Pourquoi Peugeot, Citroën et Ford pourraient bénéficier de la batterie révolutionnaire du plus grand concurrent de Tesla

 

Si on connaît BYD pour sa lutte avec Tesla pour devenir le numéro un mondial des voitures électriques, la marque s'avère également être un des plus gros fournisseurs de batteries du marché. Elle vient d'ailleurs de signer un partenariat avec BorgWarner, un énorme équipementier automobile, pour qu'il puisse fabriquer lui-même ces dernières. Parmi ses clients ? Ford, mais aussi Stellantis, qui possède entre autres Peugeot, Citroën, Fiat ou Jeep. Voici ce que ça pourrait changer.

Batterie BYD Blade // Source : BYD

BYD ? C’est une marque encore assez peu connue en France, mais qui a fait les gros titres fin 2023, où elle a volé la place de numéro un mondial des voitures électriques à Tesla. BYD, c’est également un des plus gros fournisseurs de batteries du monde, allant même jusqu’à fournir… Tesla, et ses Model Y fabriqués à Berlin. Une batterie remarquable, qui étonne par ses temps de charge éclairs.

La marque chinoise ne s’arrête pas là, puisque sa filiale FinDreams, dédiée aux batteries, vient de signer un partenariat avec BorgWarner, un énorme équipementier automobile. Ce qui est intéressant, c’est que ce dernier possède un sacré carnet d’adresse, puisqu’il fournit Ford, General Motors, mais également Stellantis, le groupe tentaculaire qui détient, entre autres, Peugeot, Citroën, Fiat, Jeep ou Opel.

Des bénéfices bien concrets

Dans le détail, ce partenariat de huit ans concerne donc les batteries LFP (lithium – fer – phosphate) « maison » de BYD, les fameuses Blade. BYD expédiera les cellules à BorgWarner, qui fabriquera lui-même les packs entiers dans ses usines – une première pour cette technologie.

Batterie BYD Blade // Source : BYD

Les bénéficiaires ? Des véhicules utilitaires de classe 3 et plus ; comprenez par là les véhicules à deux essieux dont la hauteur dépasse 3 mètres ou dont le PTAC est supérieur à 3,5 tonnes, comme des poids lourds ou des autocars. Cela ne concerne donc manifestement pas les voitures particulières.

Ces batteries seront fabriquées et utilisées sur des véhicules électriques en Europe, sur le continent américain et dans certaines régions d’Asie. Mais qu’est-ce que c’est, cette technologie Blade ?

Une batterie remarquable

Parlons donc de cette batterie, aux nombreux avantages. Comme on l’a vu avec le Model Y en début d’article, cette technologie permet des recharges très rapides – même si elle est encore bridée sur les modèles actuels. Et ça ne s’arrête pas là.

Sa structure en lamelle lui permet en effet de gagner en sécurité, en évitant tout départ de feu en cas de problème. Et comme c’est une chimie LFP, elle profite des autres avantages de cette famille de batteries lithium-ion ; comprenez par là, une résistance au froid accrue, une meilleure durée de vie et un coût de production réduit.

Plateforme BYD 3.0 sur la BYD Dolphin // Source : BYD

Une batterie parfaite, donc ? Pas forcément, puisque sa densité énergétique est moindre qu’une batterie NMC (nickel – manganèse – cobalt, l’autre grande famille des batteries lithium-ion). À énergie embarquée équivalente, une LFP sera donc plus lourde et plus encombrante qu’une NMC.

Bref, une bonne nouvelle pour l’industrie des poids-lourds électriques, qui souffre encore d’un manque de compétitivité par rapport aux équivalents thermiques. Avec un prix en baisse et des recharges rapides, nul doute que ces versions 100 % électriques deviendront plus intéressantes qu’actuellement.


Envie de rejoindre une communauté de passionnés ? Notre Discord vous accueille, c’est un lieu d’entraide et de passion autour de la tech.