Prise en main de la Freebox Pop : une box Android TV qui ne dit pas son nom

 

Introduction

Après la présentation par Free ce mardi, nous avons eu l'occasion de prendre en main la Freebox Pop et de découvrir notamment sa toute nouvelle interface Oqee.

Le nouveau boîtier Player de la Freebox POP

Le nouveau boîtier Player de la Freebox POP

La prise en main de la Freebox POP en vidéo

Lien YouTubeS’abonner à Frandroid

Une box Server assez limitée en connectivité

Ce mardi, Free a dévoilé en grande pompe ce que le fournisseur qualifie de Freebox v8 : la Freebox Pop. Une nouvelle box tout en rondeur dont l’offre se compose de trois appareils que nous avons pu prendre en main : le Freebox Server, le Freebox Player et le répéteur Wi-Fi.

De gauche à droite, le Freebox Player, le Freebox Server et le répéteur Wi-Fi

De gauche à droite, le Freebox Player, le Freebox Server et le répéteur Wi-Fi // source : Frandroid

Du côté du Freebox Server, on retrouve un appareil assez classique, si ce n’est son gabarit pour le moins compact. Un peu plus grand que le Freebox Player, il intègre une connectique relativement attendue avec une prise fibre — sans besoin de modem séparé — une prise DSL, une prise téléphonique RJ11 et trois prises Ethernet RJ45. Sur ces trois prises, on va retrouver une prise 2,5 Gbps, une prise 1 Gbps et une prise 1 Gbps + Power. L’alimentation se fait, quant à elle, à l’aide d’une prise USB-C. En parlant de prise USB, notons qu’on va retrouver une prise USB-A sur le côté afin de brancher un disque dur externe où stocker films et séries par exemple. Sur le haut du Server, on va également retrouver un petit écran monochrome avec une croix directionnelle pour naviguer, avoir des informations sur sa connexion, activer le Wi-Fi et éventuellement scanner un QR Code pour s’y connecter simplement depuis un smartphone.

L’écran du Freebox Server peut afficher un QR Code pour se connecter au réseau Wi-Fi

L’écran du Freebox Server peut afficher un QR Code pour se connecter au réseau Wi-Fi

Malheureusement, la connectique semble bien être le parent pauvre de ce Freebox Server. En effet, on pourra regretter le faible nombre de prises Ethernet. Avec un pont Philips Hue, un PC et une console connectés en filaire pour jouer, on arrive en effet déjà au maximum de la capacité de connexion du Freebox Server. Il en va de même pour la technologie Wi-Fi utilisée et, même si Xavier Niel nous assure avoir développé des technologies permettant d’augmenter les débits du Wi-Fi 5, il est dommage que le Freebox Server ne soit pas compatible Wi-Fi 6. C’est d’autant plus dommage qu’une partie du discours d’Iliad, centré sur l’environnement, consiste à annoncer que la Freebox Pop est pensée pour les dix prochaines années.

Notons néanmoins que pour compenser cette faible connectique, Free propose également un répéteur Wi-Fi Mesh avec sa Freebox Pop. Un peu plus grand que le Freebox Server, il dispose d’une simple alimentation USB-C, d’un bouton reset et d’un port Ethernet supplémentaire à 1 Gbps, pratique pour étendre la connectivité de la box. Bon point, ce répéteur Wi-Fi est proposé sans frais supplémentaires dans l’offre de Free, mais peut également être décliné si vous n’en voyez pas l’intérêt.

Le Freebox Player, un boîtier Android TV

Enfin, le dernier élément de cette nouvelle offre Freebox Pop n’est autre que le Freebox Player, le boîtier que vous pourrez connecter à votre téléviseur. La première chose qui étonne avec ce boîtier, c’est évidemment sa taille de seulement 2,7 cm de hauteur et 12,6 cm de diamètre. Un format compact qui n’est pas sans rappeler celui de la Livebox 4. Alors que les consoles de salon vont désormais atteindre des tailles records pour la PS5 et la Xbox Series X, les box des FAI vont, quant à elles, rétrécir, comme pour compenser.

Le Freebox Player et le Freebox Server

Le Freebox Player et le Freebox Server // source : Frandroid

Du côté du logiciel, même si Free a mis en avant sa nouvelle interface Oqee, il ne s’agit pas pour autant du système de la Freebox POP. En effet, le Freebox Player tourne bel et bien sous Android TV comme nous l’ont confirmé plusieurs ingénieurs de chez Free. Un système que l’on reconnaît en effet facilement à la télécommande de la box, puisqu’en plus des boutons Free, Netflix et Prime Video, on y retrouve un bouton Google Assistant, pour les commandes vocales et un bouton d’accueil, qui permet de revenir à l’interface classique d’Android TV 9.

La télécommande de la Freebox Pop

La télécommande de la Freebox Pop // source : Frandroid

En fait, au même titre que les boutons Netflix et Prime Video, le bouton Free permet de lancer une application Android TV : Oqee. Elle a cependant la particularité d’être lancée automatiquement au démarrage de la Freebox Pop.

Oqee, une application Android TV bien pensée

Sur cette application, on va finalement retrouver une interface assez classique pour une box d’opérateur avec la mise en avant de certains contenus en fonction de l’heure ou de vos goûts. Par défaut, elle vous suggérera ainsi les programmes qui font le plus d’audience sur cette tranche horaire, mais au fur et à mesure de votre utilisation, elle saura affiner les suggestions en fonction de vos goûts. Si vous avez l’habitude de lancer M6 le mercredi soir pour regarder Top Chef, Oqee finira donc par vous proposer automatiquement l’émission.

Toujours concernant les programmes, l’application Oqee a été pensée pour proposer le plus de confort possible pour le spectateur. Si vous lancez une émission qui a déjà commencé il y a vingt minutes, ou que vous êtes en retard pour l’épisode de votre série TV préférée, l’application de Free vous proposera de le lancer depuis le début, et ce même si vous n’avez pas demandé à l’enregistrer. La box vous permet également de retrouver certains programmes en replay avec cent chaines différentes, dont 40 incluses gratuitement. Il est également possible de programmer facilement l’enregistrement de certains programmes, avec des plages horaires étendues avant et après en cas de débordement. Les vidéos seront alors stockées dans le cloud où vous pouvez compiler jusqu’à cent heures d’enregistrement.

L'enregistrement des vidéos sur le Freebox Player

L’enregistrement des vidéos sur le Freebox Player // source : Frandroid

Enfin, toujours concernant les programmes TV, Free a également largement mis en avant son contrat de diffusion avec la Ligue 1. Il sera ainsi possible de paramétrer une fonction pour que les buts s’affichent automatiquement dans un encart du téléviseur, quelle que soit la chaîne que vous consultez. On ignore cependant si l’utilisateur devra nécessairement regarder la télévision depuis l’application Oqee ou si la fonction sera également disponible sur une autre application comme Netflix ou Prime Video.

Une connectique TV complète

Du fait de son statut de box sous Android TV, le Freebox Player aura également accès à l’ensemble des applications compatibles avec l’OS dédié aux téléviseurs de Google. Contrairement à la Freebox Mini 4K à son lancement, Free n’a pas prévu de bloquer certaines applications qui n’étaient alors pas disponibles depuis le Play Store sur la box sortie en 2015.

Enfin, du côté des connectiques et de la compatibilité des formats, le Freebox Player se veut plutôt complet. Free assure ainsi une compatibilité 4K avec HDR Dlby Vision, audio DTS HD et Dolby Atmos ainsi qu’une compatibilité TNT DVB-T2 pour profiter à terme de la TNT 4K lorsqu’elle sera disponible. On va également retrouver une sortie audio optique pour les barres de son et home cinéma, une prise antenne, une prise Ethernet, une prise HDMI 2.1, bienvenue pour la 4K à 120 fps, un slot pour carte microSD et une prise USB-A pour intégrer du stockage externe.

Prix et disponibilité de la Freebox POP

La Freebox POP est d’ores et déjà disponible auprès de l’opérateur pour les nouveaux clients. Elle leur est proposée au prix de 29,99 euros par mois pendant un an, avant de passer à 39,99 euros par mois, sans engagement. L’offre sera « très vite » accessible aux anciens clients du fournisseur d’accès, à 39,99 euros par mois.

Où acheter le
Free Freebox Pop au meilleur prix ?

Les derniers articles