Beijing a demandé à Washington « de ne pas aller trop loin » en portant atteinte aux intérêts de la Chine, et a appelé Donald Trump à changer de cap pour éviter de nouvelles relations bilatérales préjudiciables pour les deux camps. De son côté, Huawei a également réagi aux sanctions américaines et a annoncé que l’impact serait limité pour son activité.

Hier, via un décret, le gouvernement américain a placé Huawei dans une liste noire. Les entreprises américaines doivent ainsi stopper leurs relations commerciales avec Huawei, c’est le cas de Google, Qualcomm et Intel. Evidemment, le gouvernement chinois et Huawei ont rapidement réagi à ces annonces.

Huawei, Android, Google et les États-Unis : toutes les réponses à vos questions

La Chine demande aux entreprises chinoises de prendre des mesures juridiques pour défendre leurs droits légitimes

La Chine s’oppose fermement aux récentes déclarations et actions des États-Unis qui portent atteinte à ses intérêts, notamment son recours à des moyens politiques pour réprimer les activités des entreprises chinoises, c’est ce qu’a déclaré le conseiller d’Etat et ministre des Affaires étrangères Wang Yi lors d’un appel téléphonique avec le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo. La Chine espère aionsi la concurrence sino-américaine obligera les États-Unis à déployer des innovations stratégiques plutôt que de recourir à des idées destructrices :

Nous espérons que toutes les parties feront preuve de retenue, de prudence afin d’éviter toute escalade — Wang Yi

Dans le même temps, la Chine a encouragé les entreprises chinoises à prendre des mesures juridiques pour défendre leurs droits légitimes, c’est ce qu’a déclaré Lu Kang, porte-parole du ministère des Affaires étrangères du gouvernement chinois.

Huawei n’a pas peur

Ren Zhengfei, fondateur et PDG de Huawei, a déclaré au média japonais Nikkei Asian Review que son entreprise n’avait rien fait qui aille à l’encontre des lois américaines et que l’interdiction aurait un impact limité sur ses activités. Il semble néanmoins évident que l’interdiction américaine va perturber le secteur mondial des nouvelles technologies, compte tenu de la taille de Huawei, premier fabricant mondial d’équipements de télécommunication et deuxième fabricant de smartphones derrière Samsung et devant Apple.

Une politique consistant à menacer les partenaires commerciaux, obliger les entreprises américains à stopper leurs activités… les Etats-Unis vont perdre leur crédibilité — Ren Zhengfei.

Huawei a déclaré avoir acheté pour environ 63 milliards d’euros de composants et de services auprès de ses 13 000 fournisseurs dans le monde entier en 2018, dont environ 9 milliards d’euros (11 milliards de dollars) auprès de fournisseurs américains. Huawei a également fait passer un message global via toutes antennes dans le monde pour ses consommateurs et auprès des médias :

Huawei a contribué de façon importante au développement et à la croissance d’Android à travers le monde. En tant que l’un des partenaires clés d’Android à l’échelle mondiale, nous avons travaillé étroitement avec leur plateforme open source pour développer un écosystème qui profite à la fois aux utilisateurs et à l’industrie.

Huawei continuera d’apporter les mises à jour de sécurité et d’assurer les services d’après-vente à tous les smartphones et tablettes déjà vendus et tous ceux disponibles sur le marché à travers le monde. Nous continuerons de construire un écosystème logiciel sécurisé et durable afin d’apporter la meilleure expérience à tous les utilisateurs dans le monde.

En France, il n’y a pas eu de déclaration officielle pour le moment. Néanmoins la semaine dernière au salon VivaTech, Emmanuel Macron avait déclaré que la France permettra à Huawei de construire son infrastructure de réseau 5G tout en préservant la sécurité nationale, selon RFI.

(…) la France permettra à Huawei de construire son infrastructure de réseau 5G tout en préservant la sécurité nationale

Huawei avait précédemment annoncé la préparation d’un plan d’urgence dans le cadre d’un tel blocage d’Android en développant ses propres technologies et son propre OS mobile, dont certaines sont déjà utilisées dans des produits Huawei vendus en Chine.

Demain a lieu la conférence Honor à Londres où seront annoncés les Honor 20, cela sera l’occasion pour le groupe Huawei de prendre la parole suite aux annonces américaines.