Test du Honor MagicBook 14 (2021) : il perd son prix « canon », mais que gagne t-il ?

PC portables • 2021

Points positifs du Honor MagicBook 14 (2021)
  • Refroidissement et performances pour un ultraportable
  • Excellente autonomie
  • Design sobre et réussi / bon niveau de finitions
  • Clavier confortable
  • Un écran correct, mais qui manque encore de justesse
Points négatifs du Honor MagicBook 14 (2021)
  • Webcam mal placée / qualité insuffisante
  • Rétroéclairage peu efficace
  • Pas de Thunderbolt
  • L'USB 2.0, daté
 

Introduction

Avec son MagicBook 14 fraîchement lancé, Honor tire un trait sur l’ultraportable accessible et bon marché et mise sur une montée en gamme pour séduire de nouveaux utilisateurs. Un pari qui peut sembler risqué vu la concurrence, mais qui peut tout aussi bien porter ses fruits.

Alors qu’Honor a engrangé une solide réputation sur le secteur des smartphones, la jeune marque, séparée de Huawei depuis 2020, doit encore faire ses preuves pour s’installer plus durablement sur le segment des ultrabooks. Pour ce faire, Honor mise sur une montée en gamme et en performances, qui s’accompagne logiquement d’un tarif plus élevé.

Au programme on retrouve donc deux versions pour ce produit, avec le MagicBook 14, l’objet de notre test, et le MagicBook 15 dont le seul atout supplémentaire réside dans sa diagonale un peu plus généreuse.

Fiche technique du Honor MagicBook 14 (2021)

Modèle Honor MagicBook 14 (2021)
Taille de l'écran 14 pouces
Définition 1920 x 1080 pixels
Technologie d'affichage LCD
Écran tactile Non
Processeur (CPU) Core i7-1165G7
Puce Graphique (GPU) intel Iris Xe
Mémoire vive (RAM) 16 Go
Mémoire interne 512 Go
Norme Wi-Fi Wi-Fi 6 (ax)
Version du Bluetooth 5.1
Système d'exploitation (OS) Microsoft Windows 10
Dimensions 322.5 x 15.90 x mm
Poids 1380 grammes
Indice de réparabilité ?
8/10
Prix 999 €
Fiche produit

Le PC a été prêté par Honor pour ce test.

Sur ces deux modèles, la montée en gamme se traduit notamment par la présence d’un processeur Tiger Lake de 11e génération, l’Intel Core i7-1165G7 pour le premier et le i5-1135G7 pour le second, de 16 Go de mémoire vive, de 512 Go de stockage via un SSD NVMe, ou encore d’un écran « FullView » qui s’annonce (sur le papier) comme étant bien meilleur que l’an passé.

Un design inchangé

Sur le papier, la majeure partie de cette configuration a été revue à hausse, mais ce n’est cependant pas le cas du design qui ne bouge pas d’un cheveu par rapport au MagicBook 14 2020 et à sa copie quasi conforme, le Huawei MateBook D 2020.

On repart donc sur une esthétique qui donne dans la sobriété et laisse le choix entre deux coloris (Mystic Silver et Space Grey), qui rappellent évidemment ceux des MacBook d’Apple.

Comme nous en avions jugé en 2020, le design de cette machine est très réussi, notamment grâce à son châssis en aluminium, son bon niveau de finitions, ou encore sa charnière qui autorise de déployer l’écran jusqu’à 180 °. Globalement le MagicBook 14 fait bonne impression, même pour un laptop renouvelé dont le prix a bondi de près de 400 €.

Nous sommes cependant mitigés sur certains points, comme celui de l’emplacement de la webcam sous une touche du clavier, et dont nous reparlerons, ou encore de l’ouverture du PC qui se fait difficilement à une main sans que la machine ne viennent se soulever ; un élément qui n’est toutefois pas de la plus haute importance.

Le poids et les dimensions du laptop n’ont également pas bougé, avec 1 380 grammes sur la balance, nous avons affaire à un ordinateur facilement transportable, quoique moins qu’un poids plume comme le Huawei MateBook X et ses 998 grammes.

Clavier et touchpad

Le clavier se distingue clairement par les généreuses dimensions de ces touches, ce qui résulte sur un excellent confort de frappe et permet de saisir du texte rapidement en évitant les erreurs de saisie. Pour le reste, il s’agit de contacteurs chiclets somme toute très classiques avec ici une course de touche assez courte. Pour autant, ce clavier pêche par son rétroéclairage qui est, comme sur le MateBook X, bien trop faiblard avec ces deux niveaux de luminosité.


L’éclairage est à peine visible en journée, et ne se montre pas beaucoup plus concluant dans la pénombre. Quoi qu’il en soit, c’est toujours mieux que de ne pas avoir de rétroéclairage du tout.

Pas de reproche particulier à formuler à propos du trackpad qui offre une surface de bonne taille (122 x 65 mm). Toutefois, on aimerait voir un matériau et une texture un peu plus « premium » pour un laptop qui vise le milieu de gamme et non plus l’entrée.

Notons que l’emplacement de la puce NFC est bien délimité avec l’autocollant « Magic-link ». Cette puce permet de connecter simplement son smartphone Honor au PC, chose qu’il est également possible de faire rapidement via l’application PC Manager.

Connectique

La connectique est certes variée, mais par trop limitée. Le port USB-C sera ainsi bien plus sollicité pour alimenter le PC, et en l’absence d’un autre connecteur il faudra débrancher le chargeur dès que le besoin se fait sentir. Sur la même tranche, on trouve un connecteur HDMI et un port USB 3.0. La prise jack 3.5 mm est située sur l’autre tranche, accompagnée par un port USB 2.0 !

Oui, vous avez bien lu, Honor réitère avec cette norme dépassée qui n’offre que de faibles débits. Encore un point sur lequel la montée en gamme n’aura pas eu de conséquences. Enfin, on pourrait se dire que le Thunderbolt serait au programme avec un processeur Tiger Lake, mais ce n’est malheureusement pas le cas.

Audio

Les deux haut-parleurs du MagicBook 14 n’ont rien de particulier à offrir. Leur faible puissance et leur imprécision ne les destinent pas à être utilisés autrement que pour avoir un retour son du système. La musique, le jeu et le multimédia en général demanderont un casque ou autre pour que l’on puisse vraiment en profiter.

Webcam et biométrie

Aucun changement au niveau de la biométrie. Honor nous propose simplement un lecteur d’empreintes digitales qui prend place avec le bouton d’alimentation avec une identification rapide et sans faille.

Honor continue d’exploiter la caméra de 1 Mp que l’on trouve aussi chez Huawei. Cachée sous une touche, entre F6 et F7, elle répond aux besoins de confidentialité des utilisateurs mais cet emplacement offre un angle de capture vraiment mauvais, un point faible certain, d’autant que la qualité d’image n’est pas au rendez-vous.

Un écran qui ne se démarque pas vraiment

Le MagicBook arrive avec une nouvelle offre en matière d’écran avec une dalle IPS « FullView » en Full HD qui promet une couverture sRGB intégrale.

À l’aide de Calman Ultimate et d’une sonde X-rite i1 Display Pro Plus, nous avons constater que cette dalle fabriquée par BOE manque de précision. La courbe RGB n’est pas des plus stables et offre une température de couleur un peu trop chaude avec une valeur moyenne de 6 370 K. Rien de rédhibitoire malgré tout, la prédominance du rouge n’est que peu impactante, et il est possible d’ajuster la température via un clic droit sur le bureau puis « gestion de l’affichage ». De son côté, le gamma peine à suivre la courbe de référence avec une valeur moyenne de 1,947.

Ce léger manque de précision se retrouve lorsqu’il s’agit d’évaluer la fidélité de la dalle, avec une calibration d’usine correcte sans être exemplaire. La majorité des nuances de couleurs s’affichent avec de légères dérives, des dérives qui restent malgré tout largement contenues puisque la valeur maximale relevée est de 5,14. Le Delta E moyen de 3,28 est toutefois sensiblement supérieur à la valeur de référence au-delà de laquelle l’œil humain est capable de percevoir les dérives qui, rappelons-le, est de 3.

Enfin, la couverture de l’espace sRGB ne tient pas vraiment la promesse d’Honor. Selon nos mesures, cette dalle est capable d’afficher 93,5 % de l’espace sRGB et non 100 %.

Concluons avec la luminosité de cet écran, qui profite au passage d’un revêtement antireflet particulièrement efficace. Il est vrai que ce revêtement mat influe sur la luminosité maximale, relevée ici à 287 cd/m², mais dans les faits le visionnage de l’écran ne pose aucun problème même dans des conditions de forte luminosité ambiante. À son seuil minimum, la luminosité descend jusqu’à 4,2 cd/m², une très bonne valeur pour conserver un confort de visionnage idéal dans l’obscurité. Le contraste offert par cet écran est bon pour une dalle IPS. Avec un noir mesuré à seulement 0,282 cd/m², cet écran profite d’un taux de contraste de 1017 :1.

Une offre logiciel simple et basique

L’offre en matière de logiciel est assez basique sur ce MagicBook 14, mais le bon point c’est d’abord qu’on l’on y trouve aucun logiciel tiers cherchant à nous vendre tel ou tel service.

Mis à part le logiciel Nahimic qui permet d’ajuster et d’optimiser le son pour vos périphériques audio, on retrouve PC Manager, l’application que l’on retrouve chez Honor comme Huawei. Celle-ci veut faciliter la vie des utilisateurs, en déployant un « centre de notifications » qui vient se coller aux notifications Windows 10 à droite de la barre de tâche. Sans vraiment faire doublon avec la solution de Windows, cette barre de notification reste superflue selon nous. D’aucuns apprécieront tout de même d’avoir accès au presse-papier de cette manière, ou encore de pouvoir lancer l’association du smartphone ou la capture vidéo de l’écran en un seul clic.

PC Manager prend également place au sein d’une interface qui réunit au final assez peu de choses. Il nous est possible de vérifier et mettre à jour les pilotes, de changer de profil d’alimentation, et une nouvelle fois d’associer son smartphone. Avec PC Manager, Honor est encore loin de proposer quelque chose d’aussi complet et pertinent que les solutions d’Asus ou de Dell par exemple.

Performances

Honor fait confiance à Intel pour ce millésime 2021 du MagicBook, là où l’an passé le fabricant chinois se contentait d’un Ryzen 5 3500U sous architecture Zen. Il est clair Tiger Lake dispose de bien plus d’arguments pour doper les performances de ce laptop. Avec ses 4 cœurs et 8 threads, une fréquence d’horloge de base de 2,4 GHz et ses fréquences boost de 4,7 GHz (single-core) et 3,8 GHz (multi-core), le MagicBook a les armes pour passer à la vitesse supérieure.

L’autre avantage de ce processeur est évidemment son processeur graphique intégré, Iris Xe, qui dispose ici de 96 UE (unités d’exécution) avec une fréquence boost qui culmine à 1,35 GHz.

Nos résultats

Les résultats que nous obtenons montrent bien que l’on peut compter sur cette nouvelle puce pour effectuer des tâches plus gourmandes. Le MagicBook 14 profite allègrement de la montée en puissance offerte par l’architecture Tiger Lake et parviens à obtenir des scores de 5 702 points en multi-core et 1 521 points en single-core sous Cinebench R23 ; des résultats obtenus avec le profil d’alimentation « Performances » et qui sont logiquement un peu moins élevés avec le profil « Équilibré ».

Le MagicBook 14 affiche également des performances honorables sous PC Mark 10 avec un score global de 5 130 points. Largement à l’aise en bureautique, il affiche également de bonnes performances pour l’édition de photo et de vidéo, mais beaucoup moins pour réaliser des tâches qui impliquent des rendus 3D.

On le constate d’ailleurs en jeu puisque nous nous sommes essayés à Fortnite avec cette machine. Le jeu tourne correctement, mais avec une fréquence d’image qui reste un peu trop basse (aux environs de 40 fps) et quelques chutes de framerates. Malgré tout, le jeu parvient à afficher 60 fps quasi constants après que nous ayons abaissé l’échelle de résolution à 50 %, un compromis certes, mais il est toujours agréable de voir qu’il est possible de jouer occasionnellement sur une machine sans GPU dédié. L’idéal avec ce genre d’ordinateur portable est toutefois de profiter des avantages des services de cloud gaming.

Le MagicBook 14 arrive avec un SSD NVMe WD SN730 de 512 Go, c’est le seul composant de cette configuration à pouvoir être remplacé facilement. Ce disque est capable d’excellentes performances, comme le montre la capture de CrystalDiskMark ci-dessous.

3D Mark

Nos différents benchmarks sous 3D Mark montre que ce PC s’en sort relativement bien grâce à son processeur Core i7-1165G7 et sa puce graphique intégrée. Notre configuration obtient un score global de 14 713 points sous Night Raid, un bon résultat pour ce genre de machine. Ci-dessous, les scores obtenus avec les différents tests :

  • Time Spy (Graphics score) : 1 314 points
  • Time Spy Extreme (Graphics Score) : 566 points
  • Time Spy Stress Test : 99,7 % (stabilité du frame rate)

Dissipation thermique et nuisances sonores

Honor a mis à jour son système de refroidissement pour accompagner les nouvelles puces d’Intel. Selon le fabricant, cela se traduit par une augmentation de 38 % du flux d’air par rapport au modèle de l’an passé. La dissipation thermique se montre en effet très efficace ; durant nos sessions de jeu n’avons pas relevé de températures supérieures à 80 °C, tandis que les benchmarks les plus costauds de 3D Mark ont montré de légers pics allant jusqu’à 91 °C.

Les nuisances sonores sont quant à elle relativement contenues avec un fonctionnement quasi silencieux lorsque l’on effectue des tâches classiques. À plein régime lors d’activités plus gourmandes en ressources, le bruit émis par la ventilation reste suffisamment discret pour ne pas être dérangeant, un bon point pour une machine dont la vocation première est d’être transporté et utilisé partout.

Autonomie

L’autonomie du MagicBook fait clairement partie de ses points forts. A l’aide du test « Modern Office » de PC Mark 10, nous obtenons un indice de performance de 7 782 points. Il s’agit tout simplement du meilleur score que nous ayons relevé ces derniers mois, un résultat qui place ce laptop devant l’Asus Zenbook Duo UX482, un modèle équipé du même processeur, mais d’une batterie plus conséquente (70 Wh contre 55 Wh ici), dual-screen oblige. Enfin, ce test évaluant la durée de vie de la batterie s’est exécuté durant 7 heures et 12 minutes sur ce MagicBook, on peut donc estimer en condition d’utilisation normale, que l’autonomie de ce laptop dépasse les 8 heures et même sans doute un peu plus.

Le chargeur de 65 W est quant à lui léger et facilement transportable, tandis que son câble USB-C de 1,8 m est suffisamment long. Une charge complète demande assez peu de temps, comptez moins de 90 minutes.

Prix et disponibilité du Honor MagicBook 14

Le MagicBook 14 est d’ores et déjà disponible au tarif de 999 €. Le MagicBook 15 est quant à lui commercialisé à 899 €, mais arrive avec un processeur légèrement moins véloce, l’Intel Core i5-1135G7.

Notre avis sur Le Honor MagicBook 14 (2021)

design
7
Le design du MagicBook est réussi, comme c’était déjà le cas l’an passé. On reste malgré tout un peu sur notre faim pour un laptop dont le prix n’est plus du tout le même. Nous aurions par exemple aimé voir un touchpad et des bordures d’écrans réalisés avec des matériaux un peu plus haut de gamme, ou encore que Honor abandonne ce port USB 2.0 d’une autre époque.
écran
7
L’écran est bien meilleur que celui de la génération précédente, mais il n’a cependant rien de fantastique et n’est pas vraiment supérieur à ce que l’on trouve ailleurs sur cette fourchette de prix. La dalle IPS se comporte bien, la calibration d’usine est correcte, tout comme la luminosité ; en bref, un bon écran, mais sans avantage réel pour le démarquer.
caméra
5
La qualité d’image de la caméra est médiocre, tout comme son emplacement qui ne nous fait clairement pas apparaître sous notre meilleur profil. Malgré tout, la position de la caméra répond et surfe sur les besoins de vie privée dont se soucient de plus en plus les utilisateurs.
performances
8
Le MagicBook signe une montée en gamme réussie en matière de performances grâce aux processeurs Intel Core de 11e génération. La puissance déployée est suffisante pour accorder une belle polyvalence à ce laptop, alors que le refroidissement se montre efficace en toutes circonstances.
logiciel
7
On apprécie de ne pas être submergé de bloatwares et publicités lors du premier démarrage de ce laptop. L’expérience proposée avec PC Manager est un petit plus pour simplifier l’usage de cette machine, mais cet outil est loin d’être indispensable, hormis peut-être pour ceux qui possède un smartphone de la marque.
autonomie
9
Le MagicBook 14 est un laptop que l’on peut aisément emmener toute une journée sans trop se soucier de savoir si la batterie tiendra suffisamment ou non.
Réparabilité
 8
/10
INDICE DE RÉPARABILITÉ
Note finale du test
7 /10
Le MagicBook ne fait désormais plus partie de ces ultraportables accessibles avec un excellent rapport qualité/prix, sous la barre des 600 €. Honor parvient malgré tout à offrir une machine tout à fait cohérente sur le milieu de gamme, à qui profite largement la présence des processeurs Intel Core de 11e génération.

Bien plus polyvalent, le MagicBook gagne aussi sur le terrain de l’autonomie et du refroidissement, tout en optant pour un écran loin d’être parfait, mais déjà plus convaincant. Cette cuvée 2021 profite finalement des bons atouts que nous avions déjà constatés l’an passé, c’est le cas de son clavier ou encore de son châssis sobre et bien construit, tout en ajoutant les performances à l’équation.

On regrette cependant certains détails, les plus flagrants étant l’absence du Thunderbolt et une connectique hasardeuse avec un port USB-C voué à la charge la plupart du temps et un port USB 2.0 daté. Il en va de même concernant le design, même si nous l’apprécions nous n’aurions pas dit non à une petite mise à niveau de certains éléments, histoire d’être plus en adéquation avec ce nouveau positionnement tarifaire. Justement, le choix plus conséquent sur cette fourchette de prix conditionnera l’acheteur à y réfléchir à deux fois, reste à voir si les atouts du MagicBook 14 2021 parviennent à convaincre.

Points positifs du Honor MagicBook 14 (2021)

  • Refroidissement et performances pour un ultraportable

  • Excellente autonomie

  • Design sobre et réussi / bon niveau de finitions

  • Clavier confortable

  • Un écran correct, mais qui manque encore de justesse

Points négatifs du Honor MagicBook 14 (2021)

  • Webcam mal placée / qualité insuffisante

  • Rétroéclairage peu efficace

  • Pas de Thunderbolt

  • L'USB 2.0, daté

Les derniers articles