À l’occasion du lancement du Fairphone 3, Bas van Abel, le fondateur de Fairphone, répond à nos questions sur les progrès de l’entreprise en matière de développement durable.

Bas van Abel (Fairphone)

Bas van Abel – Crédit photo : FRANK BAUER

Présenté le 27 août 2019, le Fairphone 3 est, comme son nom l’indique, la troisième génération du téléphone « fair ». Un mot qu’on peut traduire par « juste », « équitable ».

Le téléphone équitable n’est encore qu’un idéal vers lequel elle tend, l’« entreprise sociale » Fairphone le dit spontanément. Elle préfère parler d’un « téléphone plus juste ». L’objectif affiché est de montrer que l’initiative séduit des consommateurs afin de motiver l’industrie du téléphone, les marques et avec elles toute la filière, à agir de manière plus responsable.

Dans une société dans laquelle même les entreprises les plus polluantes diffusent sans scrupules des campagnes de greenwashing, que fait vraiment Fairphone ? Quels progrès l’entreprise a-t-elle réalisés depuis sa création en 2013, il y a six ans ? C’est ce que nous avons demandé à son fondateur, Bas van Abel.

Pour commencer, pour ceux qui ne connaissent pas encore Fairphone, qu’est-ce qui fait de Fairphone un fabricant de téléphone équitable ou plus équitable ?

Bas van Abel : En tant qu’entreprise sociale, nous sommes un acteur très différent dans l’industrie électronique. Notre rôle est de remettre en question le statu quo et d’accélérer les améliorations en innovant dans notre propre chaîne d’approvisionnement et en rapprochant le client du processus de production. Nous créons une demande du marché pour des produits éthiques et créons des modèles scalables pour inspirer le reste de l’industrie.

Nous nous concentrons sur ces choses que les autres négligent

Nous utilisons la transparence pour entamer un dialogue entre les consommateurs et les entreprises. Nous nous concentrons sur ces choses que les autres négligent et sur lesquelles nous pensons pouvoir faire une différence. En termes de réalisations, Fairphone, par exemple, a été jusqu’à présent le seul fabricant d’électronique qui s’est procuré de l’or issu du commerce équitable et le premier fabricant d’électronique à lancer un smartphone modulaire conçu pour durer, le Fairphone 2.

Un morceau de minerai contenant du cobalt, du cuivre et de la malachite. Crédits : Fairphone

Fairphone a été classé au premier rang en matière de développement durable et d’éthique parmi une variété de grandes marques de premier plan, par exemple dans le guide de Greenpeace pour une électronique plus verte (2017).

Plus précisément, qu’est-ce qui rend le Fairphone 3 plus équitable que le Fairphone 2 ?

Le Fairphone 3 est basé sur les mêmes principes que le Fairphone 2 et ajoute les leçons que nous avons apprises depuis. En termes de conception, le téléphone est plus robuste et assemblé avec davantage de vis. Cela rend la conception plus rigide et renforce le téléphone.

des mises à jour logicielles et de sécurité pendant au moins 5 ans

Le Fairphone 3 a une conception encore plus modulaire que le Fairphone 2, avec un module supplémentaire. Ce qui dans le Fairphone 2 était auparavant le module inférieur (contenant le microphone principal, le connecteur USB, le haut-parleur, etc.) a maintenant été divisé en module haut-parleur et en module inférieur. Avec le Fairphone 3, nous voulons continuer à permettre à nos utilisateurs d’ouvrir et réparer leurs appareils, et nous avons également ajouté un tournevis dans l’emballage. Non seulement le matériel est conçu pour durer, mais nous nous efforçons également d’assurer le support du Fairphone 3 avec des mises à jour logicielles et de sécurité pendant au moins 5 ans.

Désormais, 50 % du plastique utilisé dans les modules provient de sources recyclées, et dans l’ensemble, 9 % du plastique de l’ensemble du téléphone provient de sources recyclées. De plus, 40 % du tungstène utilisé est recyclé et 70 % du cuivre contenu dans les circuits imprimés provient de sources recyclées, ce qui représente au total plus de 50 % de l’ensemble du téléphone.

Nous avons un nouveau partenaire de fabrication pour le Fairphone 3 : Arima. Nous travaillons avec eux pour améliorer les conditions de travail de leurs employés et payer une prime pour combler l’écart entre le salaire minimum légal et le salaire minimum vital. Nous offrons un bonus à l’usine si elle améliore la satisfaction des travailleurs et met en œuvre notre plan d’amélioration global sur 3 ans, axé sur la représentation des employés, la santé et la sécurité et les améliorations générales de l’usine. Avec le Fairphone 3, nous testons une approche unique pour combler l’écart vers un salaire de subsistance pour les employés de l’usine grâce à une prime salariale directe. Plus de 1,50 dollar par Fairphone vendu contribue directement aux salaires des employés de l’usine, pour combler l’écart vers un salaire de subsistance.

D’autres marques, telles qu’Apple, font également preuve d’un engagement fort en faveur du développement durable. Ils sont également connus pour apporter des mises à jour logicielles à leurs téléphones pendant 4 ou 5 ans. En quoi un Fairphone 3 est-il plus juste qu’un iPhone ?

Nous nous félicitons de toutes les mesures prises par d’autres fabricants d’électronique pour produire de manière plus durable ! Cela montre que le développement durable devient de plus en plus important, et c’est exactement ce que nous souhaitons. Nous ne sommes pas en concurrence sur le plan du développement durable. En fait, l’idée derrière Fairphone est que nous voulons créer des modèles scalables qui peuvent être reproduits dans le reste de l’industrie.

Nous ne sommes pas en concurrence sur le plan du développement durable

Fairphone a un rôle différent. Il y a des millions de pratiques sociales et environnementales à améliorer. Nous nous concentrons sur les domaines où l’industrie n’a pas encore apporté de changements significatifs, nous innovons et nous publions notre approche pour que d’autres puissent prendre la relève. En cela, nous visons à catalyser un changement plus large et à créer des modèles extensibles. Par exemple, la conception modulaire des Fairphone 2 et 3, qui permet aux consommateurs d’ouvrir et de réparer facilement leur téléphone eux-mêmes.

Question technique : vous dites qu’on devrait garder nos téléphones plus longtemps. Pensez-vous que le Snapdragon 632 du Fairphone 3 sera encore assez performant dans 5 ans ? Pourquoi ne l’avez-vous pas équipé d’un chipset plus récent (Snapdragon 670) ou plus puissant (Snapdragon série 8) ?

Nous avons choisi spécifiquement ce chipset parce qu’il offre un bon compromis entre prix et performances, ce qui le met à l’épreuve du temps pour les années à venir. L’utilisation du Snapdragon 632 nous situe dans le milieu de gamme du marché et offre une excellente expérience utilisateur. (C’est la puce de smartphones à moins de 200 euros tels que les Motorola Moto G7 ou le Xiaomi Redmi 7, ndlr.)

Le Fairphone 2 est un bon exemple qu’il n’y a pas besoin du chipset le plus récent et le plus puissant : il est sur le marché depuis presque 4 ans, mais il fonctionne toujours sans problème.

Quand le Fairphone 3 sera-t-il mis à jour vers Android 10 ?

Nous proposerons des mises à jour logicielles et de sécurité pendant 5 ans, ce qui signifie que le Fairphone 3 sera mis à jour vers des versions Android supérieures, mais nous ne pouvons dire quand.

Enfin, est-il préférable d’acheter un smartphone d’occasion ou un nouveau Fairphone 3 ? Pourquoi ?

Cela dépend vraiment du téléphone. L’une des raisons pour lesquelles le Fairphone 3 est plus durable est qu’il est facile à ouvrir et à réparer, ce qui prolonge sa durée de vie. L’achat d’un téléphone d’occasion ou reconditionné est une bonne chose, car cela prolonge sa durée de vie, mais il pourra aussi se briser. Dès que cela se produit, le vieux dilemme de ne pas être capable de le réparer recommence. Selon la durée pendant laquelle vous pensez pouvoir utiliser le téléphone d’occasion, les deux peuvent être une bonne option.

Fairphone 2 : on a testé l’appareil photo évolutif