Curtiss Motorcycles continue de s’illustrer au travers de motos électriques au design atypique. Cette fois-ci, le constructeur américain a présenté un prototype spécialement développé pour mettre des bâtons dans les roues de la LiveWire d’Harley-Davidson. Le match est lancé.

Harley-Davidson n’a qu’à bien se tenir. Actuellement en plein développement, le secteur des motos électriques continue d’accueillir de nouveaux modèles au fil des mois. L’un d’entre eux a considérablement fait le buzz au début de l’année 2019, puisque conçu par la célèbre marque Harley-Davidson. Ainsi est née la LiveWire, dévoilée plus en détails au gré des communiqués de presse.

Psyche, la princesse des motos électriques

Curtiss Motorcycles fait également partie des acteurs incontournables du milieu. La firme américaine a fait des deux-roues électriques au design plus qu’atypique son véritable fer de lance. En témoignent les présentations des Zeus et Hades, dont les look très singuliers plairont aux uns et déplairont aux autres. A ce binôme prometteur vient s’ajouter un troisième produit zéro émission.

A l’instar de ses homologues, celui-ci emprunte un nom de divinité grecque, ou plutôt d’une princesse, Psyche. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le groupe cherche à concurrencer de près la LiveWire de son futur rival, comme le note Electrek. Un tableau comparatif communiqué par la marque a en effet été établi pour confronter les deux motos électrifiées.

Disponible en deux options, la Curtiss Psyche affiche une puissance de 36 kW ou 72 kW, soit 49 et 98 chevaux, respectivement. Sur ce point, l’engin d’Harley-Davidson l’emporte aisément avec 105 chevaux. Le petit jeu de comparaison se poursuit au niveau du poids : 170 kilos pour la Curtiss, contre 249 kilos en face. Il n’y a pas photo, la première nommée pèsera bien moins lourde que la seconde.

Le groupe s’attarde ensuite sur leur autonomie combinée respective : 260 kilomètres chez la Psyche, contre 152 kilomètres chez la LiveWire (son autonomie urbaine grimpe en revanche à 225 kilomètres). Mais il y a un hic : Curtiss omet de communiquer d’autres informations techniques pour le moins importantes, comme le couple, la vitesse de pointe, l’accélération et le temps de chargement.

Un prix qui s’aligne

Ces données cruciales pour véritablement comparer deux produits électriques manquent à l’appel. Feraient-elle de l’ombre à la Psyche, ou inversement, mettraient-elle trop en lumière la LiveWire ? La question est posée. Ou alors, ce type d’information n’est encore pas connu des équipes techniques au regard du stade de développement du produit, encore sous forme de prototype.

Le fait est que la Curtiss Psyche reprend quelques codes esthétiques de sa cousine Hades, à l’image de cette silhouette très allongée. Le siège une place, tout comme la batterie en forme de tambour ou de mini tonneau de vin (à chacun ses références) constituent ses principaux points distinctifs. A 30 000 dollars, cette moto électrique se rapproche de la grille tarifaire de la LiveWire (29 799 dollars), mais partira avec un retard considérable sur le marché : commercialisation en automne 2021.