Volkswagen et la conduite autonome : faudra-t-il payer à chaque trajet ?

 

Il sera bientôt possible de profiter de la conduite autonome sous forme d'un abonnement temporaire. Un système à la carte, qui pourra être activé pour un temps limité, du moins chez Volkswagen.

voiture-conduite-autonome

Au fil des années, la voiture autonome continue de se développer et les législations évoluent. En effet, dès ce 14 juillet, il sera possible en France de circuler à bord d’une voiture profitant d’un système de conduite semi-autonome de niveau 3. Concrètement, cela signifie qu’il est possible de lâcher totalement le volant et de ne plus être totalement attentif, contrairement à ce qui est autorisé actuellement avec le niveau 2.

Mais alors que ces technologies seront de plus en plus présentes, les marques réfléchissent maintenant à de nouvelles manières de les monétiser. Et Cariad, filiale de Volkswagen chargée de fournir les logiciels aux marques du groupe allemand a une idée pour le moins étonnante afin de tenter de rattraper le retard pris sur Tesla en termes de conduite autonome.

La conduite autonome sous forme d’un abonnement

Comme le relaie le très sérieux site Bloomberg, le groupe allemand pourrait proposer un système de paiement à la demande pour permettre à ses clients de profiter de la conduite autonome de manière temporaire, sous forme d’abonnement. Le principe serait alors très simple, puisqu’une petite mise à jour à distance autoriserait, les propriétaires qui le souhaiteraient, à profiter de cette fonctionnalité, pour une durée bien précise. Une idée développée par le PDG de Cariad, Dirk Hilgenberg, interrogé par nos confrères.

Mais cette fonctionnalité ouvrirait la porte à d’autres possibilités, notamment lorsque la firme proposera la conduite autonome de niveau 4 ou 5, permettant de faire d’autres activités en conduisant. Le patron de la firme allemande précise ainsi qu’il serait possible de « vous proposer une conduite autonome pour les 80 kilomètres à venir afin de vous reposer ou faire ce que vous voulez » au lieu de conduire.

Volvo aussi veut prendre la même voie

Néanmoins, il faudra encore faire face à quelques challenges, concernant notamment les mises à jour à distance. Celles-ci devront être très régulières mais pas au point de surcharger les utilisateurs. Par ailleurs, Cariad précise qu’il faudra également améliorer la sécurité et la protection des données. Dire Hilgenberg souligne en effet qu’un véhicule est bien plus complexe qu’une simple application à développer. Il faudra donc être vigilant sur certains points en particulier.

D’autres constructeurs travaillent actuellement sur un dispositif similaire, à l’image de Volvo. La firme avait annoncé en janvier vouloir lancer un système baptisé « Ride Pilot », qui prendra la forme d’un abonnement optionnel, permettant là encore aux propriétaires de profiter de la conduite autonome. Ce dispositif devrait être inauguré sur le futur SUV 100 % électrique XC90 de la marque, qui sera présenté au cours des prochains mois.

Les abonnements devraient commencer à se multiplier au sein des voitures, avec notamment BMW qui propose les sièges chauffants sous forme d’abonnement ou encore Mercedes-Benz avec la réduction du rayon de braquage de son EQS. On espère toutefois que ces systèmes de conduite autonome seront aussi disponibles sous forme d’achat et non pas seulement avec un abonnement.

Le groupe européen Stellantis a choisi le français Valeo pour fournir le LiDAR qui équipera ses véhicules dès 2024. Celui-ci rendra alors possible la conduite autonome de niveau 3. Tout le contraire de Tesla qui…
Lire la suite

 


Pour nous suivre, nous vous invitons à télécharger notre application Android et iOS. Vous pourrez y lire nos articles, dossiers, et regarder nos dernières vidéos YouTube.

Les derniers articles