Test de la Xiaomi Mi Electric Scooter Pro 2 : la crème de la crème peaufinée

Trottinette Electrique • 2020

La trottinette Xiaomi Mi Scooter Pro 2 se place comme la version haut de gamme des trois trottinettes Mi Scooter annoncées le 15 juillet 2020. Elle a une vitesse maximale de 25 km/h et une autonomie de 45 km. Son moteur de 300 W lui permet de rouler jusqu'à un angle de pente maximum de 20 %. Elle est compatible avec une application iOS et Android.

 

Introduction

Que vaut la Mi Electric Scooter Pro 2, trottinette électrique la plus haut de gamme du catalogue Xiaomi ? Nous l’avons testée pendant dix jours sur une soixantaine de kilomètres.

Xiaomi Pro 2

Le test complet de la Xiaomi Pro 2 // Source : Arnaud Gelineau – Frandroid

En juillet 2020, le constructeur chinois Xiaomi a décidé de renouveler sa gamme de trottinettes électriques en dégainant trois nouveaux modèles : l’entrée de gamme « Essential », positionnée en dessous la « 1S », le tout dominé par la « Pro 2 ».

Cette dernière n’est autre que la nouvelle itération de la M365 Pro (commercialisée à l’été 2019) au regard de ses caractéristiques relativement identiques. Si leur prix est similaire, est-ce qu’un nouvel achat est-il pour autant justifié et légitime ? Vaut-elle plus le coup qu’une « 1S » vendue 50 euros moins chers ? Nous l’avons testée pour répondre à ces questions.

Ce test a été réalisé avec une Xiaomi Pro 2 qui nous a été prêtée par Boulanger Opéra. Une réduction de 10 % est offerte dans cette boutique aux lecteurs de Frandroid.

Fiche technique de la Xiaomi Mi Scooter Pro 2

Modèle Xiaomi Mi Scooter Pro 2
Autonomie annoncée 45 km
Vitesse maximale 25 km/h
Puissance du moteur 300 watts
Poids Maximal 100 kg
Fiche produit

Design : le conservatisme (ou presque) à tout prix

Si vous êtes coutumier des trottinettes électriques Xiaomi, alors vous retrouverez sur la Mi Electric Scooter Pro 2 la même philosophie esthétique mise en place depuis 2017. À la rédaction, trois engins de la marque chinoise sont disposés côte à côte : en jetant un œil dessus, il n’est pas aisé de les différencier les uns des autres. Et pourtant, elles appartiennent toutes à une gamme différente. Seuls quelques petits détails les distinguent.

Mais revenons à nos moutons : la Pro 2 joue la carte de la prudence esthétique avec des évolutions minimes comparées à la génération précédente. À l’instar des modèles « Essential » et « 1S », des réflecteurs latéraux s’invitent sur les roues avant et arrière au détriment de bandes réfléchissantes. Un moyen ici de proposer un meilleur éclairage passif susceptible d’améliorer votre visibilité.

Le nouveau réflecteur arrière de la Xiaomi Pro 2

Le nouveau réflecteur arrière de la Xiaomi Pro 2 // Source : Arnaud Gelineau – Frandroid

À l’arrière, le garde-boue gagne en longueur pour tomber plus près du sol. Ce changement permet de mieux vous protéger des éclaboussures sur sol mouillé et lors d’intempéries. Dans les faits, le système est efficace. Ce même garde-boue accueille un phare lui aussi équipé d’un réflecteur, mais surtout placé à l’horizontale contre un positionnement vertical sur la génération précédente.

L’éclairage arrière fait également office de feu-stop en clignotant à intervalle régulier au moment d’appuyer sur le frein. Autrefois ballottant et tremblant, le garde-boue — encore lui — gagne en solidité et en stabilité grâce à un système d’attache relié à la structure arrière. De ce fait, ce composant reste fixe durant un trajet et bénéficie au passage d’une durée de vie probablement allongée.

Autrefois de couleur rouge, les câbles apparents abandonnent cette signature pour se parer de noir et se montrer légèrement plus discrets. Ils ne ressortent donc plus avec l’arceau rouge placé dans la roue avant, ni même l’embout qui camoufle le port de charge. À ce titre, ce dernier conserve sa place habituelle sur la partie avant et latérale gauche de la trottinette.

Le guidon ne subit quant à lui aucun changement : les poignées antidérapantes TPR Grip répondent de nouveau présentes, tout comme la sonnette fixée sur la partie gauche. L’écran est toujours aussi agréable à regarder (même en plein soleil) pour consulter les principales informations de l’engin : le mode de conduite, la vitesse et l’autonomie restante représentée par un système de barres horizontales.

Xiaomi Pro 2

À noter que le mode « Eco » est remplacé par une icône de piéton en train de marcher. Pour passer d’un mode de conduite à un autre, deux pressions sur le seul et unique bouton de l’écran suffisent : rien de nouveau, en somme. Comme évoqué sur le test de l’« Essential », l’ajout de l’heure et d’une estimation du kilométrage restant (qui s’avère donc plus précis) aurait été intéressant pour l’utilisateur. Rien de grave, mais soulignons-le tout de même.

De son côté, le phare avant gagne en puissance : 2 W contre 1 W sur la Xiaomi 365 Pro. Nous en reparlerons plus tard dans ce test, mais cette intensité lumineuse fut des plus agréables. Le deck antidérapant mesure quant à lui 15 centimètres de large (contre 14,4 centimètres sur la « 1S ») et 60,2 centimètres de longueur. Dépliée, la trottinette revendique 1,18 mètre de hauteur et 1,13 mètre de longueur, contre 49 centimètres une fois pliée (la longueur ne change pas).

Xiaomi Pro 2

14,5 kilos sur la balance tout de même // Source : Arnaud Gelineau – Frandroid

Globalement, le gabarit de la Mi Electric Scooter Pro 2 est convenable, mais se montrera moins passe-partout qu’une « Essential » ou « 1S » dans les endroits exigus. Son poids de 14,2 kilos (identique à la « Pro 1 », 12,5 kilos pour la « 1S ») ternit par ailleurs sa fiche technique : certes, je ne suis pas le plus charpenté de la rédaction, mais les réactions ont été unanimes en la portant : le deux-roues pèse son poids.

Les systèmes de pliage et d’attache reflètent encore plus l’immobilisme de Xiaomi : ils n’évoluent pas, mais restent très faciles à comprendre et à prendre en main. En une poignée de secondes seulement, votre trottinette se pliera ou se dépliera. L’ensemble de cette description prévaut pour la milieu de gamme Mi Electric Scooter 1S, à quelques exceptions près indiquées entre parenthèses.

Vous l’aurez compris : la firme de l’Empire du Milieu ne prend ici aucun risque en termes de design en conservant d’une génération à une autre une formule globalement gagnante.

La Xiaomi Pro 2 au quotidien

Accélération et puissance

Pour ceux qui aiment démarrer en trombe et atteindre rapidement les 25 km/h, la Xiaomi Mi Electric Scooter Pro 2 est là pour vous servir. À l’instar du modèle 365 Pro, cet engin de nouvelle génération garantit une très bonne sensation de vitesse et une accélération puissante, qui aurait presque pu être un poil plus linéaire. Il vous suffit de quelques secondes pour atteindre les 20 km/h, pour ensuite tutoyer progressivement les 25 km/h.

Cette allure maximale est conforme aux normes européennes imposées aux constructeurs. Mais dans les faits, la Pro 2 restera généralement bloquée à… 24 km/h. Le modèle testé ici ne m’a permis que très rarement de monter à 25 km/h sur du plat, sans explication rationnelle. Pour démarrer, un simple coup de pied vous propulsant à 5 km/h permettra de prendre votre envol et de coiffer au poteau les cyclistes à vos côtés.

Xiaomi Pro 2

La Xiaomi Pro 2 se montre bien nerveuse au démarrage // Source : Arnaud Gelineau – Frandroid

Son moteur d’une puissance nominale de 300 W et d’une puissance maximale de 600 W (contre 250 W et 500 W sur la « 1S ») lui permet-il d’assurer le coup en côte ? Cela dépend. Sur une légère pente ascendante, la Pro 2 ne rencontre aucun problème pour vous traîner jusqu’en haut à une belle allure (au moins 23 km/h).

Sur une inclinaison de 4,4 % — l’avenue Gambetta longeant le cimetière du Père-Lachaise a été mon cobaye –, l’affaire est bien plus délicate : filant à 25 km/h au départ, la trottinette a petit à petit perdu de sa superbe pour chuter à… 15 km/h. Rassurez-vous : ce type de dénivelés n’est pas non plus hyper courant, et votre deux-roues remplira très bien son rôle dans la majorité des cas.

Aussi, la vitesse de pointe de 24 km/h est tout de même atteinte malgré une faible autonomie restante. En revanche, l’accélération se veut moins nerveuse et plus progressive. Ces jolies performances ont été effectuées avec le mode « Sport », que vous utiliserez la majorité du temps pour vous déplacer et doubler d’autres usagers avec facilité.

Xiaomi Pro 2

Source : Arnaud Gelineau – Frandroid

Avec le mode « Standard », la vitesse maximale est limitée à 20 km/h. C’est tout de suite moins véloce, voire presque frustrant : la majorité des cyclistes vous dépassent aisément. Mais un trajet en trottinette électrique n’a rien d’une course contre la montre. À défaut de vous catapulter à 25 km/h, ce mode permet au moins d’économiser plusieurs kilomètres d’autonomie tout en adoptant une conduite plus prudente, car plus lente.

Enfin, le mode « Marche », est, comme son nom l’indique, destiné à la marche. Il suffit d’enfoncer la manette des gaz une fois les 5 km/h atteints pour sentir une légère impulsion de l’engin. Un moyen ici de vous promener sur les trottoirs sans effort particulier et surtout sans représenter un danger pour les piétons.

Équilibre et maniabilité

La Xiaomi Mi Electric Scooter Pro 2 profite d’une très bonne maniabilité qui permet de se faufiler partout. C’est tout l’intérêt d’une trottinette électrique, forcément moins encombrante qu’un vélo. Et avec la vitesse en plus, c’est toujours agréable. Pour l’équilibre, j’ai privilégié une position de pied arrière en équerre qui m’a paru parfaite.

Xiaomi Pro 2

Une position en équerre validée // Source : Arnaud Gelineau – Frandroid

Attention cependant à bien la tenir avec les deux mains : en remettant pour la première fois mes lunettes en plein trajet, le guidon s’est mis à trembler, car pas assez maintenu. Ce n’est finalement qu’un coup de main à prendre. Mais globalement, la Pro 2 remplit très bien son rôle.

Roues et confort

D’une itération à une autre, la taille des roues n’a pas changé : 8,5 pouces. Xiaomi assure que « la résistance à la crevaison et à la pression des pneus a été améliorée », tout comme les « performances des pneus anti-éclatement ». Leur durabilité aurait aussi été multipliée par trois. Le groupe se montre ici rassurant au regard des nombreuses crevaisons observées sur ses premiers modèles.

Dans les faits, les roues de notre Pro 2 ont bien tenu le coup : mais il est difficile de corroborer les propos de la firme chinoise sur un test de dix jours. Sur le long terme, à voir ce qu’elles ont vraiment dans le ventre. Il n’empêche que l’entreprise a une fois de plus tourné le dos aux amortisseurs, qui apporteraient pourtant de la douceur à l’expérience globale. Sur les pavés ou autres aspérités, le résultat n’est forcément pas idéal.

Xiaomi Pro 2

Un phare plus puissant très agréable à utiliser // Source : Arnaud Gelineau – Frandroid

Les poignées antidérapantes TPR Grip sont confortables, mais l’emplacement de la sonnette mériterait d’être revu… du moins pour les petits doigts. Mon pouce ne tombait pas parfaitement dessus, ladite sonnette étant située un poil trop à droite. Pour les doigts plus grands, cela ne devrait poser aucun problème.

Le phare avant de la Pro 2 fait partie de ses autres points forts. Désormais plus puissant (2 W contre 1 W auparavant), le projecteur illumine parfaitement votre chemin sur au moins trois ou quatre mètres. Agréable, mais aussi et surtout pratique pour signaler sa présence aux automobilistes et autres usagers de la route.

Freins

Vous avez dit mordant ? Tout à fait. Les freins de la Xiaomi Mi Electric Scooter Pro 2 garantissent un freinage fort grâce à un frein à disque arrière puissant et un frein régénératif avant réglable. Sur sol sec, je n’ai rencontré aucune difficulté à m’arrêter précipitamment en cas de nécessité, sans aucun blocage de roues.

Xiaomi Pro 2

La Xiaomi Pro 2 pliée // Source : Arnaud Gelineau – Frandroid

Sur sol mouillé, la roue arrière se bloque légèrement — et glisse de facto — lorsque vous appuyez à fond sur les manettes de frein. Mais il faut vraiment le vouloir. Quant au frein régénératif, trois puissances sont disponibles :

  • faible : nécessite tout de même de freiner pour s’arrêter ;
  • moyenne : l’idéal pour ralentir progressivement en appuyant sur les freins qu’au dernier moment ;
  • forte : attention au moment de lâcher l’accélérateur.

Un peu avant l’issue du test, une petite anomalie technique est apparue au niveau du frein arrière : un bruit de frottement se faisait entendre à très faible allure, sans que le disque lui-même soit en cause. Si le fameux bruit a ensuite disparu, il me fallait appuyer légèrement plus fort sur les manettes de frein pour sentir leur mordant originel.

Écran

Comme précisé plus haut, l’écran est suffisamment lumineux pour être visible dans n’importe quelles circonstances. Sa forme et son emplacement n’ont pas évolué. Je tiens cependant à souligner un tout petit défaut : il m’est arrivé par mégarde d’allumer les phares sans le vouloir en changeant de mode de conduite.

Xiaomi Pro 2

Le mode Marche est représenté par une icône de piéton // Source : Arnaud Gelineau – Frandroid

Pensez donc à bien appuyer deux fois en un très court laps de temps pour switcher d’un mode à un autre sans activer l’éclairage. Ce n’est rien de bien grave, mais je tenais tout de même à le partager.

Xiaomi Home : go home

Si vous avez l’habitude de lire nos tests de trottinettes électriques Xiaomi, alors vous savez probablement que l’application mobile Xiaomi Mi Home n’est pas la plus utile pour un deux-roues de ce type. Pour les autres, nous sommes ravis de vous l’apprendre. Tâchons tout de même d’expliquer de nouveau pourquoi.

Comme sur l’« Essential », la trottinette s’est mise à biper constamment lors du premier allumage. Sans aucune raison valable. Sa puissance est également limitée à quelques km/h. Il faut donc l’apparier à votre smartphone grâce à une connexion Bluetooth. Une fois votre compte créé, une vidéo relative aux règles de conduite à respecter est diffusée. Impossible de passer à l’étape suivante sans l’avoir visionnée.

L’application demande alors d’associer votre produit à une pièce de votre logement. Pour d’autres appareils connectés de la marque Xiaomi, cette manipulation est essentielle. Pour une trottinette électrique, elle est complètement inutile. La Mi Electric Scooter Pro 2 apparaît ensuite sur l’application : cliquez dessus pour la relier à votre smartphone, tout en appuyant une fois sur l’unique bouton présent sur l’écran de la trottinette.

L’appli permet alors de gérer plusieurs fonctionnalités de la trottinette : le régulateur de vitesse, le feu arrière toujours allumé ou encore la force de récupération d’énergie. Des options que l’on configure au premier usage… sans généralement y retoucher ensuite. Accéder à toutes les informations de votre batterie (pourcentage restant, état, tension, courant, capacité nominale) est aussi envisageable, tout comme votre kilométrage.

En clair : une fois la configuration effectuée, Xiaomi Home deviendra une application sans grande utilité perdue au beau milieu de votre interface. L’ergonomie, elle, est grandement perfectible. Faut-il encore que l’appariage fonctionne. Après une journée d’utilisation, relier mon téléphone à la trottinette fut tout bonnement impossible. Même en redémarrant la trottinette, l’application (réinstallation) ou mon smartphone. J’ai donc été contraint d’utiliser un autre appareil mobile de la rédaction pour arriver à mes fins.

Facile sur l’autonomie

L’autonomie d’une trottinette électrique est l’une des pierres angulaires susceptibles de faire pencher la balance d’un côté comme de l’autre. Tuons de suite le suspens : le rayon d’action de la Xiaomi Mi Electric Scooter Pro 2 est bon, et forcément meilleur que celui de la « 1S ». Officiellement, la batterie de 12 400 mAh pour 446 Wh permet de parcourir jusqu’à 45 kilomètres, selon les dires de la marque.

Mais attention, ce résultat a été obtenu selon un protocole de test strict : charge de 75 km, 25 degrés, absence de vent, route plate et vitesse constante de 15 km/h. « Les résultats réels peuvent varier en fonction des différences de température, de charge, de vitesse du vent, des conditions routières et d’autres facteurs », indique le groupe. Forcément, un utilisateur ne respectera clairement pas les conditions suscitées.

Xiaomi Pro 2

Le port de charge pour recharger la Xiaomi Pro 2 // Source : Arnaud Gelineau – Frandroid

Dans les faits, que vaut la Pro 2 ? En mode « Sport » uniquement, j’ai pu couvrir 24 kilomètres (frein régénératif « moyen ») avant de tomber à une barre d’autonomie restante, sur cinq au total. J’évalue donc l’autonomie de cette trottinette électrique à environ 30 kilomètres en roulant presque constamment à 25 km/h avec mon poids de 63 kilos tout mouillé. C’est donc 10 km de plus que la « 1S ».

En mode « Standard », j’ai pu effectuer 8,5 kilomètres avant de perdre une barre d’autonomie. Si vous approchez de la panne et souhaitez switcher du mode « Sport » au mode « Standard », vous avez ici une idée du nombre de kilomètres que vous pourrez encore parcourir. Plus globalement, si votre lieu de travail se trouve à 10 kilomètres de votre domicile, vous n’aurez pas de problèmes particuliers pour effectuer l’aller-retour en une seule charge.

Selon Xiaomi, la batterie de 3 kilos met entre huit et neuf heures pour se recharger à 100 % : une donnée juste, qui vous pousse donc à brancher votre véhicule toute une nuit ou au travail.

Où acheter la Xiaomi Mi Electric Scooter Pro 2 ?

La Xiaomi Mi Electric Scooter Pro 2 est disponible sur le site officiel du constructeur à 499 euros. Un prix identique sur les sites marchands. Plusieurs accessoires sont fournis avec : un adaptateur d’alimentation, une clé hexagone, un adaptateur de buse allongé, cinq vis, un pneu de rechange et un cadenas à code.

Et bien sûr, vous pouvez retrouver cette trottinette dans le magasin Boulanger de Paris Opéra, avec une réduction de 10 % en disant que vous avez vu le test sur Frandroid.

Note finale du test
9 /10
Deux questions ont été posées dans le préambule de ce test. Faut-il privilégier la Mi Electric Scooter Pro 2 au modèle milieu de gamme « 1S » ? Dans l’idée, oui. Pour 50 euros supplémentaires, le fleuron de Xiaomi jouit d’une meilleure autonomie qui répondra bien mieux à vos besoins d’utilisateur urbain, combinée à une vélocité toujours appréciée pour les férus de dépassements et de démarrages en trombe.

Les propriétaires d’une Mi Electric 365 Pro doivent-ils pour autant abandonner leur modèle vieux d’un an pour accéder à la nouvelle génération ? Dans l’idée, non. Cette Pro 2 n’est qu’une légère évolution de sa prédécesseur. Elle se distingue par quelques changements esthétiques et matériels cherchant surtout à optimiser un produit déjà très bien fini. De nouveau dépenser 500 euros ne sera pas nécessaire.

Pour les néophytes, vous avez devant vous la meilleure trottinette électrique de la gamme Xiaomi. Prise en main agréable, maniabilité au rendez-vous, puissance engageante, rayon d’action plus que décent pour la ville : globalement, la Mi Electric Scooter Pro 2 coche toutes les cases. Mais elle revêt aussi quelques légers défauts : une application stérile, un poids substantiel, le tout saupoudré de petites irrégularités logicielles et matérielles non rédhibitoires.
Points positifs
  • Confortable autonomie
  • Agile et maniable
  • Vélocité appréciée
Points négatifs
  • 14,5 kilos, ça pèse sur la balance
  • Quelques petits pépins matériels et logiciels
  • Toujours pas de suspensions
  • Une application superflue

Les derniers articles