Un « sérieux danger pour la vie privée », le ministère de l’Intérieur épingle la nouvelle application Ten Ten

 

Il n’est plus si rare de voir le gouvernement tirer la sonnette d’alarme concernant l’utilisation de certaines applis mobile. Mais cette fois-ci, ce n’est pas l’indétrônable TikTok qui fait peur au ministère de l’Intérieur, mais la nouvelle application française Ten Ten.

Capture d’écran de l’application Ten Ten // Source : App Store

« Derrière le fun se cachent de sérieux dangers pour la vie privée et la sécurité en ligne. » On peut dire que la porte-parole du ministère de l’Intérieur Camille Chaize n’y va pas de main morte quand il s’agit de souligner les problèmes de Ten Ten, la nouvelle application à la mode.

Si vous êtes passé à côté du phénomène, Ten Ten est la nouvelle application qui fait fureur chez les jeunes. Sorte de talkie-walkie 2.0 permettant de rester en contact permanent avec ses amis, le logiciel a explosé en popularité ces derniers jours, cumulant 6 millions de téléchargements et se glissant même en première place des applications gratuites les plus téléchargées sur l’App Store hexagonal.

Collecte « d’informations sensibles » et risques de « harcèlement en ligne »

Petit problème, cette popularité soudaine s’est accompagnée de craintes tout aussi massives quant à la gestion des données personnelles opérées par l’app. Même si l’appli est tenue de respecter le RGPD, cela ne l’empêche pas de récolter des tonnes d’informations personnelles tant que le consentement est donné par les utilisateurs ou utilisatrices.

C’est pour cette raison que le ministère de l’Intérieur s’alarme du phénomène. Dans un message posté sur X, Camille Chaize indique que « l’application récupère automatiquement l’adresse IP, la localisation et d’autres informations sensibles… Autant d’informations qui peuvent fuiter, et pourront par la suite être recoupées. » La conception intrinsèque de Ten Ten (qui permet de recevoir des messages même lorsque le téléphone est verrouillé) augmente aussi « le risque de harcèlement en ligne et d’intrusion dans la vie privée », souligne la place Beauvau. Surtout quand les pseudos utilisés sur l’app se retrouvent partagés un peu partout sur la toile.

Ten Ten se veut rassurant

Si la porte-parole du ministère de l’Intérieur ne va pas jusqu’à décourager explicitement l’utilisation de l’application, elle met en garde parents et enfants sur « l’étendue des données collectées ». Consciente que s’opposer frontalement à l’utilisation de l’app risque de simplement lui donner un vernis subversif attirant, Camille Chaize conseille tout de même aux parents de prendre le temps « d’échanger et d’informer vos enfants sur les risques » et de sensibiliser les enfants « aux dangers du harcèlement et de la cyberintimidation en ligne ».

De son côté, Jules Comar (PDG de Ten Ten) assure à TechCrunch qu’il n’y a rien de « dangereux » dans son application et que les accusations « d’espionnage » et de « vols de données » sont infondées. Malgré le fait que l’app est sortie en 2023, sa politique de confidentialité est encore en cours de finalisation. Nul doute que cette dernière risque d’attirer bien des regards dans les prochains jours.


Pour ne rater aucun bon plan, rejoignez notre nouveau channel WhatsApp Frandroid Bons Plans, garanti sans spam !