Le sondage Twitter d’Elon Musk n’est qu’une illusion

 

Elon Musk a lancé un sondage sur Twitter pour savoir s'il doit se retirer de la direction de Twitter. Mais peut-on s'y fier ?

Elon Musk not stonks // Source : Memedroid

« Vox populi, vox dei » ! C’est comme cela qu’Elon Musk avait accueilli le résultat de son sondage sur la réintégration de Donald Trump sur Twitter, arguant que le peuple avait parlé. Il faut dire que l’homme d’affaires mène sa barque en demandant régulièrement l’avis de ses 122 millions de followers. Cette fois-ci, c’est bien plus important encore puisqu’il met entre les mains de sa communauté sa position de CEO de la plateforme.

Attention à ce que vous souhaitez

Quelques heures à peine après le coup de sifflet final de la Coupe du Monde de football, Elon Musk lançait un sondage sur son réseau social : « devrais-je me retirer de la direction de Twitter ? Je m’engage à respecter les résultats de ce sondage ». Le message a bien sûr rapidement tourné et avec près de 400 000 retweets, il a recueilli plus de 17,5 millions de votes, soit à peu près l’équivalent de la population des Pays-Bas, du Tchad ou du Sénégal.

La réponse est nette : 57,5 % des participants souhaitent qu’Elon Musk se mette en retrait. Il faut dire que la question arrive quelques heures après le cafouillage de la nouvelle politique de Twitter concernant la promotion des plateformes concurrentes et plusieurs semaines de difficultés diverses pour le « Techno King ». Les actionnaires de Tesla qui voient le CEO du constructeur automobile gesticuler dans tous les sens ailleurs ont très certainement participé au vote…

Dans un autre tweet, ce dernier met néanmoins en garde, sur le ton de la menace : « comme le dit l’adage, faites attention à ce que vous souhaitez, car vous pourriez l’obtenir ». Est-ce que cela pourrait être pire ?

Elon Musk va-t-il lâcher Twitter ?

Maintenant que « le peuple a parlé », la « voix de Dieu » se fera-t-elle entendre ? Elon Musk va-t-il quitter son poste de CEO de Twitter ? En réalité, la question n’a pas réellement d’intérêt et n’en avait déjà pas avant le sondage…

Et pour cause, puisqu’en novembre dernier, à l’occasion d’un procès concernant sa rémunération chez Tesla, Elon Musk a affirmé sous serment qu’une fois la réorganisation effectuée, il « réduirait le temps consacré à Twitter et trouverait quelqu’un d’autre pour gérer Twitter ». Le résultat de ce sondage était déjà écrit il y a plus d’un mois. La question est plutôt : qui ?

« La question n’est pas de trouver un CEO, la question est de trouver un CEO qui maintiendrait Twitter en vie », explique-t-il en réponse à un twittos. « Vous devrez investir toutes vos économies dans Twitter [pour devenir CEO], qui est sur l’autoroute pour rejoindre la banqueroute depuis mai », ajoute-t-il à un autre.

Qui pour reprendre la barque ?

La question est donc de savoir qui serait capable de parier sur cet oiseau de mauvais augure qu’est devenu Twitter. Selon Semafor, Elon Musk cherche de nouveaux investisseurs pour venir apporter des liquidités à l’entreprise, au prix payé lors de sa privatisation en octobre, soit 54,20 dollars l’action. Difficile pour autant de trouver des investisseurs dans ce maelström de décisions parfois contradictoires.

Il est intéressant toutefois de noter que si Elon Musk affirme ne pas avoir trouvé de successeur, il se trouvait dans les tribunes VIP du match France – Argentine quelques heures plus tôt au Qatar, en compagnie de Jared Kushner, gendre de Donald Trump, et du prince saoudien Alwaleed bin Talal Al Saud, le plus important investisseur de Twitter après Musk lui-même.

Bien qu’il semble peu probable qu’Elon Musk se tourne dans cette direction pour nommer son prochain CEO, il a peut-être été conseillé à cette occasion de se mettre en retrait de la plateforme, expliquant son sondage dans la nuit. Mais en fin de compte, qu’importe le résultat, le deuxième homme le plus riche du monde a déjà montré qu’il est capable de changer d’idée très rapidement…


Téléchargez notre application Android et iOS ! Vous pourrez y lire nos articles, dossiers, et regarder nos dernières vidéos YouTube.