Pénurie dans la tech : le retour à la normale, c’est pas pour tout de suite

Ça commence à piquer un petit peu

 

Le vice-président d'ASML, l'un des fournisseurs de TSMC, Intel et Samsung, nous apprend via une interview que la pénurie actuelle de composants pourrait être amenée à s'éterniser encore au moins 2 ans.

Intel Core 12e génération processeur puce chip
Intel Core 12e génération // Source : Intel

Depuis 2 ans le marché des composants informatique est très chahuté. Le monde tel qu’on le connaissait s’est ralenti au point de ne plus pouvoir suivre la demande en électronique. Tant et si bien que l’offre de semi-conducteurs se raréfiant, nous avons assisté à une pénurie sans précédent de composants électroniques dans toute l’industrie. Et si nous pensions pouvoir sortir de cette crise, comme semblait l’annoncer le géant Foxconn, sous-traitant d’Apple, qui estimait que les contraintes globales d’approvisionnement étaient en train de se résorber (même s’ils étaient bien l’un des seuls), il semblerait qu’il n’en soit encore rien à l’heure actuelle.

Mais ce n’est pas tout puisqu’une double menace très inattendue pèse désormais sur la situation : le conflit armé entre la Russie et l’Ukraine. Cette guerre joue un rôle tout aussi important dans le monde la tech. Tout simplement parce que 90 % du néon utilisé aux États-Unis nécessaire aux lasers qui fabriques des semi-conducteurs est fourni par l’Ukraine. Mais également 35 % du palladium américain, un métal rare servant à fabriquer des capteurs et des puces mémoire, qui est fourni également par les Russes. Ces matériaux ne sont en temps normal disponibles qu’en quantité limitée, alors il va de soi qu’un conflit armé met à mal le prix des puces sur le marché.

L’avenir reste incertain, pour encore au moins 2 ans

Et c’est là qu’intervient ASML, fournisseur notamment de TSMC, Samsung ou encore Intel. Comme vu par Xataka, c’est par l’intermédiaire de son président exécutif Peter Wennink et d’une interview dans le Financial Times, que nous avons appris par cet acteur clé de l’industrie que l’accès aux puces si convoitées resterait encore limité pendant au moins encore deux ans. Cela est notamment dû aux contraintes qu’éprouve la société à augmenter les performances de sa chaîne de fabrication. Cette prédiction est évidemment à prendre au sérieux vu le grand acteur qu’est ASML (qui est le fournisseur des machines de lithographie pour semi-conducteurs de beaucoup de grandes marques de la tech). Le problème actuel étant pour le fournisseur de produire au même rythme que la demande augmente. ASML estime qu’il leur faudra au moins deux ans pour augmenter la capacité de production de 50 % pour pouvoir s’accorder avec la demande actuelle du marché. Certains de ces partenaires investissent notamment pour faire augmenter cette capacité de production plus rapidement, à l’image d’Intel qui a d’ores et déjà annoncé investir 80 milliards d’euros en Europe pour augmenter la production de puces.

Récemment, nous avions eu quelques nouvelles qui nous donnaient de bonnes raisons de croire que les choses pouvaient changer, notamment avec l’annonce d’une baisse du prix des cartes graphiques chez Nvidia, qui nous laissait espérer un avenir un petit peu plus radieux. La perspective d’une fin de pénurie reste donc encore très incertaine dans les mois à venir et la production reste toujours à l’heure actuelle en flux tendu faute de mieux.


Pour nous suivre, nous vous invitons à télécharger notre application Android et iOS. Vous pourrez y lire nos articles, dossiers, et regarder nos dernières vidéos YouTube.

Les derniers articles