Des employés de Huawei auraient travaillé pour la R&D de l’armée chinoise

 

Jusqu’à présent, les preuves d’espionnage de Huawei pour le compte de l’administration chinoise étaient bien ténues. Néanmoins, selon l’agence Bloomberg, l’armée chinoise aurait bien fait appel à des employés du groupe télécom dans le cadre de plusieurs projets de recherche.

huawei

Depuis plusieurs années, les craintes autour de Huawei, notamment aux États-Unis, viennent du fait que le groupe chinois serait particulièrement proche du régime de Pékin. Outre la loi sur le renseignement de 2017 qui impose aux entreprises du pays de « participer à l’effort de renseignement national », Huawei est considéré comme étant particulièrement proche du régime, du fait des liens entre son fondateur, Ren Zhengfei, et l’armée populaire dont il a été membre pendant huit ans.

Néanmoins, malgré ces craintes, Washington n’avait jusqu’à présent dévoilé aucune preuve d’espionnage de la part de Huawei, que ce soit sur les infrastructures télécoms ou sur les smartphones. Ce n’est toujours pas le cas, mais, ce jeudi, l’agence Bloomberg rapporte de nouveaux éléments sur les liens entre des salariés de Huawei et l’armée populaire chinoise.

Lien YouTubeS’abonner à Frandroid

Dix projets de recherche concernés

Dans un article publié ce jeudi, l’agence révèle en effet qu’« au cours de la décennie précédente, des employés de Huawei ont fait équipé avec différents organes de l’armée de libération populaire sur au moins dix projets de recherche concernant l’intelligence artificielle ou les communications radio ». Selon Bloomberg, un de ces travaux de recherche visait à analyser et classifier les émotions dégagées des commentaires de vidéos en ligne. Ces projets n’étaient pas confidentiels comme le précise le média américain, mais ont été découverts en cherchant sur des bases de données universitaires des publications réalisées entre des employés Huawei et l’armée chinoise.

Interrogé par Bloomberg, Huawei affirme que ces travaux étaient réalisés par les employés à des fins purement personnelles : « Huawei n’est pas au courant que ses employés ont publié des travaux de recherche à titre individuel. […] Huawei n’a aucune collaboration de recherche et développement ni aucun partenariat avec les institutions de l’armée de libération populaire ».

Huawei, Android, Google et les États-Unis : toutes les réponses à vos questions

Les derniers articles