Voitures électriques : un nouveau pas de géant pour les Etats-Unis

 

Les États-Unis franchissent un nouveau pas dans l'interdiction des voitures thermiques et la mise en avant de la voiture électrique grâce à la Californie.

Los_Angeles_Skyline_telephoto
Los Angeles, Californie

Article mis à jour le 26 août : Ça y est, c’est officiel, la Californie vient d’adopter la loi selon laquelle les constructeurs automobiles n’auront plus le droit de vendre de voitures thermiques en 2035 comme le relate le site local Electrek. L’État américain est même allé encore un peu plus loin, en imposant aux constructeurs les conditions suivantes :

  • les voitures doivent être livrées avec le câble de charge,
  • les adaptateurs nécessaires doivent être fournis
  • les voitures électriques d’occasions doivent communiquer l’état de leur batterie
  • les batteries doivent conserver au moins 70 % de leur capacité pendant 10 ans et 240 000 km (80 % pour les modèles à partir de 2030)
  • les constructeurs doivent partager les informations nécessaires aux réparations avec les garagistes indépendants

C’est une excellente nouvelle pour l’essor de la voiture électrique aux États-Unis (mais également pour la planète du fait la moindre pollution engendrée par les véhicules électriques) puisque de nombreux États souhaitent suivre la voie ouverte par la Californie. Quinze États ont déjà adopté des mesures anti-pollution plus contraignantes que celles édictées par le gouvernement fédéral. Ces États représentent à eux seuls 40 % du marché américain de la voiture. On imagine donc que les autres suivront rapidement et que les constructeurs ne vont pas s’amuser à proposer des voitures thermiques à certains États et électrique à d’autres du fait des coûteux investissements à rentabiliser.


Article original du 25 août : Comme l’Union Européenne, la Californie devrait également interdire la vente de voitures thermiques à partir de 2035. La décision sera prise dans les prochaines heures.

Il y a quelques semaines, l’Union Européenne a officiellement voté en faveur de l’interdiction pour les constructeurs de vendre des voitures thermiques à partir de 2035. Une mesure qui n’a évidemment pas manqué de créer la polémique. Et pourtant, cette mesure ne sera pas appliquée uniquement sur le Vieux Continent, puisqu’elle inspire même les États-Unis.

Vers une interdiction en 2035

À vrai dire, l’idée d’interdire la vente de voitures à combustion interne avait déjà été évoquée deux ans plus tôt par le gouverneur de Californie, Gavin Newsom. Mais si celle-ci avait été quelque peu mise de côté, voilà qu’elle refait surface. Et cette fois-ci, la décision pourrait être prise sous peu puisqu’un vote devrait avoir lieu un peu plus tard dans la journée. Le texte de loi qui doit donc être adopté sous peu souligne en effet que « toutes les nouvelles voitures vendues en Californie devront être à « zéro émission » polluante, à partir de 2035 au plus tard« .

Cette mesure sera ainsi débattue par le Bureau californien chargé de la qualité de l’air (California Air Resources Board, CARB) dans la journée, comme l’a confirmé l’un de ses membres, Daniel Sperling à CNN. Selon lui, cette loi à 99,9 % de chances d’être approuvée et devrait inciter les autres États à suivre le mouvement. La Californie est en effet l’un des plus avant-gardistes en ce qui concerne la transition énergétique, dans un pays très inégal sur le sujet. De plus, l’État de la côte ouest représente le plus grand marché des États-Unis. Cette décision devrait donc avoir un impact fort sur les constructeurs automobiles, qui ont déjà pour la plupart décidé de passer au tout-électrique au cours des dix prochaines années.

Une mesure progressive

Mais avant de bannir totalement les voitures thermiques de ses concessions, la Californie prévoit de faire la transition par étapes. En effet, le prochain objectif est fixé pour 2026, date à laquelle 35 % des ventes de véhicules neufs devra être composé de modèles électriques. Ce chiffre augmentera alors chaque année, atteignant 51 % en 2028, 68% en 2030 et 100 % cinq ans plus tard. Ces quotas permettraient également à 20 % des voitures électriques vendues d’être en réalité des hybrides rechargeables à la différence donc de l’Europe qui souhaiterait bien s’en passer à terme à cause de leur utilisation.

Cette nouvelle réglementation ne concernera en revanche pas les voitures d’occasion déjà en circulation, qui auront donc le droit de continuer à rouler. Si la Californie est devant la France en ce qui concerne la part de marché des voitures électriques, avec environ 16 contre 12,1 %, elle souhaite alors accélérer la cadence par tous les moyens possibles. À Los Angeles par exemple, le conseil municipal souhaite désormais interdire la construction de nouvelles stations-services. Le but ? Inciter là encore les automobilistes à passer à l’électrique.

La ville de Los Angeles, connue pour ses embouteillages monstres et sa culture de l’automobile, souhaite interdire la construction de nouvelles station services.
Lire la suite


Pour nous suivre, nous vous invitons à télécharger notre application Android et iOS. Vous pourrez y lire nos articles, dossiers, et regarder nos dernières vidéos YouTube.

Les derniers articles