BMW : la conduite autonome débarque là où personne ne l’attendait

 

BMW s'associe à deux start-up pour développer une technologie innovante, permettant à ses voitures de se déplacer de manière autonome dans ses usines.

BMW i7

La conduite autonome se développe fortement depuis quelques années, c’est un fait. Certes, nous sommes encore loin de pouvoir aller au travail en terminant notre nuit, mais de nombreuses avancées ont déjà été réalisées. À tel point que dès le mois de septembre, la conduite autonome de niveau 3 sera autorisée en France. Cela signifie qu’il ne sera plus nécessaire de garder les mains sur le volant.

Mais ce n’est pas tout. Convaincu des progrès effectués par cette technologie, le conseil Économique et Social des Nations Unies vient d’adopter une réglementation autorisant cette même conduite autonome jusqu’à 130 km/h, contre les 60 km/h originellement prévus. De plus, les voitures auront également le droit de doubler toutes seules. Mais d’autres évolutions se profilent à l’horizon.

Des voitures totalement autonomes

En effet, les voitures pourront également bientôt se déplacer seules directement dans les usines où elles seront produites. Cela peut sembler insolite, mais vous verrez que c’est bien plus pertinent que l’on pourrait le penser. En effet, cette technologie permettra de faciliter la logistique dans les usines, lors de la production. Car comme le souligne le communiqué de BMW, qui teste actuellement cette innovation, les voitures seraient en mesure de rouler seules entre les différentes zones des usines, puis de se stationner de manière autonome sur les parkings de stockage avant leur acheminement en train ou en camion vers les concessions.

BMW autonomes usine

Ce système devrait fonctionner pour toutes les voitures, même si elles ne sont pas équipées d’un système de conduite semi-autonome. Mais alors, comment est-ce possible ? En réalité, c’est l’usine qui sera dotée de capteurs et autres LiDARs, permettant ainsi de localiser la voiture en temps réelle et de détecter les obstacles qui pourraient se dresser dans le trajet de celle-ci. Cette technologie est développée par la start-up Seoul Robotics et est chargée concrètement de recréer virtuellement une copie de l’environnement dans lequel évolue le véhicule.

Une technologie en phase de test

Mais comment faire pour que la voiture se déplace sans conducteur ? Pour cela, BMW s’est également associé à la jeune entreprise Embotech, qui a développé un logiciel permettant de communiquer avec les capteurs de Seoul Robotics et de faire réagir la voiture en conséquence. Ainsi, le système est en mesure de diriger le véhicule mais également de le faire accélérer et d’agir sur les freins, en fonction des différents obstacles qu’il peut croiser sur son chemin. Pas besoin d’équiper la voiture de capteurs, et il n’est donc pas nécessaire que l’auto soit dotée de son propre système de conduite semi-autonome.

Comme le précise BMW, cette technologie débute sa phase de test en juillet, au sein de l’usine de Dingolfing, en Allemagne. Deux véhicules seront utilisés, à savoir une BMW i7 ainsi qu’une Série 7. Ces essais se prolongeront pendant plusieurs mois, avant d’être étendus à d’autres modèles. Plus tard, et si ceux-ci sont concluants, d’autres usines pourraient adopter cette technologie. Elle permettrait notamment de fluidifier la logistique et d’augmenter la productivité, en mobilisant moins d’employés qui pourraient alors s’atteler à d’autres tâches.

Les assistances à la conduite, les systèmes de pilotage autonome, les voitures 100 % autonomes… Qu’est-ce qui se cache derrière ces termes et quels sont les différents niveaux d’autonomie ?
Lire la suite


Pour nous suivre, nous vous invitons à télécharger notre application Android et iOS. Vous pourrez y lire nos articles, dossiers, et regarder nos dernières vidéos YouTube.

Les derniers articles