Finie la liste noire : les autorités judiciaires américaines donnent raison à Xiaomi

Xiaomi s'en sort bien

 

Les Américains vont pouvoir de nouveau acheter des titres Xiaomi cotés en bourse.

À la mi-janvier, Xiaomi a été inscrit sur une liste noire par les États-Unis. C’était là l’une des dernières actions menées par l’administration de Donald Trump avant que ce dernier ne cède le pouvoir au nouveau président Joe Biden. Peu de temps après, Xiaomi a annoncé avoir saisi la justice pour annuler cette décision. Selon le The Wall Street Journal, les États-Unis avait une bonne raison d’ajouter Xiaomi Corp. sur la fameuse liste noire : Lei Jun, PDG et fondateur de Xiaomi, avait reçu le prix de l’« Entrepreneur exceptionnel du système socialisme à caractéristiques chinoises ».

Xiaomi n’est plus sur la liste noire américain

Ce vendredi 12 mars 2021, le tribunal américain a estimé qu’il était injuste d’identifier Xiaomi comme une entreprise militaire et plus précisement une Communist Chinese military company (CCMC). La Cour a donc supprimé, en totalité et avec effet immédiat, la restriction du décret 13959 interdisant aux ressortissants américains d’acheter les titres de Xiaomi et l’obligation pour les ressortissants américains de céder leurs avoirs. Xiaomi réaffirme qu’il s’agit d’un groupe largement détenu, coté en bourse et géré de manière indépendante qui propose des produits électroniques grand public uniquement à usage civil et commercial.

Pour rappel, selon Xiaomi, 75 % des droits de vote de Xiaomi Corp. sont détenus par les cofondateurs Lei Jun et Bin Lin, les divers autres actionnaires de Xiaomi sont des sociétés américaines, telles que BlackRock et The Vanguard Group.

Vous pouvez consulter la déclaration officielle (PDF) du tribunal à cette adresse.

Les derniers articles