Apple vient de rendre disponible à un nombre restreint de personnes sa carte de paiement Apple Pay. Entre système de remboursement et carte en métal, comment ça marche ?

Apple a lancé sa propre carte bancaire : Apple Card. En partenariat avec la banque Goldman Sachs et MasterCard, celle-ci va offrir différentes possibilités à son utilisateur, tout en respectant sa vie privée.

Disponible dès aujourd’hui — comme prévu — pour quelques Américains dans le cadre d’une dernière phase de test avant une disponibilité nationale, voyons ce que la firme à la pomme veut offrir avec cette solution.

Apple Card ou Apple Cards ?

Admettons que vous vous inscrivez au programme programme, il vous faudra renseigner votre nom, prénom, adresse, date de naissance, vos revenus et enfin les 4 derniers chiffres de votre numéro de sécurité sociale. La banque Goldman Sachs se chargera alors de vérifier l’éligibilité du candidat en moins d’une minute. Selon Apple, cette carte est destinée à tous les utilisateurs d’iPhone donc il ne devrait pas y avoir trop de refus sur les inscriptions.

Lorsque vous êtes inscrit, vous recevez immédiatement votre première Apple Card dans l’application Wallet sur votre iPhone. Vous pouvez ensuite commander une carte physique en métal gratuite pour l’accompagner. Cette carte n’est cependant pas compatible avec le paiement sans contact, Apple veut vous faire utiliser votre téléphone ou votre montre pour cette action.

Le design de la carte est particulier puisque seul votre nom est inscrit dessus, avec la puce évidemment. Pas de numéro, pas de date d’expiration, rien de tout ça. Pour le connaitre, il faut aller dans l’application Apple Wallet et on découvre enfin une troisième carte dédiée au paiement en ligne. Si vous voulez payer sur un site internet qui n’est pas compatible avec Apple Pay, une troisième carte bancaire — virtuelle, comme la première — est dédiée à cela. En s’inscrivant au programme Apple Card, ce n’est donc pas une, mais trois cartes bancaires qui sont mises à notre disposition.

Faciliter la vie de l’utilisateur

Comme le précise The Verge, le but d’Apple Card est d’aider l’utilisateur à comprendre la gestion de son compte, ainsi, contrairement à une application bancaire classique, la liste des paiements est agencée et simplifiée. Grâce au machine learning, Apple « décodera » à votre place les lignes de paiements de votre relevé de compte qui sont souvent une suite de lettres sans trop de sens pour vous proposer quelque chose de plus lisible et compréhensible.

On peut aussi parler du système de Daily Cash. Tout paiement avec votre Apple Card peut vous rapporter un peu d’argent :

  • 3 % pour un achat chez Apple
  • 2 % si vous payez avec Apple Pay
  • 1 % si vous payez avec la carte physique

Le pourcentage de la somme sera alors ajouté dans votre compte. À noter qu’aucun frais bancaire n’est à attendre avec cette carte.

Le nouveau leitmotiv d’Apple, c’est la vie privée. La firme a donc précisé que toutes les informations sur votre compte restaient à l’intérieur de votre iPhone sauf celles obligatoirement échangées avec Goldman Sachs qui doit autoriser les paiements, etc. À savoir que la banque a signé un contrat avec Apple stipulant l’entière interdiction de se servir de ces données pour autre chose qu’Apple Card.

Apple a même lancé plusieurs vidéos YouTube pour expliquer le fonctionnement de sa carte et d’Apple Pay.

Lien YouTube S’abonner à FrAndroid

La phase de test devrait se terminer rapidement pour laisser place à la disponibilité au grand public, mais uniquement aux États-Unis pour l’instant. Aucune information n’a circulé quant à une arrivée dans d’autres pays, Apple devant régler des partenariats avec les banques des pays où elle veut s’implanter.

Apple Pay, Google Pay, Paylib, Samsung Pay : comment payer avec son téléphone