L’un des plus gros concurrents de Google veut une IA à la ChatGPT (et ce n’est pas Bing)

 

Le moteur de recherche chinois Baidu, leader du marché dans le pays, va lancer son intelligence artificielle pour la recherche en ligne, sur le même fonctionnement que ChatGPT. Il serait le premier dans la course, Bing et Google travaillant d'arrache-pied sur le sujet.

Le moteur de recherche Google n’est pas disponible en Chine, faute de conformité aux exigences du gouvernement chinois. Dans le pays le plus peuplé du monde, celui qui règne en maître depuis de longues années, c’est Baidu. On sait depuis des années que ce géant chinois développe l’intelligence artificielle et il devrait lancer un chatbot pour la recherche en ligne, inspiré de ce que fait ChatGPT d’OpenAI, selon les informations de Bloomberg.

Le Google chinois veut son propre ChatGPT pour la recherche

Selon une source du journal proche du sujet, Baidu prévoit « déployer un service de chatbot d’intelligence artificielle similaire à ChatGPT d’OpenAI ». Pour le journaliste Zheping Huang, cela « pourrait représenter l’entrée la plus importante de la Chine dans une course déclenchée par le phénomène technologique ».

Source : Wikipédia

Dans un premier temps, ce service, dont le nom n’a pas encore été choisi, serait disponible sur « ses principaux services de recherche ». Il « permettra aux utilisateurs d’obtenir des résultats de recherche de type conversationnel ». La première version de ce ChatGPT un peu particulier devrait arriver dès mars prochain.

La Chine développe aussi ses modèles de langage

Comme l’indiquent Les Numériques qui ont relayé l’information de Bloomberg, ce chatbot se baserait sur le modèle d’apprentissage Ernie en développement depuis plusieurs années. Si l’on en croit l’article scientifique déposé en juin 2019, Ernie est développé dans le département de science informatique et de technologie et l’institut de l’intelligence artificielle de l’Université Tsinghua à Pékin ainsi qu’en partenariat avec un laboratoire de Huawei.

Une représentation de LaMDA // Source : Google

Il se veut comme une réponse au modèle de langage BERT de Google (développé en 2018). Pour les chercheurs, BERT n’incorpore pas de « graphes de connaissances (KG), qui peuvent fournir des faits de connaissances structurées riches pour une meilleure compréhension du langage ». Leur modèle baptisé ERNIE est capable de « tirer pleinement parti des informations lexicales, syntaxiques et de connaissance simultanément ». Ils se targuent qu’Ernie est, sinon meilleur, aussi bon que BERT.

Quelques années plus tard, les chercheurs de Baidu déclaraient avoir « entraîné un modèle de 10 milliards de paramètres sur un corpus massif non supervisé à des fins de compréhension et de génération d’un langage naturel. »

Un moteur de recherche basé sur ChatGPT peut-il être rentable

Le journal Bloomberg le rappelle : Robin Li, directeur général de Baidu, reconnaissait les potentiels problèmes de rentabilité que pourrait causer un chatbot conversationnel pour la recherche en ligne. Effectivement, une intelligence artificielle a besoin d’une quantité importante de puissance de calcul. De plus, l’utiliser évite d’avoir à chercher dans les résultats de recherche, et donc de cliquer sur les publicités qui y sont présentes.

Un souci dont Google est évidemment conscient : le géant du web redoute ChatGPT et travaille à de nouveaux outils basés sur l’IA. Du côté de Microsoft, on sait que l’entreprise souhaite fusionner Bing avec ChatGPT. D’ailleurs, la firme a annoncé investir des milliards de dollars dans OpenAI, qui développe l’IA conversationnelle. Ce dernier envisage d’ailleurs des premières formes de monétisation, via un abonnement professionnel… à 42 dollars par mois. C’est sans compter une polémique récente autour de ChatGPT : pour améliorer l’IA, des travailleurs kényans ont été exploités.


Envie de rejoindre une communauté de passionnés ? Notre Discord vous accueille, c’est un lieu d’entraide et de passion autour de la tech.