Test des Nothing Ear (a) : dans la cour des grands

Du trĂšs bon son Ă  moins de 100 euros

 

CommercialisĂ©s Ă  moins de 100 euros, les Nothing Ear (a) ouvrent la gamme d’écouteurs de Nothing. La diffĂ©rence avec les plus onĂ©reux Ear ? Un transducteur en plastique et non en cĂ©ramique, avec quelques menues concessions acoustiques. Pour le reste, le petit Poucet hĂ©rite de la mĂȘme rĂ©duction de bruit active et du nouveau systĂšme dynamique d’amĂ©lioration des basses frĂ©quences. Une belle surprise.

Test Nothing Ear (a)
Les écouteurs Nothing Ear (a) // Source : Tristan Jacquel pour Frandroid

LancĂ©s simultanĂ©ment avec les Nothing Ear, les Nothing Ear (a) visent une clientĂšle souhaitant investir a minima dans des Ă©couteurs True Wireless pour Ă©couter de la musique. Pour autant, les Nothing Ear (a) ne sont pas des Ă©couteurs au rabais et sont trĂšs similaires aux Ear. MĂȘme design, mĂȘme gabarit, mĂȘme systĂšme de rĂ©duction de bruit active, mĂȘmes microphones pour les appels, mĂȘme technologie d’amĂ©lioration des basses frĂ©quences, les composants en commun sont nombreux. À une diffĂ©rence prĂšs : les transducteurs de 11 mm sont ici fabriquĂ©s en simple polyurĂ©thane thermoplastique et non en cĂ©ramique comme ceux des Ear.

De fait, les Ear (a) ne peuvent sonner comme les Ear et devraient ĂȘtre un cran en dessous acoustiquement. Et pourtant


Fiche technique

ModĂšle Nothing Ear (a)
Format Ecouteurs sans fil
Batterie amovible Non
Microphone Oui
RĂ©duction de bruit active Oui
Autonomie annoncée 42,5 heures
Type de connecteur USB Type-C
Poids 9,6 g
Fiche produit

Ce test a Ă©tĂ© rĂ©alisĂ© avec des Ă©couteurs prĂȘtĂ©s par Nothing.

Tout en transparence

Les Ă©couteurs Nothing Ear (a) ressemblent comme deux gouttes d’eau aux Ear, mais sont dĂ©clinĂ©s en plusieurs coloris, dont un jaune pimpant. Leur format est plutĂŽt conventionnel, avec une coque dessinĂ©e pour Ă©pouser et s’arrimer Ă  l’intĂ©rieur du pavillon de l’oreille, prolongĂ©e par une courte tige dotĂ©e d’une zone de contrĂŽle par pincement. La qualitĂ© de fabrication est au-dessus de tout soupçon.

Test Nothing Ear (a)
La tige des Nothing Ear (a) // Source : Tristan Jacquel pour Frandroid

La particularitĂ© esthĂ©tique des Nothing Ear (a), c’est la transparence de leur tige, qui laisse voir sur la partie antĂ©rieure certains des composants Ă©lectroniques utilisĂ©s. C’est la marque de fabrique des Ă©couteurs Nothing et ce look a de quoi intriguer, sinon sĂ©duire. Et, autant le dire de suite, tous les efforts du fabricant n’ont pas Ă©tĂ© tournĂ©s vers le design : la partie technique et acoustique a Ă©tĂ© sĂ©rieusement dĂ©veloppĂ©e. En somme, ce ne sont pas uniquement de beaux Ă©couteurs.

Les Ă©couteurs Nothing Ear (a)
Les Nothing Ear (a) sont trÚs confortables // Source : Tristan Jacquel pour Frandroid

Le confort de port des Ear (a) est excellent. Leur insertion dans les oreilles s’effectue sans la moindre difficultĂ© et les Ă©couteurs n’en bougent ensuite plus. Ils n’exercent pour autant aucune contrainte mĂ©canique pĂ©nible. Dans ces conditions, la pratique sportive est possible, d’autant qu’ils ne craignent ni la transpiration ni les intempĂ©ries. Quant aux longues sessions d’écoute, elles ne procurent pas non plus d’inconfort.

Test Nothing Ear (a)
Les Nothing Ear (a) dans leur boßtier // Source : Tristan Jacquel pour Frandroid

Le boĂźtier de rangement des Nothing Ear (a) est plus compact que celui des Ear, moins Ă©pais notamment. Contrairement Ă  celui des Ear, le boĂźtier de charge des Ear (a) n’est pas compatible avec la charge sans fil et il faudra se contenter de son port USB-C, logĂ© sur la tranche arriĂšre. Le bouton d’appairage Bluetooth se trouve sous le capot, Ă  l’opposĂ© de la petite LED d’état. Ce boĂźtier est lĂ©ger, facile Ă  saisir et Ă  ouvrir.

Des fonctions novatrices et utiles

Le systĂšme de commandes des Nothing Ear (a) est identique Ă  celui des Ear, soit une zone Ă  pincer situĂ©e en partie basse de chacune des tiges. MĂȘme reproche que pour les Ear, cette zone nĂ©cessite de pincer plutĂŽt fort pour que les commandes soient effectives. Cela n’entrave toutefois pas l’utilisation des Ă©couteurs et dĂšs lors qu’on a pris le pli, il n’y a pas de ratĂ©. En outre, la lecture est automatiquement mise en pause dĂšs que les Ă©couteurs sont ĂŽtĂ©s, puis reprend lorsqu’on les chausse.

Par défaut, les commandes sont programmées comme suit :

  • Un pincement : mise en pause, reprise de la lecture, prise et fin d’appel
  • Deux pincements : piste suivante et rejet d’appel
  • Trois pincement : piste prĂ©cĂ©dente
  • Pincement prolongé : activation de l’ANC ou du mode transparence
  • Un pincement simple, puis un prolongé : aucune action par dĂ©faut

Avec les rĂ©glages par dĂ©faut, il n’est donc pas possible d’ajuster le volume d’écoute depuis les Ă©couteurs. Le mal est vite rĂ©parĂ©, puisque l’app Nothing X propose de paramĂ©trer largement les commandes.

On peut ainsi attribuer la baisse du volume Ă  l’écouteur gauche et l’augmentation au droit, en pinçant longuement ou en effectuant un pincement simple puis un prolongĂ©. C’est Ă©galement via cette personnalisation que l’invocation de l’assistant vocal du smartphone peut ĂȘtre activĂ©e.

Un systĂšme dynamique de renforcement des basses

Les Nothing Ear (a) hĂ©ritent du tout nouveau systĂšme de renforcement des basses frĂ©quences des Ear. Actif par dĂ©faut et ajustable sur cinq niveaux, cet algorithme renforce de façon sĂ©lective certains sons graves pour donner plus de corps Ă  la musique. Cela fonctionne trĂšs bien, notamment Ă  faible volume oĂč le niveau 5 permet de profiter d’un son charpentĂ©. Les rĂ©sultats sont toujours sĂ©duisants, quelle que soit la musique jouĂ©e et, tout au long de ce test, je n’ai jamais Ă©tĂ© tentĂ© de dĂ©sactiver cette option.

Un Ă©galiseur basique, mais suffisant

Deux options prĂ©sentes dans l’app Nothing X avec les Ă©couteurs haut de gamme Ear sont absentes avec les Ear (a). Il s’agit de l’égaliseur avancĂ© et du dispositif de mesure de l’acuitĂ© auditive de l’utilisateur. Objectivement, cela n’handicape pas ces Ă©couteurs. L’égaliseur proposĂ© se prĂ©sente sous la forme d’un diagramme araignĂ©e, avec trois axes (grave/mĂ©dium/aigu) et autant de curseurs que l’on peut dĂ©placer pour ajuster le volume des trois registres.

On le verra plus loin, c’est amplement suffisant tant ces Ă©couteurs n’ont pas beaucoup de dĂ©fauts Ă  corriger. L’absence du systĂšme de correction auditive n’a strictement aucune incidence, tant le rĂ©sultat est un peu toujours le mĂȘme et que l’app propose simplement de renforcer les hautes frĂ©quences. C’est possible avec l’égaliseur.

Solide liaison radio

CĂŽtĂ© Bluetooth, les Nothing Ear (a) proposent la double connexion et l’appairage rapide (Google FastPair, Microsoft Swift Pair), ce qui permet de passer facilement d’une source Ă  une autre, sans besoin de se dĂ©connecter manuellement. La liaison radio est solide jusqu’à 10 mĂštres et je n’ai relevĂ© aucune coupure au travers d’un plancher bois ou d’une cloison mince avec un iPhone et un smartphone Android.

Test Nothing Ear (a)
Une petite pastille rouge pour ne pas se tromper d’oreille // Source : Tristan Jacquel pour Frandroid

Les technologies de transmission audio sont au nombre de trois, avec les codecs SBC, AAC et LDAC. Ce dernier — qui n’est pas disponible avec les appareils Apple — offre un dĂ©bit de donnĂ©es supĂ©rieur. Toutefois, des Ă©coutes comparatives entre un iPhone (AAC) et un smartphone Huawei (LDAC) mettent en lumiĂšre des diffĂ©rences minimes et pas nĂ©cessairement en faveur de la compression audio LDAC. Quant Ă  la latence, elle peut ĂȘtre abaissĂ©e grĂące Ă  un mode spĂ©cifique disponible dans l’app, mais un lĂ©ger retard du son sur l’image persiste dans les jeux vidĂ©o. En lecture vidĂ©o, aucun souci, la synchronisation est parfaite.

L’ANC impressionne

Les Nothing Ear semblent avoir hĂ©ritĂ© du mĂȘme systĂšme d’ANC que les Ear. Bonne nouvelle, car il est trĂšs bon et rivalise avec les meilleurs de la catĂ©gorie. Une aubaine Ă  99 euros. ConcrĂštement, les bruits graves autour de l’auditeur sont efficacement attĂ©nuĂ©s et la rĂ©duction de bruit active impacte mĂȘme les sons plus clairs. Nothing indique d’ailleurs que le systĂšme travaille jusqu’à 5000 Hz. En voiture ou en tram, certains bruits clairs et intenses filtrent nĂ©cessairement et perturbent ponctuellement l’écoute, mais globalement, c’est la calme qui prĂ©domine et l’on profite vraiment de la musique. Plusieurs niveaux d’intensitĂ© sont proposĂ©s, mais ils ne prĂ©sentent guĂšre d’intĂ©rĂȘt et, sauf Ă  vouloir prĂ©server l’autonomie des Ă©couteurs, autant laisser fonctionner l’ANC Ă  pleine puissance pour ĂȘtre tranquille.

Le mode transparence permet d’entendre autour de soi et de tenir une conversation (musique en pause). Il n’est pas d’une transparence folle, comme celui des Apple AirPods Pro 2, mais il fait l’affaire.

Dynamisme et résolution sonore

La grande diffĂ©rence entre les Ă©couteurs Nothing Ear (a) et les Ear, c’est le type de transducteur qui les anime. Pas de diaphragme en cĂ©ramique dans les Ear (a), mais simplement un mĂ©lange de plastiques pour former le transducteur de 11 mm. Cela s’entend dans les hautes frĂ©quences, un peu moins rigoureuses et claires. Pourtant, la signature tonale des deux modĂšles est trĂšs proche, avec un grave puissant et profond, beaucoup de dynamisme et de prĂ©cision.

Test Nothing Ear (a)
Un son franchement Ă©patant, au regard du prix et dans l’absolu // Source : Tristan Jacquel pour Frandroid

Les Nothing Ear (a) produisent un son trĂšs entraĂźnant, qui flatte l’oreille et la nourrit de mille dĂ©tails. S’il fallait souligner une diffĂ©rence importante entre Ear (a) et Ear, ce serait la reproduction des voix, meilleure Ă  mon goĂ»t avec les Ear (a), car mieux incarnĂ©e, Ă  la faveur d’une reproduction plus gĂ©nĂ©reuse des frĂ©quences bas-mĂ©dium. Ce surcroĂźt de prĂ©sence dans le bas-mĂ©dium a pour effet de masquer un peu les hautes frĂ©quences, pourtant trĂšs gĂ©nĂ©reuses d’aprĂšs notre courbe de mesure. En jouant de l’égaliseur (ajouter +5 dans l’aigu), on retrouve la brillance qui fait dĂ©faut, sans toutefois retrouver l’aĂ©ration des Nothing Ear.

Test Nothing Ear (a)
La courbe de réponse des Nothing Ear (a) // Source : Tristan Jacquel pour Frandroid

La courbe de rĂ©ponse peut sembler accidentĂ©e de prime abord, mais elle comporte en rĂ©alitĂ© des pics de volume voulus par le fabricant. Ils sont d’ailleurs quasiment identiques Ă  ceux des Ear, alors que ces Ă©couteurs utilisent d’autres transducteurs. C’est donc la signature voulue par Nothing. Le grave est gĂ©nĂ©reux, avec une bosse centrĂ©e sur 50 Hz, qui donne beaucoup de profondeur et de poids. Le registre bas-mĂ©dium est linĂ©aire, plus en avant que pour les Ear et c’est cela qui donne une belle prĂ©sence aux voix et un avantage aux Ear (a). Le pic vers 1,5 kHz apporte du dĂ©tail aux instruments, tandis que celui vers 6 kHz donne de la brillance. Enfin, l’ultime pic est quasi inaudible, mais impacte l’ensemble des frĂ©quences harmoniques infĂ©rieures. En d’autres termes, il sert Ă  souligner les rĂ©sonances hautes des instruments.

En rĂ©sumĂ©, les Nothing Ear (a) sont superbement Ă©quilibrĂ©s, solides dans le grave, excellents sur les voix et prĂ©cis dans les hautes frĂ©quences. On passe un trĂšs bon moment en leur compagnie et ils incitent Ă  Ă©couter la musique plus longtemps — et fort plus fort. MĂȘme les titres un peu rudes passent crĂšme.

Comportement dynamique et scĂšne sonore

Les Nothing Ear (a) ont un tempĂ©rament volcanique et mettent de l’énergie Ă  peu prĂšs partout, et de façon organisĂ©e. À faible ou Ă  fort volume, le respect des Ă©carts dynamiques est trĂšs bon. Les plans sonores sont bien Ă©tagĂ©s, avec suffisamment d’espace pour que les instruments se dĂ©ploient et soient perceptibles individuellement. La scĂšne est large et bien peuplĂ©e. Difficile de trouver Ă  y redire.

Des conversations intelligibles

Les appels tĂ©lĂ©phoniques sont de bonne qualitĂ©, grĂące Ă  une rĂ©duction efficace des bruits environnants. L’algorithme n’impacte pas trop la voix de l’utilisateur qui est, quelles que soient les circonstances, bien entendu. Inversement, les bonnes qualitĂ©s acoustiques des transducteurs rendent l’interlocuteur trĂšs intelligible, mĂȘme au milieu de la rue. On peut valablement compter sur les Nothing Ear (a) pour passer des appels tĂ©lĂ©phoniques dans de bonnes conditions.

Une autonomie correcte

Les Nothing Ear (a) possĂšdent la mĂȘme endurance que les Ear et partagent d’ailleurs les mĂȘmes batteries. Le fabricant annonce 5 h 30 environ d’écoute avec la rĂ©duction de bruit active enclenchĂ©e et j’ai mesurĂ© 5 h 20, avec les paramĂštres d’égalisation par dĂ©faut et Ă  un volume moyen. C’est en deçà de ce que proposent certains concurrents, mais compte tenu de l’efficacitĂ© de l’ANC et de la puissance de restitution des basses frĂ©quences, c’est tout Ă  fait honorable. Mieux vaut cinq heures de plaisir auditif que sept heures de soupe Ă  la grimace.

Test Nothing Ear (a)
Le boßtier des écouteurs Nothing Ear (a) // Source : Tristan Jacquel pour Frandroid

Le boĂźtier recharge les Ă©couteurs en 1 h 30 environ, mais ils rĂ©cupĂšrent plus de 80 % d’autonomie aprĂšs 1 h et mĂȘme 1 h d’écoute aprĂšs seulement 10 minutes de charge. Trois recharges sont possibles avec le boĂźtier.

Rapport qualité/prix imbattable

Les Ă©couteurs Nothing Ear (a) sont disponibles en coloris noir, blanc ou jaune et proposĂ©s au tarif de 99 euros. À ce prix et compte tenu de leurs qualitĂ©s acoustiques et de leur trĂšs bonne ANC, ils n’ont guĂšre de concurrents. On pense aux Sony WF-C700N, mais leur rĂ©duction de bruit est infĂ©rieure. Et pour 50 € de plus, les Nothing Ear offrent un son plus aĂ©rĂ© encore.

OĂč acheter Le
Nothing Ear (a) au meilleur prix ?

Notre avis

Design
9
Le design tout en transparence des Ă©couteurs est sĂ©duisant et laisse voir les prouesses de miniaturisation pour concevoir des Ă©couteurs True Wireless. Le confort de port des Nothing Ear (a) est trĂšs bon et permet d'envisager de trĂšs longues sessions d'Ă©coute. Dommage que la tige oblige Ă  pincer si fort pour contrĂŽler les Ă©couteurs, mĂȘme si c'est une question d'habitude.
Logiciel
10
Nothing a intĂ©grĂ© une technologie de renforcement dynamique des basses frĂ©quences, qui ajuste en temps rĂ©el leur volume en fonction de la musique jouĂ©e. Le systĂšme peut ĂȘtre personnalisĂ© par l'utilisateur dans l'app Nothing X et les rĂ©sultats sont trĂšs probants. Pour le reste, l'app rassemble toutes les fonctions utiles Ă  des Ă©couteurs : Ă©galiseur, programmation des commandes, gestion de la latence et de la double connexion Bluetooth ou encore choix du codec audio.
RĂ©duction de bruit
9
Le systÚme de réduction de bruit active est trÚs convaincant et rivalise avec les meilleurs du marché. On est plongé dans une bulle de calme, propice à l'écoute musicale. En transport ou dans la rue, les sons graves environnants sont éradiqués et les sons plus clairs également trÚs atténués.
Audio
9
Le son produit est diablement entraßnant, à la faveur d'un registre grave trÚs solide et d'une trÚs bonne capacité d'analyse des fréquences médium et, dans une moindre mesure, aiguës. En comparaison des écouteurs Ear qui utilisent des diaphragmes en céramique, le son des Ear (a) manque légÚrement d'aération dans les hautes fréquences, mais les voix sont mieux incarnées. Le comportement dynamique est trÚs bon et sert tous les types de musiques. Au prix demandé, c'est un exploit.
Autonomie
7
Le revers de la médaille d'une excellente réduction de bruit active et de solides performances dans le registre grave, c'est l'autonomie de ces écouteurs qui franchit tout juste les 5 heures (ANC active). Pour autant, 10 minutes de charge rapide suffisent à recouvrer 1 heures d'autonomie et 30 minutes prÚs de 4 heures.
Note finale du test
9 /10
Version allĂ©gĂ©e du modĂšle Nothings Ear, les Ă©couteurs Ear (a) se contentent de transducteurs en plastique, mais cela n’enlĂšve pas grand chose Ă  leurs performances, franchement admirables acoustiquement parlant. Le son est plein d’énergie, solide dans le grave grĂące Ă  un algorithme de traitement dynamique, mais aussi trĂšs homogĂšne et la restitution des voix est au top. D’un point de vue pratique, les Ear (a) n’ont pas Ă  rougir non plus, leur rĂ©duction de bruit active est tout aussi performance et leur autonomie semblable. Le contrat est donc parfaitement rempli.

Points positifs
Nothing Ear (a)

  • Son puissant, Ă©quilibrĂ© et entraĂźnant

  • TrĂšs bonne restitution des voix

  • Renforcement intelligent des basses frĂ©quences

  • ScĂšne sonore immersive et bien Ă©tagĂ©e

  • TrĂšs bonne ANC

  • QualitĂ© des appels tĂ©lĂ©phoniques

  • Confort de port

  • Autonomie valable et charge rapide

  • Application pratique et complĂšte

Points négatifs
Nothing Ear (a)

  • Commandes par pincement un peu dures

Les derniers articles