Motorola RAZR : un premier test montre un écran moins résistant que le Galaxy Fold

Et paf l'écran !

 

Aux États-Unis, les premiers tests du Motorola RAZR soulignent la fragilité de sa conception. Cnet publie une vidéo de test de résistance de son écran pliable. Bilan : il ne pourrait tenir qu'un an avant de montrer des signes de faiblesse.

Au CES de Las Vegas, Motorola faisait sensation en dévoilant un reboot de son mythique RAZR. La version 2020 reprend le format de son ancêtre à un (gros) détail près : il intègre un écran pliable.

Premiers tests peu flatteurs

Débarqué aux États-Unis, ce RAZR nouvelle génération passe entre les mains expertes des testeurs. Hélas, les premiers retours soulignent une conception fragile, notamment au niveau de l’écran.

Cnet publie même une vidéo de test de résistance censée évaluer la limite de cycles ouverture-fermeture supportée par la dalle. Le Foldbot (robot utilisé pour les tests) a enregistré 27 000 cycles avant que l’écran du RAZR ne commence à se dégrader. À partir de ce seuil, les testeurs ont observé des signes de résistance de la charnière, un bruit de craquement et un décalage entre les deux parties du smartphone. À titre de comparaison, sur ce même test, le Galaxy Fold avait survécu à 119 380 cycles durant 14 heures.

Lien YouTubeS’abonner à Frandroid

Cnet précise que le score relevé sur le Foldbot équivaut à un an d’utilisation pour un consommateur américain (environ 80 cycles par jour). Une durée de vie insuffisante pour un produit vendu à 1599 euros.

Oui, mais… Deux questions restent en suspens. Les déboires du Motorola RAZR sont-ils inhérents à la jeunesse de la technologie d’écran ? Les tests de nos confrères américains représentent-ils vraiment un usage quotidien ? Nous attendrons bien évidemment de le tester pour tirer nos propres conclusions. En attendant, nous avons eu l’occasion de le prendre rapidement en main lors de son officialisation en Europe afin de nous forger un premier avis.

Souvenons-nous du Galaxy Fold

Ces premiers tests ne sont pas sans rappeler ceux du Galaxy Fold. L’année dernière, le premier smartphone pliable de Samsung avait lui aussi montré des signes de fragilité dans les tests de nos confrères américains. Défauts que nous n’avions pas relevé de notre côté.

Néanmoins, face au bad buzz, Samsung avait revu sa copie en renforçant les charnières et en ajoutant une couche de protection sur l’écran. Ces ajustements avaient valu un report de la commercialisation du Fold à la rentrée 2019 (initialement prévue au printemps). Deuxième essai réussi.

Le 11 février prochain Samsung lancera le Galaxy Z Flip, un modèle pliable lui aussi inspiré de nos anciens téléphones à clapets. Le Coréen aura donc l’occasion de confirmer les excellentes impressions laissées par le Galaxy Fold, même si ce dernier s’apparentait plus à une tablette que l’on glisse dans la poche plutôt qu’à un smartphone pliable.

Les derniers articles

  • Microsoft passe Swiftkey et OneNote au mode sombre

    Microsoft

    Microsoft passe Swiftkey et OneNote au mode sombre

    15 février 202015/02/2020 • 11:00