Pourquoi les pneus des vélos européens devraient être plus durables pour la planète dès 2025

 

Une nouvelle réglementation européenne relative aux matières premières associées à la déforestation va entrer en vigueur en 2025. Un cadre plus strict va ainsi être mis en place pour mieux protéger la biodiversité face au phénomène de déforestation. Parmi les marchandises concernées : les pneus de vélos, fabriqués à base de caoutchouc.

Source : Frandroid – Chloé Pertuis

Le média spécialisé Bike EU se fait le relais d’une nouvelle réglementation européenne très intéressante, qui entrera en vigueur en 2025. Les produits et matières premières associés à la déforestation et à la dégradation des forêts vont devoir se conformer à de nouvelles règles, et ce afin de mieux protéger la planète et la biodiversité.

Ce nouveau règlement – (EU) 2023/1115 – poussé par le Parlement et le Conseil européen a établi la longue liste des marchandises concernées. Parmi elles, les pneus en caoutchouc grandement utilisés sur nos vélos électriques et vélos mécaniques, et principalement fabriqués en Asie du Sud-Est (Indonésie, Thaïlande et Vietnam).

Des inspections à venir

Toutes les entreprises et autres commerçants qui importent des produits au sein de l’UE sont concernés. Les petites et moyennes entreprises seront quant à elles concernées par ce nouveau cadre à partir du 30 juin 2025.

Plusieurs mesures vont être mises en place pour contrôler l’ensemble de la chaîne :

  • les importateurs devront collecter des informations obligatoires auprès du producteur ;
  • des inspections auront lieu sur les marchandises, selon plusieurs indicateurs.

Schwalbe pneu

En effet, certains pays producteurs de caoutchouc notamment – c’est en tout cas ce qui nous intéresse ici – seront classés selon trois niveaux : faible, intermédiaire et élevé. Chaque niveau correspond à la probabilité selon laquelle la déforestation est pratiquée au sein du territoire, explique Bike EU.

Si le risque est élevé, 9 % des importations issues de ce pays seront contrôlées, contre 3 % pour un pays jugé à risque intermédiaire, et 1 % pour le niveau faible. Par ailleurs, si les importateurs ne respectent pas les règles mises en vigueur – en d’autres termes, s’ils ferment les yeux sur certaines pratiques -, jusqu’à 4 % de leur chiffre d’affaires pourra être retenu sous forme d’amende.

L’idée est claire : faire en sorte que les produits consommés en Europe ne soient pas liés, ou en tout cas le moins possible, à la déforestation de la planète.

D’où provient la matière première du caoutchouc ?

Le cas du caoutchouc est plus subtil qu’il en a l’air, car la production même du caoutchouc ne nécessite pas de déforester nos forêts. Sa production consiste à extraire et récolter du latex – un peu comme la sève – dans l’écorce des arbres, et tout particulièrement un arbre nommé hévéa.

arbre caoutchouc

Quel lien avec la déforestation, me diriez-vous. Et bien il a été établi que des zones cruciales pour la biodiversité ont été massivement défrichées pour justement exploiter une plantation entière d’arbres plantés pour du caoutchouc, selon une étude relayée par Le Figaro en octobre 2023.

Les zones touchées se situent en Asie du Sud-Est, la région qui concentre la grande partie de la production mondiale de caoutchouc. Plus de quatre millions d’hectares de forêts ont ainsi été perdus depuis 1993, pour développer la culture du caoutchouc. Cette dernière participe donc d’une certaine manière à la déforestation de la planète.

Le cas de Schwalbe

Cette nouvelle réglementation nous fait indéniablement penser à Schwalbe, l’un des principaux producteurs et fournisseurs de pneus de vélos au monde. Toute sa production de pneus et de chambres à air est désormais centralisée dans son site industriel vietnamien, après avoir fermé son usine indonésienne au début d’année 2024, afin de mieux temporiser la crise qui touche la filière depuis 2023.

On imagine que ses produits, et plus précisément l’origine des matières premières, pourraient être scrutés de près.


Les derniers articles