Le succès de Supercell, l’éditeur de Clash of Clans et de Clash Royale, n’est pas passé inaperçu. Plusieurs géants du web et du mobile chinois, dont Tencent, sont intéressés par son rachat.

clash of clans village

Le Wall Street Journal en semble sûr : le jeu Clash of Clans, ou plutôt son éditeur, Supercell, a des chances de passer aux mains de Tencent. La firme chinoise serait actuellement en pourparlers avec l’opérateur japonais SoftBank, qui détient 73 % des parts du créateur de jeux mobiles, pour son rachat. Sur ces 73%, 51 % ont coûté la bagatelle de 1,53 milliard d’euros en 2013, tandis que SoftBank a accru son implication dans Supercell ces trois dernières années.

Entre-temps, l’éditeur de Clash of Clans et, plus récemment, du titre à succès Clash Royale, a vu sa valorisation monter en flèche, puisque l’on parle d’une valeur dépassant les 5 milliards de dollars.

De League of Legends à Clash of Clans

De son côté, Tencent fait partie des poids lourds chinois des services connectés. On le connaît notamment pour la messagerie instantanée WeChat, très populaire en Chine et de plus en plus utilisée à l’international, pour la messagerie QQ, et surtout pour le rachat de Riot Games, le studio à l’origine du célèbre MOBA League of Legends (LoL, donc), en fin d’année dernière. Autant dire que pour Tencent, le rachat de Supercell serait le moyen d’asseoir son statut de géant du gaming, aussi bien sur les plateformes fixes que sur mobiles.

Il n’est toutefois pas certain de voir l’affaire se conclure. Les pourparlers, qui mènent les dirigeants de Tencent jusqu’au siège de Supercell, à Helsinki, se poursuivent, et des sources proches du dossier indiquent que « les fondateurs de Supercell, qui peuvent opposer leur véto à la transaction, préfèrent maintenir la direction de SoftBank, étant donné qu’elle est entièrement autonome ». Il faut en outre noter que d’autres entreprises sont sur les rangs, dont Alibaba, le géant de l’e-commerce chinois, lui aussi en pleine expansion de ses activités mobiles.