Apple lance un fonds de restauration pour la planète… et pour des emballages écoresponsables

 

Apple et différents partenaires ont décidé de donner naissance à un fonds de restauration pour accélérer le déploiement de solutions naturelles contre le changement climatique. Le Restore Fund sera doté de 200 millions de dollars pour inciter au reboisement responsable, aider à concevoir des emballages plus soucieux de l'environnement et pousser les investisseurs à s'impliquer.

La forêt au coeur des projets du fonds de restauration initié par Apple

La forêt au coeur des projets du fonds de restauration initié par Apple // Source : Apple

Tim Cook en a fait l’un des enjeux majeurs de sa mandature à la tête d’Apple. L’environnement est un sujet au cœur des réflexions de la firme, à tout moment et pour quasiment tout. Après avoir annoncé que ses fournisseurs devaient eux aussi avoir pour objectif la neutralité carbone sous peu et dévoilé de nombreux projets écologiques, la marque à la pomme poursuit ses annonces et ses engagements.

Ce jeudi, Apple lance son tout premier « Restore Fund » (Fonds de restauration) doté de 200 millions de dollars. Son but : donner un coup d’accélérateur aux solutions naturelles pour lutter contre le changement climatique. Et pour cela, l’entreprise a compris qu’il fallait parler autant préservation de l’environnement qu’argent aux investisseurs pour les entraîner à sa suite.

Un fonds de restauration contre le réchauffement climatique

Sur la question écologique, l’implication d’Apple n’est plus à rappeler, des fermes solaires à l’autogestion de ses bâtiments et stores en énergie renouvelable, en passant par des emballages écoresponsables et l’abandon du chargeur avec les iPhone, tant critiqué, mais qui a fait des émules depuis chez les grands fabricants Tech. L’entreprise a promis d’être neutre en carbone d’ici 2030.

Apple a promis d’éliminer « directement » 75 % des émissions de sa chaîne d’approvisionnement et de ses produits, il faut couvrir les 25 % restants. Et c’est en cela que le fonds intervient.

Nouvelle étape sur sa feuille de route, Apple veut recentrer ses efforts sur les projets forestiers. Et cela, à double titre : la suppression du carbone et l’assurance de miser sur des emballages écoresponsables. Dit ainsi, le Restore Fund peut paraître un étrange compromis. Ce fonds, lancé avec Goldman Sachs et le Conservation International, organisme de supervision des normes environnementales et sociales, veut permettre l’élimination d’un million de tonnes métriques de dioxyde de carbone par an dans l’atmosphère en ayant recours à des solutions naturelles et en rendant ces dernières attractives pour les entreprises.

La mangrove en Colombie

La mangrove en Colombie, une restauration soutenue par les projets environnementaux d’Apple // Source : Apple

« La nature fournit certains des meilleurs outils pour éliminer le carbone de l’atmosphère. Les forêts, les zones humides et les prairies tirent le carbone de l’atmosphère et le stockent en permanence dans leurs sols, leurs racines et leurs branches », rappelle Lisa Jackson, vice-présidente d’Apple en charge de l’environnement, des politiques et initiatives sociales. Le fonds va donc apporter son aide à des projets investissant dans des forêts fonctionnelles qui améliorent la biodiversité en créant des zones tampons et des espaces naturels.

Des forêts reboisées et des zones tampons pour des emballages plus responsables

Ainsi, depuis 2018, Apple avec des organisations de conservation et le gouvernement local ont restauré une forêt de mangroves en Colombie pour protéger les côtes tout en stockant jusqu’à 10 fois plus de carbone que les forêts traditionnelles grâce aux arbres présents. Un million de tonnes métriques de CO2 seront « séquestrés » durant la vie du projet, entraînant un impact d’atténuation sur le changement climatique. D’autres zones de conservation au Kenya, en Tanzanie et ailleurs dans la savane africaine ont permis la restauration et la conservation de zones tampons forestières avec un effet bénéfique sur les émissions de carbone, mais aussi sur la faune et les communautés locales.

Depuis 2017, la marque à la pomme a décidé d’avoir recours à de la fibre de bois vierge issue à 100 % de sources responsables pour ses emballages. Ce sont des forêts dites de travail, conçues spécifiquement pour cela et dans lesquelles le Restore Fund va investir, qui doivent permettre d’arriver un jour à des produits composés uniquement de matériaux recyclés ou renouvelables. De larges forêts ont ainsi vu le jour notamment aux États-Unis et en Chine où des zones ont été reboisées dans ce but. Au total, plus d’un million d’acres soutiennent la production responsable de fibre de bois.

Apple travaille avec Komaza, entreprise forestière qui aide à la protection de la nature et des communautés au Kenuya

Apple travaille avec Komaza, entreprise forestière qui aide à la protection de la nature et des communautés au Kenuya // Source : Apple

Cela passe déjà par la conception d’emballages durables à base de fibres. Les boîtes des derniers iPhone 12 en sont ainsi composées à 93 % (le couvercle de protection de l’écran au lieu de l’habituel film plastique notamment).

Efficacité économique, impact environnemental et investisseurs

Si Apple se lance dans un geste fort louable pour la planète, l’entreprise veut aussi montrer que son modèle financier est viable pour inciter d’autres entreprises à investir dans la restauration des forêts. Et elle clame sans se cacher que parler aux portefeuilles de ses investisseurs pourrait permettre de faire avancer la cause environnementale. Comment ? En expliquant le bien-fondé de l’investissement économique et le rendement financier qui en découle. Économie sur ses emballages en gérant soi-même les fibres de bois utilisées, utilisation de matériaux et procédés à faible empreinte carbone afin de réduire l’impact de chaque appareil Apple sur l’environ­nement, et recyclage des matériaux par la suite. Mais tout part de mesures pour éliminer le carbone, et tout en découle ensuite économiquement.

« En créant un fonds qui génère à la fois un rendement financier et des impacts carbone réels et mesurables, nous visons à mener un changement plus large à l’avenir – en encourageant les investissements dans l’élimination du carbone dans le monde entier », déclare Lisa Jackson. « Nous espérons que d’autres partagent nos objectifs et apportent leurs ressources pour soutenir et protéger les écosystèmes critiques. »

Et ce n’est pas Goldman Sachs, banque d’investissements et donc pas forcement portée naturellement vers la philanthropie, qui dit le contraire. « Nous convenons tous que l’urgence de la transition climatique nécessite que des capitaux privés travaillent parallèlement aux efforts nouveaux et établis visant à éliminer durablement le carbone de l’atmosphère avec rigueur et normes élevées », reconnaît Dina Powell, responsable mondiale du développement durable et de la croissance inclusive chez Goldman Sachs. » Nous pensons que le lancement de ce Fonds peut catalyser des investissements supplémentaires importants pour l’impact climatique. » En clair, l’intérêt financier peut avoir des répercussions positives pour la planète et ceux qui investissent…

Et les clients d’Apple peuvent aussi contribuer à l’effort global. À compter de ce jour et jusqu’au prochain Jour de la Terre le 22 avril 2021, Apple fait un don à Conservation International à chaque achat réalisé avec Apple Pay.

Les derniers articles