De nouveaux éléments ont émergé concernant le rachat pour 40 millions de dollars de la division Wear OS de Misfit par Google en janvier. Le géant de Mountain View aurait voulu s’emparer d’une montre hybride, mais aussi d’ingénieurs spécialisés.

En janvier 2019, une mystérieuse acquisition avait lieu dans le monde de la montre connectée. Google rachetait pour 40 millions de dollars la division Wear OS du groupe Fossil, spécialiste des montres de tout acabit qui avait notamment mis la main sur la marque Misfit en 2015. Le contrat permettait entre autres au géant de Mountain View de mettre la main sur une technologie en développement sur laquelle presque rien ne filtrait.

Une enquête de Wareable jette aujourd’hui un peu de lumière sur l’affaire. D’après des sources internes, la propriété intellectuelle transférée dans le rachat aurait concerné une montre dite hybride, au nom de code « Diana » pour « digital » et « analogique ». Les montres hybrides existent depuis quelque temps déjà, et on compte parmi elles la LG Watch W7 de 2018.

Diana aurait été élaborée par des employés de Misfit dès 2015, en plusieurs versions mêlant des éléments mécaniques traditionnels avec des composantes numériques. Certaines étaient dotées d’écrans, d’autres non, et elles consommaient globalement moins d’énergie qu’une smartwatch classique.

Mécaniques mal huilées chez Fossil

Tout cela serait très utile à Google si celui-ci voulait réaliser sa propre « Pixel Watch », comme on le spécule depuis quelques années. Mais les sources anonymes suggèrent que Mountain View était moins intéressé par la technologie que par les 20 ingénieurs de Fossil qui ont été débauchés à l’occasion. Si ces talents serviraient bien au géant, Fossil aurait aussi voulu s’en débarrasser à cause de tensions internes autour de Misfit.

Le rachat de Misfit par Fossil en 2015 aurait créé un choc culturel en interne. Les ingénieurs de Misfit demandaient des salaires élevés correspondant au milieu de la tech, et le management traditionnel de Fossil se serait retrouvé moins bien payé en comparaison. Alors que Fossil mettait l’accent sur le design du fait de ses affinités avec le monde de la mode, ses nouveaux ingénieurs s’intéressaient à des modèles économiques basés sur le cloud.

Quelques raisons pour lesquelles Fossil aurait eu hâte de tailler dans ses effectifs. Même pour une somme relativement faible — 40 millions de dollars ne pèsent pas très lourd dans le secteur. Une des personnes interrogées le commente ainsi : « c’était une très mauvaise affaire ».

Google rêverait d’une smartwatch avec une caméra sous l’écran