Introduction

Motorola revient en cette fin d’année sur l’entrée/milieu de gamme avec le One, un smartphone qui fait le pari d’intégrer le label Android One. Cela suffit-il seulement à le rendre meilleur que ses concurrents sur ce segment très compétitif ? C’est ce que nous allons déterminer dans ce test.

Fiche technique

Modèle Motorola One
Version de l'OS Android 8.1
Interface Android Stock
Taille d'écran 5,9 pouces
Définition 2160 x 1080 pixels
Densité de pixels 409 ppp
SoC Snapdragon 625 à 2GHz
Processeur (CPU) ARMv8
Puce Graphique (GPU) Adreno 506
Mémoire vive (RAM) 4 Go
Mémoire interne (flash) 64 Go
MicroSD Oui
Appareil photo (dorsal) Capteur 1:13 Mégapixels, Capteur 2: 2 Mégapixels
Appareil photo (frontal) 8 Mégapixels
Enregistrement vidéo 4K
Wi-Fi Oui
Bluetooth 5.0 + A2DP + LE
Réseaux LTE, HSPA, GSM
SIM 2x nano SIM
NFC Oui
Ports (entrées/sorties) USB Type-C
Géolocalisation Oui
Batterie 3000 mAh
Couleurs Noir
Prix 237€
Fiche produit

Ce test a été réalisé à partir d’un smartphone prêté par la marque.

Design

Avec ce One, Motorola n’a pas cherché à être le plus original possible, mais à rentrer dans tous les carcans créés en 2018. Voici donc un énième téléphone qui met en avant un grand écran sur sa face avant, et intègre pour ce faire… une encoche, comparable d’ailleurs à l’iPhone X et donc assez massive.

Cela ne l’empêche d’ailleurs pas d’avoir un menton assez prononcé, qui ne sert qui plus est à rien d’autre qu’à afficher la marque Motorola. Sur son segment de prix, ce trait n’est pas si rare et pourrait être excusé facilement… si les bordures autour de l’écran n’étaient pas aussi prononcées qu’elles ne le sont. Malgré l’encoche, nous avons bien 3 mm de vide de chaque côté de l’écran, ce qui ternit quelque peu le design global.

Sur son dos, nous retrouvons un double capteur photo situé en haut à gauche, orienté à la verticale. Les deux capteurs sont ici très larges, mais dépassent assez peu du corps. Ils encerclent le double flash LED. Au centre du corps, on retrouve le lecteur d’empreintes digitales là où le doigt vient naturellement se reposer. Le logo Motorola y est également apposé.

Sur le haut du téléphone, on retrouve une simple prise jack et le micro de réduction de bruit. Sur la tranche gauche, seule la longue trappe Dual SIM + micro SD est présente. Sur la tranche droite, on retrouve le bouton de verrouillage ainsi que le volume, placés un peu plus haut qu’habituellement sur le marché, mais facilement accessibles pour autant. Enfin, la tranche inférieure abrite le port USB type C ainsi que deux grilles de haut-parleurs.

En main, le Motorola One est très agréable, et ce en partie grâce à ses côtés très arrondis. Le téléphone peut paraître un peu épais, mais il est léger et offre donc une préhension très bonne. Ses finitions ne sont par contre pas exceptionnelles : on peut voir les rainures entre le dos et le cadre, tandis que l’écran y semble vraiment collé sans trop d’attention aux détails.

À ce prix cependant, on recherche moins un bijou qu’un appareil agréable. C’est le cas du Motorola One, mais son design à grosse encoche et bordures prononcées détonne quelque peu face à une compétition sur ce segment qui fait de plus en plus attention au moindre détail. Il manque en vérité d’un certain… raffinement.

Notez qu’une coque en silicone est offerte avec le téléphone.

Écran

Le Motorola One dispose d’un grand écran IPS LCD d’une diagonale de 5,9 pouces au ratio 19:9, supportant une définition maximale en HD+ 1520 x 720. Cela équivaut à 287 ppp. Notons que la plupart des concurrents sur ce segment sont dans les mêmes eaux, mais avec une définition en Full HD+.

À l’œil, il faut avouer que cette petite définition n’est pas gênante. L’écran apparaît un peu bleu, mais très lumineux et très précis. Il est vraiment agréable à regarder et offre un affichage tout de même assez fin.

Notre sonde nous indique que l’écran tire effectivement vers le bleu, avec une température de couleurs moyenne relevée à 7400K. Le contraste est également excellent à 1551:1. La luminosité maximale est plus que décente à 441 cd/m² sur ce tarif, et le smartphone couvre tout de même une bonne partie de l’espace de couleur sRGB.

Malgré le label Android One, il est tout de même possible de recalibrer l’écran quelque peu dans l’interface en choisissant deux modes de couleurs (normale / éclatante) ainsi que trois températures de couleurs différentes.

Logiciel

Le Motorola One est livré d’office sous Android 8.1 Oreo, avec le patch de sécurité d’août 2018. Faisant partie du label Android One, il offre une expérience logicielle telle que voulue par Google pour Android dans sa version la plus pure. La marque promet également un suivi supérieur à la moyenne, avec 2 ans de mises à jour majeures et 3 ans de mises à jour de sécurité ; Android Pie est promis avant la fin du mois. Et malgré tout, le patch de sécurité date fortement…

Motorola a tout de même réussi à faire quelques modifications malgré ce label. On notait dans la partie écran qu’il était possible de retoucher un peu la colorimétrie, ce qui n’est pas habituel sur Android One. Ce qui l’est, c’est évidemment l’accueil personnalisable à tiroir d’applications s’ouvrant par un simple geste vers le haut et le volet Google accessible sur la gauche.

La particularité du Motorola One est d’avoir réussi à inclure certains gestes habituels pour les possesseurs de smartphones de la marque. Il vous est ainsi possible de « trancher » dans l’air pour allumer la lampe torche, et secouer le téléphone pour accéder rapidement à l’appareil photo. Le mode Always On est également accessible sur ce Motorola One, laissant l’écran allumé pour afficher l’heure et les notifications.

Difficile d’en dire plus puisque l’expérience elle-même est tout simplement celle… d’Android. On pourra noter qu’il n’offre pas la reconnaissance faciale, mais un lecteur d’empreintes efficace.

Du côté de la gestion des DRM, le Motorola One est certifié au niveau L1 par Widevine, lui permettant ainsi d’accéder à des contenus HD sur les plateformes de sVOD comme Netflix, myCanal ou Amazon Prime Video.

Performances

Le Motorola One est équipé du Snapdragon 625, SoC milieu de gamme sorti au début de l’année… 2016. Il y couple 4 Go de RAM. On ne va pas se le cacher : cette configuration est quelque peu décevante, particulièrement face à des concurrents qui font beaucoup plus d’efforts en la matière… parfois même pour moins cher.

 Motorola OneHonor 8XHuawei Mate 20 LiteXiaomi Mi A2Nokia 6.1
SoCSnapdragon 625Kirin 710Kirin 710Snapdragon 660Snapdragon 630
AnTuTu 7.x81 427139 437137 975129 62890 718

Sur Arena of Valor, l’expérience est en demi-teinte. D’un côté, le jeu se paramètre automatiquement avec l’affichage et les particules au maximum, et est capable d’atteindre le 30 FPS. De l’autre, l’expérience n’est pas parfaitement fluide et il n’est pas possible de débloquer le framerate, faisant qu’il vaudra mieux abaisser la qualité graphique pour une meilleure expérience.

Sur PUBG Mobile, le jeu se règle automatiquement aux graphismes « Fluide » avec une fréquence d’image moyenne, soit proche de la configuration la plus basse. Malgré tout, les chutes de framerate ne sont pas rares et l’expérience est loin d’être stable. Il est toujours possible de jouer, mais ces petits a-coups sont crispants.

Au moins, le téléphone ne chauffe pas le moins du monde en jeu… mais c’est peut-être parce qu’il ne fait pas un grand effort non plus.

Appareil photo

Double capteur photo arrière

Le Motorola One dispose d’un capteur principal de 13 mégapixels à objectif ouvrant en f/2.0 avec des photosites de 1.12µm. Il est épaulé par un second capteur de 2 mégapixels à objectif ouvrant en f/2.4 et photosites de 1.75µm, dédié à la reconnaissance de la profondeur.

En plein jour, ses performances sont plutôt correctes, voire très bonnes sur certains points. On notera par exemple une belle conservation des teintes de la photographie, et souvent un très beau niveau de netteté. Son plus grand problème réside dans les plages dynamiques fortes, où les blancs brûlent très rapidement l’image. Il a également beaucoup de mal dès que l’on se rapproche fortement d’un sujet, et son traitement post-capture a tendance justement à effacer trop de détails pour faire ressortir les couleurs.

En basse luminosité et en intérieur, c’est une nouvelle fois la dynamique qui pose problème. Le bruit se fait vraiment présent rapidement, et les couleurs ternissent rapidement voire même disparaissent dès que l’appareil doit traiter des zones d’ombre et de pleine lumière simultanément. La netteté se perd également, faisant que les clichés manquent vraiment de précision même dans des conditions qui ne sont pas particulièrement compliquées.

De nuit, tout part à vau-l’eau. Les couleurs sont loin d’être respectées, l’image perd énormément en détail, les lumières se répandent n’importe comment sur l’image et le smartphone a un mal fou à trouver le point de focus important de l’image. Ce n’est pas totalement inutilisable, mais personne ne sera impressionné par ces photos, loin de là.

C’est peut-être le plus grand problème de l’appareil photo du Motorola One : il n’est pas agréable à utiliser. Qu’importe les conditions lumineuses, le focus peine souvent à se faire. Surtout, l’expérience photo est vraiment dépendante du rendu post-capture, faisant qu’il faut bien 30 pleines secondes avant de pouvoir consulter la photo finale. Et parfois… le résultat est moins bon que la photo première, notamment sur la netteté.

Capteur photo avant

À l’avant, nous avons le droit à un simple capteur de 8 mégapixels à objectif ouvrant en f/2.2 et photosites de 1.12µm. Il y a également un flash LED en façade.

En pleine lumière, le rendu du téléphone est très satisfaisant avec un bon niveau de détails et des couleurs vraiment très bonnes. Cela sa gâte directement en intérieur, alors que la netteté s’évapore et que la teinte du cliché devient d’un coup très blafarde. Le bruit est d’ores et déjà présent dans ces conditions, préfigurant des performances vraiment catastrophiques en basse luminosité où le cliché n’est tout simplement pas utilisable.

Il y a bien un flash à l’avant, mais sa puissance n’est pas contrebalancée par un rendu efficace. De ce fait, il fait bien apparaître le sujet, mais lui donne une teinte maladive… s’il ne ferme pas les yeux en se prenant le faisceau de lumière en pleine face subitement.

Mode portrait

Le mode portrait est disponible aussi bien à l’avant qu’à l’arrière sur ce smartphone, quand bien même seule la configuration arrière dispose d’un capteur de profondeur. Les deux sont en vérité très dépendants d’un traitement logiciel intervenant après la capture.

L’effet bokeh est d’ordre général plutôt réussi, mais il se fait au détriment de la qualité générale de la photographie prise. Les contours sont plutôt bien repérés sur le visage, mais moins sur le corps. La netteté en prend un coup du même temps, faisant que le résultat est mitigé.

Même chose pour le capteur en façade : la qualité se ternit immédiatement. Ici, l’arrière-plan se retrouve totalement brûlé alors que le contexte lumineux n’est pas si fort.

Autonomie

Concernant l’autonomie, le Motorola One s’équipe d’une batterie assez simpliste de 3 000 mAh. Le téléphone est également compatible avec la recharge TurboPower de Motorola à 15W.

Sur notre test Viser, le Motorola One s’en tire à la perfection en tenant 12 heures et 31 minutes. Ce score le place dans le top 5 des smartphones les plus endurants testés cette année : on comprend mieux la définition HD+ qui est sans nul doute responsable, en prime d’Android One, d’une telle autonomie.

Test d'autonomie Viser
  • Moto One : 751
  • Redmi Note 6 Pro : 600
  • Mate 20 Lite : 653

À l’utilisation, on remarque très vite que le pourcentage ne baisse pas si facilement sur l’appareil. Qu’il s’agisse d’encaisser des vidéos, des jeux, ou une utilisation classique, le Motorola One en redemande toujours et semble infatigable en comparaison des autres téléphones du marché. Et ce qu’importe le segment observé !

La recharge rapide Turbo Power à 15W, dont le chargeur spécial est fourni d’office, fonctionne également très bien en permettant de gagner 29% de recharge en trente minutes de 30 à 59%. Le téléphone a toutefois tendance à chauffer pendant celle-ci, et la recharge complète reste un peu longue aux environs de deux heures.

Galerie photo

Prix et date de sortie

Le Motorola One est d’ores et déjà disponible au prix de vente conseillé de 299 euros.

A ce tarif, ses principaux concurrents sont surtout les Nokia 7.1, Honor 8X et Xiaomi Mi 8 Lite.

Test Motorola One Le verdict

design
7
Le Motorola One ne cherche pas à briller sur ce point, mais offre plutôt une expérience solide et complète. Son encoche est hélas très marquée, et celle-ci ne supprime pas une grande bordure inférieure et des rebords épais entourant l'écran. Cependant, ça reste efficace sans briller.
écran
8
La dalle IPS LCD du Motorola One est d'excellente facture avec une très bonne luminosité soutenue par un contraste très bon. La possibilité de régler la colorimétrie dans les paramètres est également un grand plus. Dommage que la définition soit en HD+.
logiciel
9
Android One est toujours une grande force pour ceux qui apprécient une expérience pure. Les petits rajouts qu'a réussi à négocier Moto sont très bons et couvrent les petites faiblesses du label. Espérons que le suivi soit vraiment là : le patch de sécurité en retard ternit le très beau tableau actuellement.
performances
5
Le Snapdragon 625 ne devrait plus être utilisé en fin 2018, qu'importe le segment. Et cela se ressent : les performances brutes du Motorola One sont extrêmement décevantes pour le prix qu'il demande. Seule une utilisation très modeste d'un smartphone saura s'en contenter.
caméra
6
L'appareil photo n'est pas catastrophique en soi, mais ses performances ne sont pas exceptionnelles non plus, particulièrement en basse luminosité. Surtout : il n'est pas agréable à utiliser puisque trop dépendant d'un rendu assez lent.
autonomie
9
Malgré sa petite batterie de 3 000 mAh, le Motorola One... refuse de s'éteindre, tout bêtement. La recharge rapide Turbo Power, dont le chargeur spécial est fourni d'office, est très bonne.
Note finale du test 7/10
Le Motorola One est loin d'être sans défaut. Son design sera affaire de goûts, mais ses finitions ne sont pas exceptionnelles pour son tarif. Surtout, on retiendra des performances vraiment en dessous de la moyenne et une expérience photo passable, deux points sur lesquels ses concurrents font bien mieux.

Il a tout de même quelques arguments pour lui. Déjà, son écran est de très bonne qualité, et l'expérience Android One fournie est sans conteste la plus complète rendant le téléphone très simple et agréable à utiliser. Mais surtout, c'est son autonomie qui fait sa force : le Motorola One paraît increvable à l'utilisation !

Si vous voulez un smartphone seulement pour consulter le net et YouTube ponctuellement, et qui tient vraiment la route... On pourrait vous conseiller ce Motorola One. Ceci étant, il ne faut pas oublier que ses concurrents sur cette gamme de prix font bien mieux que lui sur de nombreux points, et représentent un bien meilleur rapport qualité/prix.
  • Points positifs
    • Dalle de très bonne facture
    • Excellente autonomie
    • Android pur et simple
  • Points négatifs
    • Appareil photo lent à la qualité discutable
    • Un Snapdragon de 2016 en 2018
    • 720p, vraiment ?