Des chercheurs en Suisse ont fait la démonstration d’une batterie extrêmement flexible qui pourrait éventuellement équiper des smartphones pliables.

Les smartphones pliables ont énormément attiré l’attention au début de l’année 2019. Après quelques soucis rencontrés en chemin, le Samsung Galaxy Fold a finalement pu sortir en France, tandis que le Huawei Mate X se fait encore attendre. Mais quoi qu’il en soit, cette première génération de produits reste très impressionnante par ses prouesses techniques.

Or ces belles innovations pourraient être suivies par d’autres et on parle ainsi déjà de batterie pliable. En effet, des chercheurs de l’école polytechnique de Zurich en Suisse en ont fait une intéressante démonstration en dévoilant quelques photos de leur prototype.

Lien YouTube S’abonner à FrAndroid

Non seulement la batterie est pliable, mais elle peut également se tordre, s’étirer et se contorsionner dans des positions assez improbables pour un accumulateur. À ce propos, le professeur et chef du projet Markus Niederberger explique que même en déformant ladite batterie dans tous les sens, celle-ci ne s’arrête pas de fournir de l’énergie.

Jusqu’à présent, personne n’avait utilisé de composants exclusivement flexibles de manière aussi systématique que nous l’avons fait dans la création d’une batterie lithium-ion.

Pour fonctionner correctement, la cathode et l’anode de cette batterie sont constituées d’un composant pliable fait, entre autres, de carbone conducteur d’électricité qui fait aussi office de couche externe. À l’intérieur, « les chercheurs ont également intégré une fine couche de particules d’argent de l’ordre du micromètre. Grâce à la manière dont les particules se chevauchent comme les tuiles sur le toit d’une maison, elles ne perdent pas le contact entre elles », même quand la batterie est étirée.

Moins toxique, plus écoresponsable

Enfin, pour s’assurer que le courant électrique passe toujours bien, il faut forcément un électrolyte. Dans les batteries classiques, c’est une substance liquide qui remplit cette fonction, mais dans ce prototype, les chercheurs ont préféré utiliser une sorte de gel afin de limiter les risques d’explosions. Par ailleurs, les équipes de Markus Niederberger affirment que le gel est moins toxique et plus écoresponsable.

On imagine évidemment cette batterie flexible intégrer de futurs smartphones pliables, ce qui permettrait à ces appareils de demain de se débarrasser de certaines contraintes physiques. Hélas, les chercheurs signalent qu’ils ont besoin de plus de temps pour optimiser leur technologie avant de considérer la moindre commercialisation.

L’article scientifique dédié à ce prototype a été publié sur Advanced Materials.

Test du Samsung Galaxy Fold : docteur Jekyll et mister Hyde