Alors que les néobanques gratuites comme Revolut ou N26 font fureur, la Banque Postale décide de répliquer avec Ma French Bank. Une offre payante qui veut miser avant tout sur son image.

Dans le secteur bancaire, la tendance est aux comptes en ligne gratuits. Vous avez le choix entre les néobanques comme N26 ou Revolut qui proposent des frais réduits, notamment à l’étranger, ou les banques en lignes françaises plus classiques comme Fortuneo ou Boursorama. C’est dans ce marché que La Banque Postale lance Ma French Bank, une offre qui vise avant tout les 18-35 ans et a pour objectif de rajeunir la clientèle de la firme.

Comment le groupe veut-il séduire cette clientèle ? Avec une offre payante proposant les mêmes arguments qu’ailleurs, et beaucoup de communication.

Un compte à 2 euros par mois

Là où les concurrents proposent un compte gratuit, Ma French Bank coûte 2 euros par mois. Pour ce prix, on a le droit à un compte courant avec une carte Visa internationale compatible Apple Pay. Le paiement comme le retrait à l’étranger, peu importe la devise, sont gratuits. L’avantage de l’offre, les conditions pour ouvrir un compte sont minimales : être majeur capable, avoir un email, un téléphone portable et un numéro de téléphone, être résident fiscal en France et avoir une adresse postale en France. La banque ne demande donc aucune condition de revenus pour ouvrir un compte.

Malgré le fait que la Banque Postale soit derrière l’offre, le compte Ma French Bank ne propose pas le dépôt d’espèce ou de chèque en bureau de poste. Il faudra donc absolument passer par des virements bancaires. Enfin le compte propose aussi des services annexes : Ma tirelire, qui permet de facilement mettre de l’argent de côté en arrondissant le montant des paiements, Let’s Cagnotte, qui permet de créer une cagnotte façon Leetchi entre amis, et We Partage, pour partager les frais d’une sortie ou la note d’un restaurant.

Un supplément à 2 euros par mois permet d’ajouter une garantie sur les achats en ligne, et de protéger sa « e-réputation » contre les vols d’identités.

Une manette de jeu et des blagues

En dehors de l’offre, on peut s’interroger sur la débauche de communication autour de Ma French Bank qui semble absolument vouloir apparaître comme cool en mélangeant du français et de l’anglais « comme font les jeunes » et en jouant avec l’iconographie pour donner une apparence ludique à un compte bancaire.

Chez Ma French Bank on « paye à la cool » et on « garde le contrôle » avec une manette Super NES

Ma French Bank a aussi le droit à son catalogue de comptes sur les réseaux sociaux, de Twitter à Facebook en passant par Instagram et YouTube. Ils y publient du « contenu décalé » tentant de reprendre ou créer des memes. « When elle rêve d’eaux turquoises but ton compte is in le rouge ».  Pour La Banque Postale, l’objectif est de convaincre un million de clients d’ici 2025 et rajeunir sa clientèle. Rendez-vous dans 6 ans.

Apple Pay, Google Pay, Paylib, Samsung Pay : comment payer avec son téléphone