Voici les 3 voitures électriques du concurrent de Tesla, qui débarque en Europe cette année

 

Le géant BYD, constructeur chinois, souhaite conquérir l'Europe et rivaliser avec Tesla. Pour cela, elle prévoit de lancer pas moins de trois modèles électriques dans nos contrées.

BYD Tang

Si vous ne connaissez pas encore BYD, vous allez sans doute bientôt beaucoup entendre parler de cette marque. Car si celle-ci n’exporte pas encore ses modèles chez nous, cela sera bientôt le cas. Une arrivée en Europe qui débutera avec la présence pour la toute première fois du géant asiatique au prochain Mondial de Paris, du 17 au 23 octobre prochain. Mais le constructeur a aussi d’autres plans.

Arrivée en fin d’année

Selon le site allemand Handelsblatt, BYD devrait en effet entamer la commercialisation de trois modèles électriques sur le Vieux Continent. La marque pourrait ouvrir ses premières concessions européennes d’ici à la fin de l’année, même si l’on ne connaît pas encore leur implantation précise. En revanche, on en sait un peu plus sur les modèles qui seront commercialisés au cours des prochaines années et qui devraient bousculer le marché. Leur commercialisation devrait d’abord débuter en Suède et en Allemagne, selon Electrive.

BYD Tang : un grand SUV sept places

Pour l’heure, l’ordre d’arrivée de ces nouveautés n’est pas encore connu. Mais tout porte à croire que le premier modèle se déployer en Europe devrait être le SUV Tang, déjà commercialisé en Norvège. Décliné en cinq ou sept places, celui-ci embarque une batterie de 86,4 kWh lui permettant de parcourir environ 505 kilomètres selon l’ancienne norme NEDC, remplacée par la WLTP. Selon Electrive, le SUV électrique devrait voir la capacité de sa batterie grossir pour passer à 108,8 kWh, pour une autonomie tournant autour des 730 kilomètres selon le cycle chinois CLTC.

Plusieurs variantes seront proposées, mais celle équipée de quatre roues motrices devrait afficher une puissance de 483 chevaux, pour un 0 à 100 km/h réalisé en seulement 4,4 secondes. Si les prix français ne sont évidemment pas encore connus, le SUV s’échange contre 599 900 NOK en Norvège, soit environ 62 000 euros selon le taux de change actuel.

BYD Han EV : une berline

Une berline devrait aussi faire son arrivée en Europe, connue sous le nom de Han EV. Celle-ci devrait être affichée entre 45 000 and 55 000 euros et serait équipée d’une batterie LFP (Lithium Fer Phosphate) Blade. Une technologie dévoilée en 2020 et qui se distingue par des cellules plus fines améliorant la capacité. Par ailleurs, cette technologie serait également plus sûre et serait moins propice au risque d’embrasement. C’est d’ailleurs cette batterie que Tesla aurait choisie pour la nouvelle version de son Model Y, produit au sein de l’usine de Berlin.

Si l’on ne connaît pas encore les spécificités techniques de la berline électrique pour l’Europe, la version chinoise sera déclinée en deux versions avec un ou deux moteurs et devrait pouvoir parcourir jusqu’à 605 kilomètres selon le cycle NEDC, soit une autonomie légèrement revue à la baisse en WLTP.

BYD Atto 3 (Yuan Plus) : un SUV compact

Enfin, un autre SUV débarquera sur le Vieux Continent, à savoir le Atto 3, connu en Chine sous le nom de Yuan Plus. Il s’agit du seul modèle destiné à l’Europe à être équipé d’une technologie 800 volts, comme les Porsche Taycan, Hyundai Ioniq 5 et Kia EV6, entre autres. Une technologie qui permet alors notamment de profiter d’une recharge plus rapide.

Comme la Han EV, le SUV électrique de 203 chevaux environ embarque lui aussi une batterie Blade, d’une capacité de 50 et 60 kWh et affichant une autonomie de 430 à 510 kilomètres CTLC. En Chine, le prix varie entre 131 800 et 159 800 yuan, soit l’équivalent de 19 200 à 23 300 euros environ.

BYD part à l’assaut de Tesla et des fabricants européens

Avec ces nouveaux modèles, BYD espère maintenant faire de l’ombre à Tesla, alors que la marque chinoise vend déjà plus de véhicules que son rival sur le papier. Néanmoins, cette information reste à tempérer, car les calculs prennent également en compte les versions hybrides commercialisées par la firme chinoise. En ne comptant que l’électrique, celle-ci reste donc en dessous de son concurrent et leader californien, mais numéro 2 mondial devant Volkswagen et Stellantis. Son arrivée en Europe pourrait-elle changer la donne ?

Technologiquement compétitives, moins chères, vraiment ambitieuses… les voitures électriques chinoises arrivent. Les constructeurs chinois inquiètent l’industrie depuis des années, ils sont soudainement là. Nous avons sélectionné six voitures qui marqueront le marché français.
Lire la suite


Pour nous suivre, nous vous invitons à télécharger notre application Android et iOS. Vous pourrez y lire nos articles, dossiers, et regarder nos dernières vidéos YouTube.

Les derniers articles