’autres domaines, et c’est surtout ça qui va faire pencher la balance. Son design plus borderless, sa partie photo bluffante — pour le prix — ou encore son interface One UI plus qu’agréable à utiliser au quotidien sont vraisemblablement de lourds arguments que Xiaomi peine à contrer aujourd’hui avec son modèle premier prix.

Si après ce comparatif, vous hésitez toujours, allez donc jeter un coup d’œil à nos tests complets :

Prix et disponibilité

Le Samsung Galaxy A10 est disponible à 159 euros pour le modèle 32 Go.

Concernant le Xiaomi Redmi 7, il est disponible à 149 euros pour le modèle 2+16 Go, mais à 169 euros pour le modèle 3+32 Go et à 189 euros pour le modèle 3+64 Go.