Free est passé à la 4G+ à 440 Mbit/s : on vous explique comment ça marche et comment en bénéficier.

Pendant que certains opérateurs internationaux dépassent le gigabit en 4G, Free vient de passer une nouvelle étape. Via RNC Mobile, on vient de constater que Free Mobile avait déployé 60 % de ses sites 4G en 4G+.  Cela consiste à l’agrégation de ses 3 bandes de fréquences 4G (700 MHz, 2 600 MHz et 1800 MHz). Cela signifie que le débit maximum est désormais de maximum 440,55 MBits/s, via le multiplexage MIMO 2×2 qui permet d’augmenter les débits et la modulation 256 QAM pour les optimiser.

Qu’est-ce que c’est et comment en bénéficier ?

La 4G++ ou LTE Advanced n’est pas nouveau, en on parle depuis 2013. La 4G++ améliore la technologie 4G, la LTE (Long Term Evolution), afin d’atteindre les exigences de la véritable 4G telles que définies par l’Union Internationale des Télécommunications (UIT).

Cela consiste à envoyer et recevoir les données avec plusieurs antennes simultanément. La manière dont sont envoyées les données peut varier selon les situations (diversité spatiale ou multiplexage spatiale), mais l’idée est la même au final : augmenter le nombre d’antennes output (au niveau du relais) permet d’augmenter l’efficacité spectrale et ainsi permettre de supporter plus d’utilisateurs. Du côté du terminal, si l’on augmente le nombre d’antennes en réception (input), on augmente les performances et le débits en download. Simple et efficace.

Par contre, cela nécessite d’avoir un smartphone compatible, et surtout d’avoir un smartphone compatible la B28 (700 Mhz). C’est malheureusement loin d’être le cas sur la majorité des smartphones sur le marché, il faut donc vérifier modèle par modèle l’intégration des bandes de fréquence et la compatibilité du modem avec la 4G++.

Free Mobile et 700 MHz (B28) : les meilleurs smartphones pour profiter de 100 % de la 4G

Pour comparaison, Orange a déployé depuis mai 2019 la 4G++ à 600 Mbit/s via l’agrégation de 4 bandes de fréquences 4G. Mais les opérateurs français mènent des expérimentations pour passer à 1 Gbit/s… nos smartphones sont déjà prêts.