Introduction

Le Motorola Moto G7 Power a, comme son nom l’indique, comme but d’être le plus puissant possible en ce qui concerne la batterie. Il embarque en effet une capacité de 5000 mAh. Avec son prix d’environ 200 euros, voyons si ce smartphone réussit à être un smartphone endurant, mais aussi et surtout, un bon smartphone dans ce test complet.

Fiche technique

Modèle Motorola Moto G7 Power
Version de l'OS Android 9.0
Interface constructeur Android Stock
Taille d'écran 6.2 pouces
Définition 1512 x 720 pixels
Densité de pixels 270 ppp
Technologie LCD
SoC Snapdragon 632
Puce Graphique (GPU) Qualcomm Adreno 506
Mémoire vive (RAM) 4 Go
Mémoire interne (flash) 64 Go
Appareil photo (dorsal) Array
Appareil photo (frontal) 8 MPX
Enregistrement vidéo 4K
Wi-Fi Wi-Fi 5 (ac)
Bluetooth 4.2
Réseaux LTE, HSPA, GSM
Bandes supportées 2100 MHz (B1), 800 MHz (B20), 1800 MHz (B3), 2600 MHz (B7), 700 MHz (B28)
NFC Non
Capteur d'empreintes Oui
Ports (entrées/sorties) USB Type-C
Batterie 5000 mAh
Dimensions 76 x 159.4 x 9.3mm
Poids 193 grammes
Couleurs Noir
Prix 171€
Fiche produit

Design : des finitions de qualité

À première vue, le Motorola Moto G7 Power est un beau produit. Un design digne des smartphones Motorola que l’on connait déjà.

On a à l’avant un écran IPS LCD de 6,2 pouces HD+ avec une définition de 1512 par 720 pixels. Un écran qui se veut à l’instar de ses confrères, quasi borderless avec une encoche assez large sur la partie haute pour l’unique haut-parleur (on en parlera plus tard dans ce test), la caméra avant et le capteur de luminosité. Les bords et le menton du smartphone sont plutôt imposants ce qui fait perdre énormément de sensation de « borderless » que souhaite Motorola. Heureusement pour le menton, le logo Motorola est écrit ce qui laisse une sensation d’utilité à cette excroissance.

Le logo Motorola offre au menton une sorte « d’alibi »

Sur le côté droit, on a les boutons de volume et de verrouillage sur la partie haute. Ils sont peu profonds et la sensation de clic peut paraître au début peu sensible. À gauche on trouve le slot double-sim et Micro SD jusqu’à 512 Go. Sur la partie basse, on voit le port USB-C avec un des deux micros. Le second se trouve sur la partie haute, accompagné d’une prise jack 3,5 mm.

À l’arrière on a un dos en plastique brillant noir qui attire énormément les traces de doigts. Sur la partie haute, on a la traditionnelle excroissance ronde dans laquelle se logent l’appareil photo et le flash. En dessous, on a le capteur d’empreintes rond avec inscrit dessus le logo de Motorola.

Ce dos est réussi avec une bonne sensation en main, les dimensions sont parfaitement adaptées à une bonne ergonomie. Le seul bémol reste les boutons. Même son format ne fait pas penser à un smartphone à « grosse batterie ». On pourrait imaginer un gros bloc, mais rien de tout cela, on a quelque chose de plutôt agréable à prendre en main.

Les finitions sont exemplaires et rien ne semble « cheap » que ce soit à la vue ou au touché.

En bref le Moto G7 Power est réussi en termes de design, il est beau et bien construit et il comptera ce domaine comme l’un de ses points forts.

Compliqué de les féliciter

Comme dit auparavant, l’écran de ce Moto G7 Power est un IPS LCD de 6,2 pouces avec une définition HD+ de 1512 par 720 pixels. Une première impression sur cet écran : il est bleu. Comme beaucoup d’appareils de cette gamme, la température des couleurs n’est pas bien réglée par défaut.

De plus, sa définition n’est pas adaptée par rapport à ce que propose la concurrence, du HD+ alors que d’autres smartphones dans cette gamme de prix comme le Realme 3 Pro ou le Xiaomi Redmi Note 7 ont un écran FHD+. Cela n’est pas très handicapant, mais reste donc moins bon que ce que peuvent offrir d’autres téléphones similaires, on le remarque avec le taux de pixels par pouces. Alors que ce Moto G7 Power propose 270 PPP, un Realme 3 Pro grimpe à 408 PPP ce qui offre une meilleure lisibilité.

Les pixels sur l’écran son facilement distingables

Le design de cet écran est assez paradoxal, on sent l’envie de Motorola de faire comme le reste des appareils et d’avoir une bordure d’écran assez minime avec une encoche, on se retrouve donc avec un écran qui y ressemble, sauf que les bords assez imposants nous sortent de cette idée de borderless.

Après avoir mesuré certains paramètres de l’écran avec notre sonde, nous avons remarqué que l’espace sRGB n’était pas complètement rempli. On a donc des couleurs assez peu fidèles avec un DeltaE de presque 5, alors qu’il devrait être à 3. On vous conseillera de mettre le mode Couleurs Naturelles dans les paramètres plutôt que le mode Contrasté ou Saturé.

La luminosité est par contre assez élevée et vous pourrez utiliser votre smartphone au soleil sans trop avoir à plisser les yeux.

Côté son, le smartphone possède un seul haut-parleur qui se situe dans l’encoche, pas le meilleur moyen d’être très performant et on le ressent vite. On a cependant une prise jack qui est de bonne facture si l’on a de bons écouteurs, elle transmettra une bonne reproduction du son.

Logiciel : Android presque stock

Avec Motorola, on sait à quoi s’attendre niveau système d’exploitation : un Android presque stock avec quelques implémentations par-ci par-là. On a Android 9.0 Pie avec la mise à jour de sécurité datant déjà de décembre 2018. Autrement dit, cette version a bientôt 7 mois de retard sur les patchs de sécurité transmis par Google.

L’interface du Motorola Moto G7 Power est semblable à Android Stock

Autre petit point faible, l’encoche prend un peu trop de place pour la barre de notifications. On ne pourra afficher que 2 icônes de notifications avant que ce soit bien trop pour lui et qu’il ne nous propose qu’un simple rond blanc indiquant qu’il y en a plus à découvrir. De même du côté droit de cette barre où les icônes d’état du smartphone sont vite débordées. Pour des notifications ce n’est pas trop grave, mais ne pas voir l’icône du partage de connexion ou du mode silencieux de votre smartphone peut être problématique selon le contexte.

À part cela, nous restons sur de l’Android presque stock donc très fluide, les seuls ajouts de Motorola à signaler seraient des fonds d’écran et quelques applications : « Radio FM » ou « Aide Moto » qui est une sorte d’application d’assistance pour votre smartphone. Enfin, l’application « Moto » sert à changer votre expérience sur votre smartphone avec différentes fonctionnalités comme la navigation par gestes ou encore l’écran attentif qui permet à votre écran de rester allumé tant que vous le regardez.

Cette navigation par gestes sert aussi à activer la lampe torche rapidement ou prendre une capture d’écran sous le doux nom de « Gestes Moto ».

L’application « Moto » permet de régler plusieurs options de personnalisation d’utilisation du smartphone

Ce système respecte donc l’OS de Google en le laissant presque dans sa forme originale avec quelques additions bienvenues.

On peut aussi noter la bonne qualité du lecteur d’empreintes digitales et de l’équivalent d’un mode « Always on Display » qui s’active lorsque l’on prend le téléphone en main.

Performances : à ne pas comparer

Le Motorola Moto G7 Power embarque un processeur Snapdragon 632 accompagné de 4 Go de mémoire vive. L’utilisation au quotidien est bonne et on ne ressent pas trop de ralentissements. Le gros problème par rapport à ces deux composants reste qu’à un prix entre 150 et 250 euros, on peut trouver bien mieux.

Le Redmi Note 7 a un Snapdragon 660, le Honor 20 Lite un Kirin 710 et le Realme 3 Pro un Snapdragon 710. Autrement dit, tous des processeurs plus performants. Concernant la mémoire vive, ils ont tous 4 Go et le Realme 3 Pro a même une variante à 6 Go.

  Motorola Moto G7 Power Realme 3 Pro Honor 20 Lite Redmi Note 7
SoC Snapdragon 632 Snapdragon 710 Kirin 710 Snapdragon 660
AnTuTu 104 904 153 611 130 310 144 013
3D Mark Slingshot 919 N/A 863 1 355
PCMark 6 198 N/A 5 821 6 310

Les applications classiques comme Facebook, Twitter ou encore Instagram et YouTube tournent bien. Niveau jeux, ceux qui sont peu demandant en énergie fonctionneront sans problème tandis que les plus poussés comme PUBG subiront quelques lags en qualité graphique basse.

Il est bel et bien certifié Widevine L1 pour lire les contenus HD sur Netflix. Attention, il est bon de rappeler qu’il n’a « que » un écran HD+, donc les services de vidéo ne vous proposeront que des vidéos en qualité 720p maximum.

Pour résumer, les performances de ce Moto G7 Power sont acceptables, mais si on les met face à d’autres smartphones dans cette gamme de prix, elles prennent un sacré coup derrière la tête.

Heureusement pour lui, il a quelque chose qui le démarque en bien de ses concurrents…

Autonomie : un champion du genre

5 000 mAh, voilà la capacité de la batterie de ce smartphone. Cela le propulse comme l’un des smartphones les mieux dotés en termes de capacité pour sa batterie.

Durant notre test SmartViser, il aura duré 18 heures et 31 minutes, ce qui lui permet de battre notre record auparavant détenu par le Asus Zenfone Max Pro M2.

Dans une utilisation habituelle, le smartphone est hyper endurant. Ainsi, avec une utilisation très intensive basée en particulier sur Snapchat, Messenger et Instagram (je suis un millennial), le smartphone a tenu 3 jours avant de réclamer d’être chargé.

Même avec ce désagrément, pas besoin d’attendre une éternité puisqu’il possède la recharge rapide TurboPower qui a fait passer le smartphone de 0 à 100 % en 2 h 30, ce qui est un plutôt bon score pour une batterie si imposante. Selon Motorola, 15 minutes de charge permettent de récupérer 9 heures d’autonomie.

Appareil photo : le gros point faible de ce smartphone

Le Moto G7 Power embarque deux capteurs photo, un à l’arrière de 12 mégapixels et un à l’avant de 8 mégapixels. Autant le dire tout de suite, vous n’allez pas être émerveillés par cette qualité de photo, loin de là. C’est clairement le point faible de ce smartphone. Comme souvent dans cette gamme de prix, sauf qu’ici, c’est encore pire sur certains points.

Premièrement, les deux capteurs ne sont pas stabilisés, il faudra donc prendre une pose très stable pour ne pas avoir une photo trop tremblotante. En plein jour, les couleurs sont plutôt bien respectées, mais on ressent déjà un manque de détail important, il suffit de le constater sur ces exemples où les poils du chien manquent clairement de finesse et sont difficilement perceptibles les uns des autres.

En extérieur, on remarque aussi la présence de bruit numérique qui rend la photo difficile à vanter pour sa qualité, même si les couleurs de la plante sont bien restituées. En allant à l’intérieur, c’est le même problème : le bruit numérique est bien là, quoique soit l’environnement de la photo.

Le mode portrait permet de gérer en direct le taux de flou en arrière-plan mais contrairement à ce que peuvent faire certains smartphones, on ne peut pas le faire après la prise. La délimitation est plutôt réussie, il faudra juste faire attention aux cheveux et autres problèmes traditionnels d’un mode portrait.

De nuit le smartphone se retrouve en grande difficulté, mais cette fois-ci la concurrence ne fera jamais bien mieux. Il a beaucoup de bruit, peu de détails et les sources lumineuses deviennent vite des halos.

Pour la caméra avant, on est déjà moins étonné de ces limites, car elles sont plus en accord avec ce que propose la concurrence. En bonne luminosité on a une qualité acceptable avec toujours un léger manque de détail et un peu de bruit. Le mode portrait a du mal à délimiter certains endroits comme les cheveux, mais c’est quelque chose d’habituel.

Il vaudra mieux l’oublier dès la nuit tombée. Même en étant complètement stable, la photo semble floue et manque cruellement de détail. Avec une source lumineuse en face du sujet, le problème reste le même.

Enfin, il faut parler un peu de l’application photo et d’un bug que j’ai rencontré plusieurs fois. Lors d’une prise de photo, l’application photo redémarrait toute seule et la photo prise devenait introuvable (même dans la galerie), et cela jusqu’au redémarrage du smartphone où les photos étaient parfois disponibles. Pour pouvoir reprendre des photos, il fallait parfois redémarrer 2, voire 3 fois de suite…

Pour la vidéo, le capteur arrière tourne jusqu’en 4k 30 fps et 1080p à 60 ou 30 fps avec un mode ralenti tandis que le capteur avant monte en 1080p 30 fps. A noter que pour le capteur arrière, on a une stabilisation électronique pour le mode 1080p 30 fps qu’il est possible d’activer mais qui a du mal à gérer des mouvements assez brusques ou amples.

Capteur arrière en 4K 30 fps

Lien YouTube S’abonner à FrAndroid

Capteur arrière en 1080p 30 fps stabilisé

Lien YouTube S’abonner à FrAndroid

Capteur avant en 1080p 30 fps

Lien YouTube S’abonner à FrAndroid

Réseau : le bon minimum

Côté réseau, le Moto G7 Power est compatible avec toutes les bandes 4G disponibles en France. Aucun risque pour les abonnés Free Mobile, le smartphone sera totalement compatible avec l’opérateur.

On note l’absence d’un capteur NFC qui le rend incompatible avec des services de paiement en ligne comme Google Pay. Il embarque le Bluetooth 4.2 et le Wi-Fi 5 (ac).

Pour les appels, il se débrouille très bien même dans un endroit assez bruyant comme sur une avenue fréquentée. La voix reste un peu métallique, mais il réduit très bien le bruit.

Prix et disponibilité

Le Moto G7 Power est disponible en deux coloris : Noir Céramique (celui de notre test) et Ice Violet au prix de départ de 229 euros, mais Motorola a depuis descendu son prix de base à 199 euros.

Test Moto G7 Power Le verdict

design
8
Le design du Moto G7 Power est réussi. Il tient bien en main et les finitions sont exemplaires pour un smartphone dans cette gamme de prix. On peut quand même souligner les bordures d'écran assez imposantes.
logiciel
7
Motorola continue sur sa lancée avec une interface presque stock accompagnée de quelques ajouts bienvenus comme les gestes Moto. Si vous n'en voulez pas, il est très facile de les désactiver. Le patch de sécurité est beaucoup trop en retard.
caméra
5
C'est le gros point faible de ce smartphone. Qu'importe l'environnement, la photo sera très compliquée à réussir car il y aura toujours du bruit numérique. De nuit c'est encore pire, surtout avec l'appareil photo avant. A noter également l'application de l'appareil photo qui est victime de bugs.
écran
6
L'écran est assez compliqué à noter, car il n'est pas horrible, mais n'est pas vraiment bon non plus. On regrette surtout une définition HD+ qui fait un peu "cheap" face au Full HD+ de ses concurrents et une fidélité de certaines couleurs à travailler.
performances
7
Comme pour l'écran, les performances sont acceptables, mais dès qu'on les compare à la concurrence, cela devient presque mauvais. Avec "seulement" un Snapdragon 632, il parait compliqué de le mettre au niveau d'un Realme 3 Pro et son Snapdragon 710 vendu au même prix.
autonomie
8
Elle est là, la qualité numéro une du smartphone. Il tient bien ses promesses avec sa batterie de 5000 mAh qui lui permet de rester 3 jours loin d'un chargeur. Le TurboPower permet d'éviter une charge trop longue pour une si grosse batterie.
Note finale du test 7/10
Le Motorola G7 Power est un smartphone à choisir si vous avez besoin d’un appareil endurant pour rester loin du chargeur. Cependant pour le reste, il est compliqué de le recommander, car tous ses autres aspects sont soit égalés, soit dépassés par les concurrents.

Le design et les finitions sont réussies, mais beaucoup de smartphones comme le Realme 3 Pro ont une qualité semblable. En plus de l’autonomie, il y a bien un point qui le différencie de la concurrence : sa version d’Android qui n’a pas de surcouche imposante... mais n'est pas très à jour.

Malheureusement, il se démarque aussi par son appareil photo qui est tout simplement mauvais, là où certains smartphones de cette gamme de prix s’améliorent grandement. Il faut clairement rester loin de ce produit si la prise de clichés est importante.

En bref, ce Motorola Moto G7 Power aurait pu être un bon smartphone à 200 euros, s’il était sorti il y a 1 voire 2 ans... Aujourd’hui, il a pris trop de retard sur une concurrence de plus en plus féroce.
Points positifs
  • Une autonomie exceptionnelle
  • Un design et des finitions de qualité
  • Un Android presque stock
Points négatifs
  • Une caméra au bord du médiocre
  • Des performances en deçà de la concurrence
  • Un écran seulement HD+