Polestar apprend que l’on n’achète pas une voiture électrique uniquement pour des raisons écologiques

 

Selon une étude menée aux États-Unis auprès de plus de 5 000 répondants, la majorité des acheteurs de véhicules électriques le fait pour des raisons qui ne sont pas liées à l’environnement. Qu’apprend-on de cette enquête de Polestar ?

Polestar_2_006

Si le bénéfice environnemental des véhicules électriques n’est plus à prouver, il est clair que de nombreux acheteurs passent le cap de la voiture branchée pour d’autres raisons. Et ce n’est pas le sondage de Polestar qui dira le contraire : plus de 55 % des répondants ont avoué que les raisons qui les ont poussés à acheter un véhicule électrique n’étaient pas liées à l’écologie.

Des profils différents selon l’âge

Parmi les quelque 5 086 répondants américains, Polestar a partagé différents constats révélant les raisons de l’achat d’un véhicule électrique, et certains profils se dégagent, notamment en fonction de l’âge. Voici les résultats à retenir : seuls 28 % des 57-75 ans ont confiance dans une nouvelle marque de voiture électrique, ce chiffre grimpe à 57 % pour les personnes âgées de 25 à 40 ans.

En moyenne, tous les âges confondus, ce sont 46 % des répondants qui sont même plus enclins à considérer de nouvelles marques comme Polestar lorsqu’il s’agit d’acquérir un véhicule électrique. Ceci explique sans doute le succès qu’ont rencontré Rivian notamment à leur annonce du pick-up électrique R1T : une start-up fabricant des véhicules électriques ne fait plus peur de nos jours.

L’environnement au second plan

Pour les profils plus jeunes (18-24 ans), l’image que renvoie un véhicule électrique est un facteur important, avec pas moins de 12 % des répondants de cette classe d’âge qui avouent que cela est même le critère le plus important qui leur ferait choisir une voiture électrique face à une thermique. Chez les plus âgés, l’image renvoyée semble bien moins être critère de choix, avec seulement 4 % des 57-74 ans qui voient cela comme étant important.

Polestar O2 – 6
La Polestar O2 et son drone inclus // Source : Polestar

En outre, Polestar révèle que les technologies embarquées, l’offre d’infodivertissement et la connectivité sont des choses qui sont très importantes pour les futurs clients potentiels. Proposer un écosystème numérique cohérent est donc devenu une priorité pour de nombreux constructeurs, afin de capter une clientèle technophile de plus en plus présente.

L’enquête menée par Polestar portait sur l’état d’acceptation actuel des véhicules électriques au sens large, mais aussi sur l’infrastructure de charge et la perception qu’ont les clients potentiels d’une voiture électrique lorsqu’ils cherchent à remplacer leur véhicule actuel, ou en acheter un nouveau.

Rappelons que Polestar dispose à ce jour d’un modèle non vendu en France, la Polestar 2, et qu’à partir de 2022, la firme prévoit de sortir un nouveau modèle de véhicule électrique par an, à commencer par le SUV Polestar 3 en octobre prochain. Par chez nous, et en raison d’un long bras de fer judiciaire avec Citroën lié au logo de la marque, l’entreprise suédoise n’a pas encore l’autorisation de vendre ses véhicules en Hexagone.

Nous aurons probablement droit à une version de série du concept Polestar O2, révélé au printemps dernier. C’est en tous cas ce que souhaite le PDG de Polestar, Thomas Ingenlath, si l’on en croit ses…
Lire la suite


Pour nous suivre, nous vous invitons à télécharger notre application Android et iOS. Vous pourrez y lire nos articles, dossiers, et regarder nos dernières vidéos YouTube.

Les derniers articles