Les aspirateurs robots à navigation LIDAR peuvent devenir de parfaits espions

En réutilisant une vieille technique de la guerre froide

 

Une étude universitaire met en évidence qu’un aspirateur robot doté d’un système de navigation LIDAR peut être utilisé pour enregistrer des conversations. Comment ? En exploitant le capteur LIDAR pour le convertir en microphone laser. Une technologie utilisée notamment par le KGB pendant la guerre froide.

En reprenant à leur compte une vieille technique du KGB, des universitaires sont parvenus à transformer un aspirateur robot… en aspirateur espion

En reprenant à leur compte une vieille technique du KGB, des universitaires sont parvenus à transformer un aspirateur robot… en aspirateur espion // Source : Kowon vn / Unsplash

L’idée aurait probablement fait la joie des services de renseignements soviétiques et américains pendant la guerre froide. Elle s’inspire d’ailleurs fortement d’une technique utilisée notamment par le KGB, mais en l’adaptant aux technologies actuelles. Des universitaires de Singapour et du Maryland (États-Unis) ont en effet réussi à mettre au point une attaque permettant de prendre le contrôle du capteur LIDAR de certains aspirateurs robots domestiques, pour l’utiliser en guise de microphone laser.

Le capteur est alors capable d’enregistrer des conversations à courte portée dans un foyer. Heureusement, cette méthode nécessite de nombreux prérequis pour fonctionner et son efficacité n’est pas comparable à celle d’un véritable micro laser. Le projet s’inscrit pour le reste uniquement dans le cadre de recherches universitaires visant à renforcer la sécurité de nos appareils domestiques.

Les vibrations utilisées pour espionner les conversations

Pour enregistrer des échanges vocaux, le capteur LIDAR utilise sa technologie pour détecter les vibrations générées par des voix sur des parois ou des objets à sa portée. Ce sont ces vibrations, converties en données et transmises aux chercheurs, qui ont pu être traitées pour recouvrer les conversations avec une précision de 90 %, indique l’étude partagée à cette adresse (PDF).

Pour ce faire, le firmware de l’aspirateur robot a préalablement dû être compromis et modifié à l’aide d’un malware. Une étape indispensable pour prendre le contrôle du capteur LIDAR de l’appareil. Autre prérequis : l’aspirateur robot doit être en mesure d’arrêter ses rondes pour permettre à son capteur LIDAR de se focaliser sur « l’écoute » en un endroit donné d’une pièce, par exemple. Enfin, les données enregistrées par l’aspirateur doivent impérativement être envoyées vers un serveur afin d’être traitées. Le signal doit par exemple être boosté de manière à obtenir un fichier audio intelligible.

Dans le cadre de l’expérience conduite par les chercheurs, c’est un aspirateur robot Xiaomi qui a été utilisé, avec différents objets et en faisant varier la distance entre le robot et l’objet placé « sur écoute ». Les chercheurs indiquent enfin que la technique peut être utilisée pour identifier des interlocuteurs en fonction de leur sexe, mais aussi pour déterminer leur orientation politique, grâce à l’identification de musiques jouées lors de certains programmes télévisés.

Les derniers articles