Certideal : « On veut inverser la tendance du marché de l’occasion »

 

Pour nos smartphones, le marché de l'occasion et du reconditionné ne représente qu'une toute petite part des ventes, mais certains acteurs tentent de faire bouger les lignes. Entretien avec Certideal, spécialiste du reconditionnement.

Nos appareils électroniques polluent, c’est un fait. S’il y a bien une volonté de faire mieux de la part des fabricants, comme Apple qui met en avant ses engagements écologiques à chaque conférence ou Fairphone qui tente de produire des smartphones responsables, le problème de fond reste le même : la surconsommation de smartphones neufs qui amène à produire encore et toujours plus, dans des conditions souvent déplorables.

Pour réduire l’impact sur l’environnement, l’une des solutions les plus efficaces est donc d’étendre la durée de vie de nos appareils, en développant par exemple davantage le marché de l’occasion. Si cette pratique est courante sur des produits comme des véhicules ou des vêtements, elle reste encore marginale pour nos smartphones, la faute aux nombreux appareils conservés dans un tiroir « au cas où » et aux problèmes que l’on pourrait rencontrer sur le long terme, notamment sur la longévité de la batterie. C’est là qu’entre en jeu l’industrie du reconditionnement.

Sur ce secteur, plusieurs acteurs sont déjà actifs. On peut citer Apple, qui possède sa propre boutique de refurb, mais aussi des entreprises spécialisées comme Back Market, YesYes, Smaaart ou encore Certideal, que nous avons eu l’occasion de rencontrer.

« L’intermédiaire de qualité »

Certideal est une société française basée à Levallois-Perret fondée en 2015. Yoann Valensi et Laure Cohen travaillaient alors sur des applications de reroutage d’appels et avaient besoin d’un grand nombre de smartphones pour cela. Face aux nombreux aléas rencontrés lors de cette expérience, ils ont eu l’idée de créer Certideal afin de se positionner comme un intermédiaire de qualité afin de faire se rencontrer l’offre et la demande.

Désormais bien implantée en France, l’entreprise tente de s’étendre à l’international et propose désormais ses services en Espagne depuis 2018, mais aussi l’Italie et la Belgique depuis 2020. Son but ? « Avoir un rôle sociétal et convaincre les gens d’acheter sur le marché de l’occasion ». Aujourd’hui, le smartphone d’occasion représente 30 à 40 % des ventes en France, mais Certideal veut « inverser la tendance » pour que l’on arrive peut-être un jour à 60-70 %.

Une nouvelle chaîne logistique

Aux États-Unis, le marché de l’occasion est plus marqué, poussé par marché dominé par les opérateurs. Ces derniers invitent leurs abonnés à renouveler leur smartphone tous les ans — ou tous les deux ans — et récupèrent ainsi de nombreux appareils encore fonctionnels. Ces produits ainsi récupérés sont ensuite revendus. À des particuliers en petite partie, mais également à des sociétés comme Certideal par des ventes aux enchères.

Certideal récupère ainsi un grand nombre de smartphones, rachetés aux opérateurs américains (60 à 65 % de leur stock) et européens. Ils sont ensuite testés, réparés au besoin et remis en circulation.

Sur le site de Certideal, on peut donc acheter de nombreux produits, surtout de marque Apple ou Samsung, à des prix compétitifs et surtout garantis 2 ans. C’est cette longue garantie qui fait leur différence.

Des smartphones examinés sous toutes leurs coutures

Chaque smartphone reçu est examiné minutieusement avant d’être remis en vente et passe entre les mains d’experts qui testent 32 points de contrôle, changent la batterie si l’état de santé de celle-ci est inférieur à 85 % et notent l’état esthétique de l’appareil afin d’en notifier l’acheteur potentiel. À vous de choisir si vous voulez économiser et mettre une coque pour cacher quelques rayures sur votre téléphone ou si vous préférez un produit « comme neuf ».

Un iPhone X démonté par iFixit

Un iPhone X démonté par iFixit

Les pièces échangées sont ainsi récupérées en grande majorité chez un partenaire asiatique agréé disposant de composants d’origine dans de nombreux cas. Pour l’iPhone par exemple, l’appareil photo sera remplacé par un module d’origine, de même que le PCB de la batterie, même si tous ses composants ne proviennent pas forcément d’Apple. Dans tous les cas, toutes les pièces sont aux normes CE et contrôlées par des organismes français pour assurer la meilleure qualité et surtout la sécurité des acheteurs.

Deux points ont attiré notre attention : la gestion des données privées et les différences possibles liées au réseau américain pour lequel les téléphones sont en grande partie prévus. Dans le premier cas, Certideal nous affirme posséder des logiciels spéciaux pour l’effacement des données, garantissant qu’aucune donnée de l’utilisateur initial ne peut subsister sur l’appareil, évitant ainsi la présence éventuelle de logiciels espions.

On ne peut pas marger sur notre réparation en garantissant 24 mois

Dans le second cas, la question ne se pose plus vraiment en 2020, la plupart des modems étant compatibles avec la totalité des fréquences au monde. Lorsque le cas de figure se présente néanmoins, un flash logiciel permet dans la majorité des cas de retrouver une compatibilité avec nos antennes.

Bien sûr, comme pour toute vente en ligne, il est toujours possible de se rétracter en cas d’insatisfaction. Sur les forums, on peut rencontrer quelques messages de mécontents du service, mais ils sont peu nombreux et Certideal avance un taux de retour de 7,5 % seulement en 2020, contre 5 % pour la moyenne des produits neufs.

Ce qui rassure le plus finalement, c’est cette garantie de 2 ans. « On ne peut pas marger sur notre réparation en garantissant 24 mois », nous précise-t-on lors de l’entretien. Le but reste bien évidemment d’avoir un modèle économique viable.

Apple, grand maître du reconditionné

Et viable, ce modèle économique semble l’être. Certideal se targue de « jouer un rôle sociétal avec un business modèle rentable », lui permettant de compter aujourd’hui une cinquantaine de personnes juste à Levallois pour près de 300 000 clients et 20 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2020.

Il faut dire que sur le site, le panier moyen se situe entre 250 et 300 euros, grâce notamment au prix des produits Apple. La marque à la pomme représente aujourd’hui 70 % de l’occasion grâce à la bonne longévité de ses produits. Samsung ne s’en sort pas trop mal pour autant avec ses Galaxy S. Le Galaxy S7 par exemple est dans le TOP 5 des produits les plus vendus par Certideal. Ce sont là des smartphones durables et « dont la valeur du neuf est la plus chère ». Certideal commence d’ailleurs à se tourner vers les accessoires de la marque à la pomme et on peut désormais acheter des iPad, Apple Watch et autres AirPods reconditionnés. Les consoles de jeux pourraient suivre également dans les mois à venir, mais oubliez les produits trop imposants pour le moment, « l’idée c’est de proposer des produits très petits, dont le stockage [à Levallois] n’est pas un souci ».

Pour autant, le spécialiste de la remise à neuf nous assure qu’il « serait ravi de pouvoir collecter et réparer des smartphones à 100 euros », mais il faut pour cela que les revendeurs soient plus nombreux pour compter des stocks suffisants. Sur les références actuelles en revanche, « le stock ne [leur] fait pas peur, la gamme est large ».

L’écologie par la quantité

L’idée derrière Certideal est donc de renforcer le marché de l’occasion en amenant à l’acheteur les mêmes garanties qu’avec un produit neuf, et ainsi allonger la durée de vie des appareils électroniques que l’on aime tant. Dans un monde idéal, il serait plus simple en France de déposer son ancien smartphone — dans la boutique d’un opérateur par exemple — pour lui donner une seconde vie, mais aujourd’hui, il est nécessaire de passer par des envois individuels.

C’est pour cela d’ailleurs que Certideal se fournit essentiellement aux États-Unis. Malgré la distance, le bilan carbone est plus intéressant à partir de commandes dépassant les 500 produits, et il se creuse d’autant plus avec la quantité transportée. Pour 1000 smartphones par exemple, un fret aérien des États-Unis vers la France représenterait l’équivalent de 819 kg de CO2, contre 1160 kg pour un envoi unitaire depuis la France par Chronopost. Nous n’avons cependant pas pu confirmer ces chiffres avancés par Certideal.

Toujours est-il que chaque smartphone ayant une seconde vie permet d’éviter l’achat d’un smartphone neuf et l’empreinte carbone non négligeable que peut représenter sa conception. Autant dire que ce serait une bonne chose si Certideal réussissait son pari d’inverser la tendance du marché de l’occasion.

L’indice de réparabilité en France veut renforcer le pouvoir d’achat des consommateurs et lutter contre l’impact environnemental des produits high-tech comme les smartphones, PC et TV. Nous vous expliquons comment il est calculé, ses limites,…
Lire la suite

Les derniers articles