À force d’attaquer Microsoft, Sony va devoir révéler ses secrets commerciaux

 

Au détour d'une négociation juridique entre Microsoft et la Commission fédérale du commerce, un juge a autorisé le géant de la tech à fouiller dans les archives de Sony. La compagnie japonaise va notamment devoir révéler si elle paie ou non des éditeurs de jeux vidéo pour ne pas aller sur le Xbox Game Pass.

La multinationale japonaise pourrait bientôt révéler ses accords d’exclusivité pour empêcher des jeux d’aller chez Xbox // Source : Sony

Le feuilleton du rachat d’Activision-Blizzard continue. Alors que l’État fédéral américain tente de bloquer l’acquisition de cet incontournable éditeur de jeux vidéo par Microsoft, accusé de concurrence déloyale, les négociations juridiques ont convaincu un juge de faire rentrer Sony dans la danse.

Comme l’explique le média américain The Verge, la maison-mère de PlayStation pourrait devoir révéler si elle paye (et combien) pour empêcher des jeux vidéo d’être disponibles sur le Xbox Game Pass, le service de jeux vidéo par abonnement de Microsoft.

Sony devra répondre aux accusations

Cette décision survient dans un contexte particulier : après la décision de rachat d’Activision-Blizzard par Microsoft pour la modique somme de 69 milliards de dollars, la Commission fédérale du commerce des États-Unis a attaqué l’entreprise en justice en décembre 2022. Elle accuse notamment Microsoft de vouloir empêcher les franchises populaires d’Activision-Blizzard (Call of Duty, Overwatch, Candy Crush Saga) d’être jouable chez ses concurrents.

Le géant de la tech prépare sa défense et accuse à son tour ses petits camarades de ne pas respecter les règles de la concurrence. En particulier Sony, que Microsoft accusait déjà en août 2022 de signer des accords d’exclusivité sur certains jeux vidéos pour interdire leur présence sur le Xbox Game Pass. Puis, surprise, le 23 février dernier : un juge de la FTC a donné raison à Microsoft et demande à Sony de répondre aux accusations.

Quel est le prix de la loyauté ?

Dans son jugement, le juge administratif estime donc que, s’ils existent, le détail de ces accords secrets est utile à Microsoft pour sa défense et que l’entreprise doit y avoir accès. La FTC demande donc à Sony de dévoiler la nature et le contenu des contrats signés depuis le 1er janvier 2019… où le montant de ces primes d’exclusivité devraient être indiqués.

Un prix de la loyauté qui devrait beaucoup intéresser les acteurs du marché du jeu vidéo, mais aussi les consommateurs : comme le rappelle le média spécialisé Kotaku, ces décisions d’exclure ou non des jeux sur certaines plateformes affectent directement les joueurs et joueuses. Un peu de transparence ne ferait pas de mal.

Malgré tout, même si la procédure va jusqu’au bout, The Verge note qu’il est rare que ce genre d’informations sortent des placards de la FTC, même si cela avait été le cas dans l’affaire opposant Epic Games à Apple en 2021. Il ne reste plus qu’à croiser les doigts.


Retrouvez un résumé du meilleur de l’actu tech tous les matins sur WhatsApp, c’est notre nouveau canal de discussion Frandroid que vous pouvez rejoindre dès maintenant !

Les derniers articles