Grâce à WhatsApp, Facebook aura bel et bien accès à certaines de vos informations privées

Un discours qui semble de plus en plus confus

 

WhatsApp partage bien votre adresse IP et votre numéro de téléphone avec Facebook, même sans la mise à jour des conditions d'utilisation.

WhatsApp, Messenger et Instagram

Les applications WhatsApp, Messenger et Instagram // Source : Frandroid

Depuis une semaine et demie, WhatsApp peine à communiquer sur la mise à jour de ses conditions d’utilisation. Il faut dire que les différentes déclarations du groupe américain ont été pour le moins alambiquées, notamment concernant les changements mis en place pour les utilisateurs en Europe.

Le 7 janvier, Facebook indiquait ainsi que les utilisateurs européens de WhatsApp ne seraient pas concernés par l’utilisation des données personnelles : « WhatsApp ne partage toujours pas les données des utilisateurs de WhatsApp dans l’Union européenne avec Facebook dans le but que Facebook utilise ces données pour améliorer ses produits et ses publicités ». Néanmoins, douze jours plus tard, il semble que le réseau social ait changé son fusil d’épaule.

Le journaliste de BFM Raphaël Grably rapporte en effet que Facebook lui a confirmé que les utilisateurs français seraient concernés par ces changements de condition d’utilisation : « Facebook me confirme bien que WhatsApp va partager les informations liées au numéro de téléphone, à l’adresse IP et aux transactions (quand la fonction sera disponible en France) avec Facebook, y compris y en France ».

Pour information (car on en a débattu avec plusieurs journalistes): @FacebookFR me confirme bien que WhatsApp va partager les informations liées au numéro de téléphone, à l'adresse IP et aux transactions (quand la fonction sera disponible en France) avec Facebook, y compris en FR

— Raphael Grably (@GrablyR) January 19, 2021

Le journaliste rappelle que ce partage de données entre les deux services était déjà bien indiqué dans la FAQ mise en ligne par WhatsApp, même si la communication initiale de Facebook laissait entendre qu’elle ne concernerait pas la France. Surtout, ce partage de données est déjà en place au sein de Facebook et de WhatsApp, sans être intégré clairement dans les CGU. Néanmoins, comme l’indique Raphaël Grably, « le changement est que ça devient obligatoire pour tout le monde ». En effet, lorsque les nouvelles conditions d’utilisation seront mises en place, le 15 mai prochain, les utilisateurs qui n’y souscrivent pas ne pourront plus utiliser le service de messagerie WhatsApp.

Un discours loin d’être clair du côté de Facebook

Outre ces quelques tweets, le journaliste de BFM revient également sur la difficulté d’obtenir des informations claires auprès de Facebook, qui ne semble pas décidé à jouer pleinement la carte de la transparence. « Quand je demande à Facebook la différence avec la politique dans l’UE et hors UE, ils me parlent justement de la diffusion de publicité ciblée. Ce qui est étonnant puisqu’il semblait dire cette publicité ciblée ne s’appliquerait nulle part », indique-t-il. Il regrette par ailleurs un discours particulièrement flou qui semble destiné à ce que le public « n’y comprenne absolument rien ».

Enfin, concernant l’utilisation des données privées dans un cadre de publicité ciblée, Facebook ne ferme pas la porte. Le réseau social indique que les données personnelles de WhatsApp ne peuvent être utilisées afin de proposer de la publicité ciblée sur Facebook, mais cette restriction provient surtout d’une interdiction légale. Néanmoins, si le cadre légal évolue, Facebook pourrait bien être amené à utiliser les données de WhatsApp pour cibler davantage ses utilisateurs, après avoir reçu l’accord du commissaire irlandais chargé de la protection des données.

La polémique gronde contre les nouvelles conditions d’utilisation de WhatsApp. Certains services concurrents ont ainsi gagné de nombreux utilisateurs. Et vous êtes nombreux à plébisciter Signal.
Lire la suite

Les derniers articles