Test du Google Pixel 7a : mariage heureux entre un incroyable photophone et un smartphone compact

Pixel (quasi) perfect

Google présente le Pixel 7a, version allégée du Pixel 7 et successeur du Pixel 6a. Il intègre un lot de nouveautés (écran 90 Hz, nouveaux capteurs photo, charge sans fil, design retravaillé) mais encaisse aussi une hausse de prix de 50 euros au passage. Nous l'avons testé, voici notre avis complet.

Le Pixel 7a // Source : Frandroid - Chloé Pertuis
Le Pixel 7a // Source : Frandroid - Chloé Pertuis
 

Après un Pixel 6a que nous n’avons cessé de recommander en smartphone milieu de gamme toute l’année durant, Google dévoile son successeur, le Google Pixel 7a. S’il apporte le savoir-faire de Google en matière d’interface et surtout de qualité photo, ce téléphone possède aussi la difficile tâche de faire avaler une petite augmentation tarifaire de 50 euros. Pour y parvenir, il apporte dans ses valises quelques nouveautés.

Enfin, le Pixel le moins cher passe à 90 Hz pour son écran. Il ajoute aussi la charge sans fil ainsi que de nouveaux capteurs photo. Son design a aussi été raffiné pour l’occasion. Est-il toujours une aussi bonne affaire ? On vous dit ça dans ce test !

Notre test en vidéo

Fiche technique

Modèle Google Pixel 7a
Dimensions 73 mm x 152,4 mm x 9,0 mm
Interface constructeur Android Stock
Taille de l'écran 6,1 pouces
Technologie OLED
SoC Google Tensor G2
Puce graphique ARM Mali-G710 MP7
Stockage interne 128 Go
Appareil photo (dorsal) Capteur 1 : 64 Mp
Capteur 2 : 13 Mp
Capteur photo frontal 13 Mp
Définition enregistrement vidéo 4K @ 60 fps
Wi-fi Wi-Fi 6E
Bluetooth 5.3
5G Oui
NFC Oui
Capteur d'empreintes Sous l'écran
Type de connecteur USB Type-C
Capacité de la batterie 4385 mAh
Poids 193 g
Couleurs Noir, Blanc, Rouge, Bleu
Fiche produit

Ce test a été réalisé à l’aide d’un smartphone prêté par la marque.

Design : un Pixel 6a en plus raffiné

D’extérieur, le Google Pixel 7a est très semblable au Google Pixel 6a, mais il s’en distingue tout de même quelque peu. À l’instar des Pixel 7 qui ont affiné la formule des Pixel 6 en y ajoutant un bloc photo en aluminium, le Pixel 7a affine ce que proposait le Pixel 6a. Si on y ajoute des tranches et des arêtes plus arrondies, tout dans le Pixel 7a respire le smartphone mieux fini, plus abouti dans sa conception.

En main, il apparait immédiatement qu’il s’inspire fortement de son grand frère, le Pixel 7, tout en proposant une version plus petite et un peu plus fine, en particulier au niveau du bloc photo qui disparait presque. Voici ses dimensions complètes : 72.9 x 152.4 x 9.0 mm.

Source : Frandroid – Chloé Pertuis

Le résultat est franchement très très très convaincant (ou trois fois très). Si vous appréciez les smartphones de petite taille, on retrouve les qualités inhérentes à ce format : il tombe parfaitement dans la paume de la main, on évite la luxation du pouce pour atteindre le haut de l’écran. Au poids, il apparait relativement léger, 193 g, sans être un poids plume non plus.

La finition du dos en plastique est très réussie puisqu’il est très difficile de la distinguer d’un dos en verre. Pour rappel, le choix du plastique aura l’avantage d’éviter de créer une crevasse en cas de chute ou de choc, mais le dos sera aussi plus sensible aux micro rayures.

Source : Frandroid – Chloé Pertuis

Parmi les points qui choquent un peu plus, nous nous devons d’évoquer les bordures autour de l’écran, qui ont encore grandi par rapport à l’année précédente. On aura tendance à vite l’oublier, mais il s’agit là d’une légère concession tout de même.

L’écran est protégé par du Corning Gorilla Glass dont on ignore la qualification. Le téléphone possède une certification IP67 qui lui garantit une protection totale contre les poussières, mais aussi contre les effets d’immersion dans l’eau jusqu’à 1 mètre maximum, moins de 30 minutes.

Mention spéciale à la coque en silicone vendue en option avec le téléphone, celle-ci se montre très confortable et, en plus d’assurer la protection de l’appareil, elle masque assez habilement les bordures.

Écran : pas mal, mais attention aux couleurs

Le Pixel 7a intègre un écran Oled de 6,1 pouces en Full HD capable de varier entre 60 et 90 Hz. C’est d’ailleurs la principale nouveauté, puisque son prédécesseur plafonnait à 60 Hz. Si cela peut sembler très théorique, à nos yeux, ce passage à 90 Hz rend l’expérience considérablement plus fluide, et donc plus qualitative de ce que nous avons pu relever.

Il s’agit d’un écran relativement petit, mais somme toute assez confortable et bien lumineux. Notre sonde, aidée du logiciel CalMAN Ultimate de Portrait Displays révèle une luminosité maximale en HDR de 1230 cd/m². Une bien belle valeur pour sa gamme de prix qui vous assure de ne pas plisser des yeux en extérieur.

Source : Frandroid – Chloé Pertuis

L’écran est bien calibré, notamment en matière de lumière blanche puisqu’on mesure 6449K, là où la valeur parfaite est de 6500K. De même, le Delta E moyen, qui mesure à quel point les couleurs affichées à l’écran dérivent des véritables couleurs que le téléphone est censé afficher, s’élève à 3,27. Rappelons que plus cette valeur est basse, mieux c’est, et qu’en dessous de 3, on aura coutume de dire que la différence est invisible à l’œil nu.

Petite déception tout de même, l’écran manque un peu de couleurs par rapport à ses petits concurrents. Nous mesurons 113 % du sRGB et seulement 75 % du DCI-P3.

Logiciel : Android 13 comme on aime

Le Pixel 7a tourne sous Android 13 avec l’interface Pixel Experience. Une interface à qui nous avons remis la note de 8/10.

Elle affiche trois grandes forces :

  • Des fonctionnalités exclusives comme la gomme magique, le super Shazam « En écoute », la traduction automatique des messages ou la transcription automatique des enregistrements audio ;
  • Une grande fluidité ;
  • Une unicité offerte par le compte Google.

Ajoutons quelques autres points forts, comme l’absence totale de bloatware ou l’arrivée du déverrouillage d’écran, absent sur le Pixel 6a.

La durée de mise à jour offerte par Google s’élève à trois années d’Android et cinq ans de patch de sécurité. C’est donc un peu mieux que pas mal de concurrents qui ont tendance à s’aligner sur trois ans d’Android et quatre années de patch de sécurité. Mais face à un Samsung qui monte à quatre mises à jour majeures, c’est un peu léger, surtout pour l’entreprise qui supporte Android.

Du côté des quelques défauts, la Pixel Experience pourra paraitre un poil déroutante aux néophytes, avec une foule de réglages cachés et des menus parfois peu intuitifs. Autant de défauts qui s’estomperont à force de l’utiliser. Signalons aussi quelques bugs graphiques ici ou là, mais aucun ayant nécessité de rallumer l’appareil.

Photo : toujours aussi à l’aise ce Pixel

Le Google Pixel 7a intègre trois nouveaux modules photo :

  • Appareil photo principal : 64 Mpx, 82°, capable de tourner en 4K 60 fps ;
  • Ultra grand angle : 13 Mpx, 120°, capable de tourner en 4K 30 fps ;
  • Selfie : 13 Mpx, 95°, 4K 30 fps.
Source : Frandroid – Chloé Pertuis

Capteur principal

Sur le capteur principal, on retrouve les grandes qualités photo de Google, à savoir une clarté indécente, une colorimétrie très agréable à l’œil et un piqué de compétition. C’est bien simple, à cette gamme de prix, personne ne semble aussi à l’aise.

Précisons tout de même un point important : s’il est possible de mitrailler les clichés à l’envi, les photos n’apparaissent dans la galerie sous leur forme finale qu’après quelques minutes. Un léger désagrément qu’on accepte bien volontiers vu la qualité des clichés.

Dans l’ensemble, j’ai ressenti un véritable plaisir lorsque j’utilisais ce téléphone en mode photo. Il appartient à cette catégorie de smartphones qui donne l’impression de capturer la beauté des lieux qui nous entourent. Et s’il le fait en trichant un petit peu avec la réalité, nous ne lui en voulons point.

Zoom numérique

Si nous ne nous attardons traditionnellement pas sur les zooms numériques, puisqu’il s’agit le plus souvent d’une image cropée, Google a pour particularité de travailler cette fonctionnalité pour lisser les images et les rendre acceptables.

Ci-dessous, vous pouvez constater que le zoom X2, tel que proposé par l’appareil, est tout à fait convenable en termes de piqué et de qualité générale. Plus impressionnant encore, mes deux collègues, Théo et Anthony, ont été pris en photo avec le zoom X8. Si le résultat n’est pas d’une netteté olympique, on constate tout de même qu’en dehors d’un léger flou, la photo est tout à fait utilisable.

Dans de bonnes conditions, le X8 est franchement bluffant.

Portrait

Le mode portrait des Pixel, même s’il a perdu un peu de sa superbe à force d’être rattrapé par la concurrence, reste une vraie référence. Comme vous pouvez le constater, il parvient à dompter la chevelure sans trop couper dedans. L’effet de flou d’arrière-plan est donc réussi.

On peut toutefois noter que les microcontrastes sur le visage, qui est l’autre effet recherché dans un mode portrait, ne sont pas aussi poussés qu’on l’aimerait. Il n’en reste pas moins que dans cette gamme de prix, nous sommes face à un des meilleurs modes portrait en circulation.

Ultra grand-angle

Qui dit ultra grand-angle, dit nécessairement distorsion, on peut le constater ici avec les visages près de la boisson photographiée. Ceci mis à part, nous sommes face à un ultra grand-angle tout à fait convenable en ceci que la perte de qualité par rapport au capteur principal n’est pas scandaleuse.

Notons tout de même que les clichés sont légèrement plus sombres et que le piqué va un peu moins loin.

Nuit

De nuit, avec un éclairage, n’espérez pas voir les Lens Flare disparaitre. Pour le reste, les clichés sont correctement exposés et nous avons le droit à de belles couleurs bien chaudes qui flattent les yeux. Les microcontrastes si chers à Google sont aussi toujours de la partie lorsque la scène est très bien éclairée.

Avec un éclairage moins présent (la Lune et la pollution lumineuse autour de moi), nous obtenons un résultat moins flamboyant, avec parfois des clichés un peu flous. Il n’empêche, le Pixel 7a parvient à récupérer toute la lumière possible.

Selfie

Le module photo avant du Pixel 7a reprend complètement les codes de ses petits camarades. C’est donc là aussi la fête aux microcontrastes et franchement, on a rarement eu autant envie de se servir d’un mode selfie sur un milieu de gamme. Le résultat tape dans le mille 80 % du temps.

Performances : de la patate à revendre

Le Pixel 7a possède une puce conçue par Google et fondue par Samsung Foundry, le Google Tensor G2. Il s’agit de la même puce que les Google Pixel 7 et 7 Pro. Elle est aidée par 8 Go de RAM, ce qui accroit la quantité de RAM de 2 Go par rapport à l’an passé.

Modèle Google Pixel 7a Samsung Galaxy A54 Google Pixel 7 Xiaomi Redmi Note 12 Pro Plus
AnTuTu 9 720819 510269 713948 439723
AnTuTu CPU 184911 151170 188925 112831
AnTuTu GPU 292627 147714 281639 130402
AnTuTu MEM 101716 85868 99164 87687
AnTuTu UX 141565 125517 144220 108804
PC Mark 3.0 10658 13002 10292 11961
3DMark Slingshot Extreme N/C 4703 N/C N/C
3DMark Slingshot Extreme Graphics N/C 4941 N/C N/C
3DMark Slingshot Extreme Physics N/C 4026 N/C N/C
3DMark Wild Life 6612 2793 6457 2267
3DMark Wild Life framerate moyen 40 FPS 17 FPS 39 FPS 14 FPS
3DMark Wild Life Extreme 1853 805 1841 628
3DMark Wild Life Extreme framerate moyen 11 FPS 5 FPS 11 FPS 4 FPS
GFXBench Aztec Vulkan/Metal high (onscreen / offscreen) 45 / 27 FPS 20 / 13 FPS 48 / 33 FPS 14 / 10 FPS
GFXBench Car Chase (onscreen / offscreen) 48 / 51 FPS 25 / 30 FPS 61 / 63 FPS 20 / 26 FPS
GFXBench Manhattan 3.0 (onscreen / offscreen) 88 / 102 FPS 69 / 78 FPS 90 / 143 FPS 55 / 66 FPS
Geekbench 5 Single-core N/C N/C 962 N/C
Geekbench 5 Multi-core N/C N/C 2859 N/C
Geekbench 5 Compute N/C N/C 4502 N/C
Geekbench 6 Single-core 1360 1005 N/C 948
Geekbench 6 Multi-core 2492 2755 N/C 2336
Geekbench 6 Compute (Vulkan) 4658 3037 N/C 2373
Lecture / écriture séquentielle 1353 / 232 Mo/s 528 / 456 Mo/s 1299 / 910 Mo/s 980 / 921 Mo/s
Lecture / écriture aléatoire 41467 / 47921 IOPS 66892 / 24578 IOPS 50855 / 63915 IOPS 62169 / 61825 IOPS
Voir plus de benchmarks

D’après nos benchmarks, le Pixel 7a est, sans surprise, très proche d’un Pixel 7 en termes de performances. Il dépasse également de la tête et des épaules ses concurrents directs, les Samsung Galaxy A54 et Redmi Note 12 Pro Plus.

Sur Genshin Impact, le téléphone dégage un peu de chaleur sur sa coque arrière, mais l’écran reste bien froid, ce qui permet de continuer à jouer sans être trop incommodé. Nous avons réglé le jeu sur moyen et passé le rafraichissement sur 60 FPS. Si vous voulez des graphismes plus fins, il faudra sans doute baisser le nombre d’images par seconde.

Source : Frandroid – Chloé Pertuis

Avec ce réglage, le CPU, parti de 29 °C, s’installait à un petit 40 °C au bout de 30 minutes de jeu qui semblait stable, à savoir que nous n’avons pas constaté de pic de chaleur pendant notre session. Une température tout à fait convenable.

Vous n’êtes donc pas face à un foudre de guerre capable de battre un smartphone premium en puissance, mais le Pixel 7a a donc une puce légèrement plus performante que ses concurrents, ce qui lui donne une longueur d’avance.

Batterie : une journée et pas beaucoup plus

Le Pixel 7a intègre une batterie de 4385 mAh. Durant mon test, je n’ai jamais manqué d’énergie durant la journée. En revanche, il n’était pas rare de finir la journée autour des 20 %, voire un peu en dessous en cas de grosse utilisation. Le Pixel 7a est donc de ces smartphones qui tiennent la journée, mais pas beaucoup plus et il vous faudra nécessairement passer par la case recharge le soir pour enchainer sur une autre journée, ou même juste avant de partir pour une nuit endiablée.

Source : Frandroid – Chloé Pertuis

Notre test ViSer qui simule une utilisation mixte du téléphone en continu confirme cette impression d’un téléphone ni excellent ni indigent en la matière. Nous mesurons le temps que le téléphone met à passer de 100 % à 10 % de charge. Le Pixel 7a a mis 12 heures et 30 minutes, arrivant ainsi 45e sur 97. Il est donc tout pile dans la moyenne.

Recharge

Le Pixel 7a est compatible avec une charge de 18 W. Malheureusement, le chargeur n’est pas fourni dans la boîte. Pour la tester, nous avons opté pour un chargeur Apple d’une puissance de 20W et le câble fourni avec le téléphone. Notons également que le téléphone est fourni avec un adapteur USB-A vers USB-C. Petite nouveauté cette année, la charge sans fil fait son entrée avec une puissance de 7,5 W.

Partant de 5 % de charge, voici ce que nous avons obtenu :

  • 5 minutes : 12 % ;
  • 10 minutes : 18 % ;
  • 15 minutes : 24 % ;
  • 30 minutes : 41 % ;
  • 45 minutes : 57 % ;
  • 60 minutes : 72 % ;
  • 75 minutes : 85 % ;
  • 90 minutes : 92 % ;
  • 105 minutes : 97 % ;
  • 112 minutes : 100 %.

Plus d’une heure et demie, à l’heure où un Redmi Note 12 Pro Plus tope les 100 % en 27 minutes, c’est trop long.

Audio

Le Pixel 7a possède deux haut-parleurs. Comme souvent, le haut-parleur d’écoute, celui des appels, est un peu plus faible que son compère, mais l’illusion fonctionne à peu près à volume modéré. En parlant de volume, le son produit par le téléphone n’est pas franchement suffisant autour des 50 %.

Jusqu’à 70/80 %, on conserve un bon niveau de basse et le son se montre plutôt équilibré et agréable. En revanche, au-delà des 80 %, les aigus prennent le dessus et les grésillements aussi. En jeu, le son est plutôt insuffisant et la spatialisation dans l’espace n’est pas très aisée.

Réseaux et communications

En appel sur un boulevard très fréquenté, mon interlocuteur m’a indiqué une très bonne filtration des bruits, en ceci qu’il n’entendait pas les sons parasites m’entourant, seul les avertisseurs sonores (ou klaxon) lui parvenant. Le revers de la médaille : le son est un peu dégradé tout de même, avec une compression largement audible. Le micro semble se couper efficacement lorsqu’on se tait ce qui est un bon point supplémentaire.

Concernant la connectivité, le Pixel 7a embarque ce qui se fait de mieux : 5G sub6, Wi-Fi 6E et Bluetooth 5.3. Pour la petite histoire, il a donc un protocole Bluetooth plus récent que celui du Pixel 7.

Prix et date de sortie

Le Pixel 7a coûte 509 euros. Une seule version est disponible, avec 8 Go de RAM et 128 Go de stockage. Jusqu’au 22 mai, pour l’achat d’un Pixel 7a, des Pixel Buds A sont offerts. En cas d’achat sur les Google Store, on peut bénéficier de 50% sur les Pixel Buds Pro.

Google Pixel 7a au meilleur prix

Questions régulières

Quelles sont les différences entre le Pixel 8 et le Pixel 7a ?

Alors que les deux modèles partagent un design sobre et élégant, le Pixel 8 se distingue par son écran OLED de 6,2 pouces avec un taux de rafraîchissement de 120 Hz, contre un écran OLED de 6,1 pouces à 90 Hz pour le 7a. Le Pixel 8 profite également d’une puce Tensor G3 plus puissante et de sept ans de mises à jour garanties, comparé au Tensor G2 et aux trois ans de mises à jour du 7a. Les deux modèles offrent une autonomie similaire, mais le Pixel 8 se recharge plus rapidement et inclut une charge inversée.

En matière de photographie, les deux Pixel offrent d’excellentes performances, mais le Pixel 8 ajoute des fonctionnalités avancées telles que Night Sight en vidéo et Audio Eraser. Bien que le Pixel 7a ait des capteurs de résolution supérieure, le traitement d’image du Pixel 8 peut compenser cette différence. Côté autonomie, les deux appareils se tiennent proches, bien que le Pixel 8 bénéficie d’une recharge plus rapide et de la charge inversée, absente sur le 7a.

Concernant le prix, le Pixel 7a est nettement plus abordable, se positionnant comme une option solide pour ceux qui recherchent une expérience Pixel de qualité à un coût moindre. En revanche, pour ceux qui cherchent le nec plus ultra avec les dernières innovations et une longévité garantie, le Pixel 8 représente un meilleur investissement à long terme grâce à sa promesse de sept ans de mises à jour.

Notre avis sur Le Google Pixel 7a

Design
8
Efficace, maitrisé, Google ne se casse pas la tête pour son format et affine juste la formule du Pixel 6a. En résulte un téléphone confortable, bien fini et au petit gabarit agréable. Dommage que les bordures soient aussi présentes.
Écran
8
L'écran passe enfin à 90 Hz, ce qui le rend plus fluide et donc plus sympa à utiliser. Bien calibré, Oled, et lumineux à souhait, il ne lui manque qu'un peu de couleurs pour tutoyer les étoiles.
Logiciel
8
Pixel Experience reste une des références en matière d'expérience logicielle sur Android. Toutes ses petites fonctionnalités exclusives couplées à une impression de fluidité permanente en font un délice à utiliser. Une petite année de mise à jour en plus aurait fait du bien tout de même, mais trois ans d'Android plus cinq ans de suivi de sécurité, ça reste une belle offre pour son prix.
Photo
9
Souvent en retrait dans cette gamme de prix, la photo est clairement la force de ce Pixel 7a. Très bon piqué, mode portrait au top, mode nuit fort capable… On profite même d'un zoom numérique saupoudré d'IA assez bluffant ! Il s'agit du meilleur photophone à son prix.
Performances
8
Autant le Google Tensor n'est pas un foudre de guerre dans le haut de gamme, autant installé sur un smartphone à 500 euros, il offre de belles performances, tant au quotidien qu'en jeu.
Autonomie
6
Charge lente et autonomie d'une journée tout juste, c'est un peu léger sans être catastrophique. Si vous travaillez en bureau où toujours près d'une prise, pas de souci à l'horizon, mais si l'autonomie est un critère important, réfléchissez-y bien.
Note finale du test
8 /10
Qu'attendre d'un téléphone à 500 euros ? En général, les constructeurs répondent par de la puissance et un certain sens de l'équilibre. Google décide une fois encore de tirer tout droit vers la photo. Et c'est une fois encore la plus grande force de son milieu de gamme, sans aucun doute.

Le Pixel 7a est un très bon photophone, même meilleur que le Pixel 6a, grâce à l'ajout d'un capteur mieux défini, ce qui l'autorise à cropper davantage et donc à zoomer jusqu'en X8 de manière efficace. Très bon mode portrait, très bon mode nuit, piqué de légende, clarté, colorimétrie... bref, on adore !

Pour le reste, la copie est un peu plus traditionnelle. Le design ravira les fans de petits smartphones, l'expérience logicielle est des meilleures (même si une année de mise à jour supplémentaire nous aurait plu), la puce est l'une des plus puissantes du marché dans cette gamme... Bref, c'est du très solide.

Une petite concession tout de même est à relever : l'autonomie, sans être mauvaise, n'est pas non plus incroyable. Relevons aussi une charge beaucoup trop lente.

Son plus gros problème, c'est surtout l'autoconcurrence qu'exercent les autres Pixel. Avec un Pixel 7 approchant les 530 euros et un Pixel 6a vendu 349 euros, le tarif de 510 euros fait de fait perdre en attrait ce téléphone, pourtant très bon.

Points positifs du Google Pixel 7a

  • Photophone ultra à l'aise

  • Une des meilleures puces à ce prix

  • Un format compact

  • La Pixel Experience

  • Un écran très bien calibré

  • Un X8 numérique bluffant

Points négatifs du Google Pixel 7a

  • Le prix par rapport aux autres Pixel

  • L'autonomie juste moyenne

  • La charge lente

  • Méga-bordures

Les derniers articles