Lenovo et Google ont enfin annoncé le Mirage Solo, cela faisait plusieurs mois qu’il était attendu. Il s’agit du premier casque de réalité virtuelle autonome qui embarque la plateforme Google Daydream. Il fonctionne donc sans PC, ni smartphone. Nous avons pu l’essayer au CES 2018.

Le Mirage Solo est un casque de réalité virtuelle complètement autonome qui utilise la plate-forme Daydream de Google. Il est équipé d’un écran 5,5 pouces IPS LCD en définition QHD, avec du Snapdragon 835 (4 Go de RAM), et il propose un système de suivi WorldSense. Cette technologie utilise deux caméras à l’avant du casque pour suivre les mouvements de la tête, ainsi que les mouvements du corps et des mains.

Le premier contact avec le casque, c’est lorsque vous l’installez sur la tête. Il doit être léger et ergonomique. Le Mirage Solo est justement très réussi sur ces deux points, il s’adapte parfaitement et est très confortable à porter, même avec des lunettes. La visière avant est suffisamment large sur le devant de votre tête, tandis qu’il y a des coussins de mousse sur les bords. Les finitions sont bonnes, ça respire la qualité.

Sa particularité, vous l’aurez compris, c’est son autonomie. Il n’a pas besoin de connexion filaire, ni d’être alimenté par une machine de guerre ou un smartphone pour fonctionner. C’est surprenant. Vous pouvez vous balader avec sans vous soucier d’avoir un fil qui vous limite dans vos déplacements et dans vos gestes. Attention tout de même à ne pas trébucher. La qualité de l’affichage est aussi bonne que ce que j’ai déjà pu voir sur un Galaxy Gear VR, l’écran utilisé est de qualité, néanmoins le champ de vision reste limité. Un champ de vision de 110 degrés, c’est comme si vous regardiez un écran avec des jumelles.

Concernant la plate-forme, c’est du pur Google Dream comme ce que vous pourriez obtenir avec un Pixel 2. Il a néanmoins une fonction supplémentaire, « WorldSense ». Cette fonction vous permet de vous baisser, sauter et vous balader. C’est moins précis que le HTC Vive, mais c’est aussi fonctionnel que les casques Windows Mixed Reality. Google promet 250 apps et jeux Daydream, dont Google Earth.

C’est fluide et ça fonctionne bien, même des jeux 3D. Le SoC Qualcomm Snapdragon 835 fait un relativement bon job. La télécommande est également efficace, elle fonctionne comme un pointeur avec une zone tactile dessus.

L’expérience est donc réussie, j’ai néanmoins de réels doutes sur la pertinence d’un tel accessoire. Dépenser une centaine d’euros maximum dans un accessoire VR compatible avec mon smartphone, pourquoi pas. Dépenser 400 euros environ dans un produit exclusivement dédié à la VR, je ne prendrai pas le risque. D’ailleurs, Daydream est-elle la plateforme dans laquelle il faut investir ? C’est une question pertinente, pour le moment la plateforme de Google reste relativement méconnue. Si j’étais vous, je commencerais par un accessoire compatible Daydream, le premier prix est à 30 euros.