Swapfiets lance ses vélos et trottinettes électriques sur abonnement pour conquérir Paris

Paris, cible privilégiée pour la mobilité urbaine

 

L’entreprise hollandaise Swapfiets s’attaque au marché français en posant ses valises à Paris. Spécialisé dans la location mensuelle de vélos mécaniques, électriques et de trottinettes branchées, le groupe va chercher à proposer une nouvelle solution de mobilité aux Parisiens.

Swapfiets

La gamme actuelle de Swapfiets // Source : Swapfiets

Si la société batave Swapfiets n’est pas populaire dans nos contrées, son activité s’est, au fil des années, développée aussi bien en Allemagne qu’en Belgique et au Danemark. Fondée il y a six ans, le groupe revendique 200 000 membres sur l’ensemble de ces marchés en juin 2020, sans oublier son pays natal, les Pays-Bas.

Un vélo en tant que service

En juillet dernier, l’entreprise affichait des ambitions plus grandes par le biais d’un communiqué de presse officiel : ces prochaines cibles se nommaient alors Londres, Milan et Paris. Deux mois plus tard, Swapfiets a joint le geste à la parole en ouvrant son tout premier magasin au sein de la Ville lumière, au 115 boulevard de Sébastopol (2e arrondissement).

Swapfiets

Le vélo mécanique Deluxe 7 de Swapfiets // Source : Swapfiets

Quel est le principe de Swapfiets ? Un vélo en tant que service. En clair : un abonnement mensuel sans engagement en échange d’un engin personnel. La remise du vélo est effectuée en mains propres à la boutique, ou par livraison sur Paris uniquement. Le forfait inclut également un service de réparation disponible dans les 48 heures pour « réparer ou échanger directement le deux-roues sans frais supplémentaires », indique le document.

Un vélo électrique en approche

« Si le vélo Swapfiets est volé, les membres reçoivent un nouveau vélo contre le montant d’une légère franchise », précise-t-on. L’offre de l’entreprise — qui se distingue par un pneu avant de couleur bleu ciel — se compose aujourd’hui de deux vélos mécaniques :

  • L’ « Original » : une vitesse, cadre mixte pour les personnes mesurant entre 160 et 200 centimètres, freins à rétropédalage (pédaler vers l’arrière pour freiner le vélo) et à main, lumière Reelight, pour un total de 16,90 euros par mois.
  • Le « Deluxe 7 » : vélo de ville haut de gamme à 7 vitesses, cadre mixte pour les personnes mesurant entre 160 et 200 centimètres, freins à rétropédalage et à main, lumière LED, pour un total de 19,90 euros par mois.
Swapfiets

La trottinette électrique « E-Kick » de Swapfiets // Source : Swapfiets

Une trottinette électrique répondant au nom de « E-Kick » est également disponible en précommandes. D’un poids de 17,8 kilos, ce véhicule promet une autonomie de 30 kilomètres pour une vitesse maximale de 20 km/h et un temps de recharge de 6 heures. Outre des roues de 10 pouces, le poids maximal supporté tutoie les 100 kilos. A son lancement, l’E-Kick se louera au prix de 44,90 euros par mois.

Enfin, le vélo électrique « Power 7 » devrait, quant à lui, débarquer d’ici la fin de l’année 2020, assure la marque. Si aucune caractéristique n’a jusque-là été communiquée, son prix, lui, est bel et bien affiché : 74,90 euros par mois, soit un tarif largement supérieur aux 40 euros demandés pour un Véligo, dont le concept rejoint fortement celui de Swapfiets.

Les derniers articles