Voici les plans de l’Europe pour barrer la route aux voitures électriques chinoises

 

La Commission européenne dévoile les contours de son plan d'action afin de réduire sa dépendance à la Chine pour la production de batteries de voitures électriques. Deux stratégies seront mises en place en s'inspirant de l'IRA déjà en vigueur aux États-Unis.

MG4
MG4

Cela fait de longs mois que les spécialistes tirent la sonnette d’alarme sur les risques de l’invasion de constructeurs chinois en Europe. Mais outre l’arrivée de nouvelles marques sur le marché comme Nio, Xpeng ou encore BYD, les experts s’inquiètent de notre dépendance pour l’approvisionnement en matières premières. Mais cela pourrait ne plus durer.

Deux nouveaux plans dévoilés

La Commission Européenne a enfin décidé de mettre en place des mesures afin de lutter contre la supériorité chinoise, comme l’explique l’ONG Transport & Environnement, qui a aussi récemment alerté sur la concurrence américaine en ce qui concerne la fabrication de batteries. En effet, de nombreux constructeurs et équipementiers délaissent l’Europe pour produire aux États-Unis, en raison d’avantages fiscaux plus intéressants. C’est notamment le cas de Volkswagen qui hésite à délocaliser sa production de batteries outre-Atlantique.

Cela va-t-il changer avec la stratégie de l’Europe ? Pas forcément, car celle-ci n’a pas encore annoncé l’octroi de subvention comme le fait l’Amérique du Nord. Pour mémoire, l’IRA (Inflation Reduction Act) prévoit une enveloppe de 370 milliards de dollars pour les entreprises qui jouent le jeu en produisant aux États-Unis avec des matériaux sourcés sur place.

Ce qui explique pourquoi Tesla veut réduire la voilure sur la production de cellules 4680 en Europe et pourquoi Volkswagen veut aussi se délocaliser là-bas. Sans parler du fait que les voitures électriques assemblées sur le territoire sont éligibles à un crédit d’impôt de 7 500 dollars.

À partir de 2024, il faudra que la moitié des composants des batteries soient aussi fabriqués aux États-Unis pour bénéficier d’un second bonus, destiné à la production des batteries. Celui-ci représente environ un tiers du coût de fabrication d’un accumulateur (45 dollars par kWh de batterie produite). On comprend mieux l’intérêt soudain de toute l’industrie pour installer des usines aux États-Unis.

De son côté, le Critical Raw Materials Act européen vise à « garantir un approvisionnement sûr, diversifié, abordable et durable » des matériaux tels que le lithium, le cobalt ou encore le nickel utilisés pour les batteries de voitures électriques. Ainsi, d’ici à 2030, au moins 40 % de la transformation des matériaux devra se faire en Europe tandis que 15 % des matériaux recyclés devront être utilisés.

Développer l’industrie propre

Un objectif qui ne devrait pas être trop difficile à atteindre, alors que Mercedes promet un taux de recyclage de 96 % de ses batteries, grâce à une nouvelle usine qui sera implantée en Allemagne. Par ailleurs, la loi sur les matières premières critiques prévoit que l’Europe ne dépende pas d’un pays tiers unique pour plus de 65% de ses importations pour chacune des dix-huit matières premières qu’elle a définies comme stratégiques.

Pour cela, plusieurs stratégies seront mises en place, comme la signature de partenariats avec des pays d’Afrique, d’Amérique Latine et du Nord, afin de réduire la dépendance à la Chine. Car pour l’heure, la production de batteries de voitures électriques se fait majoritairement dans l’Empire du Milieu. Même si certains acteurs comme CATL commencent à s’implanter ici.

L'usine CATL en Allemagne
L’usine CATL en Allemagne

Un second plan, baptisé Net-Zero Industry Act a également été présenté par la Commission européenne, présidée par Ursula von der Leyen. Celui-ci porte notamment sur la fabrication de technologies propres sur le Vieux Continent, afin de couvrir 40 % des besoins d’ici à 2030. Pour cela, les procédures seront simplifiées en ce qui concerne l’octroi de permis pour implanter des sites industriels et de financements. Plusieurs domaines devraient profiter de cette mesure, comme l’énergie solaire ou encore éolienne.

Ce qui pourrait avoir un impact direct sur les usagers de voitures électriques, avec une recharge utilisant de l’énergie plus verte. Cela réduirait ainsi les tensions sur le réseau électrique en augmentant les sources, tout en diminuant le prix de la charge. Une banque d’hydrogène devrait aussi voir le jour, alors que certains constructeurs comme Toyota et Hyundai croient à cette motorisation.

Si des subventions seront bien accordées aux entreprises qui joueront le jeu, aucun chiffre précis n’a encore été dévoilé par la Commission européenne pour l’instant, contrairement aux États-Unis. Il n’y a donc plus qu’à patienter encore quelques semaines pour en savoir plus.