Le prix du lithium dégringole : ce que ça change pour les voitures électriques

 

Ça y est ! Après des mois d'augmentation puis de stagnation, le prix du lithium nécessaire à la fabrication des batteries de voitures électriques dégringole. Mais attention, le prix reste toujours élevé. On vous explique en quoi c'est une bonne nouvelle pour les voitures électriques.

On le sait : les voitures électriques sont gourmandes en lithium. Très gourmandes même. Enfin pour le moment. Car les batteries au sodium, n’utilisant pas de lithium, arrivent à grands pas avec deux modèles en préparation en Chine. Mais pour les voitures électriques qui utilisent des batteries au lithium (LFP, NMC, NMA, etc.), le prix de cette matière première n’est pas négligeable.

Une baisse drastique du prix du lithium

Pour certaines voitures électriques, la batterie représente à elle seule 40 % du prix total du véhicule. Alors quand on sait qu’une batterie contient beaucoup de lithium et que le prix de la matière première est en train de dégringoler, on a envie de sabrer le champagne. Oui, mais il ne faut pas aller trop vite en besogne.

Comme le relève le site CnEVpost, le cours du lithium est passé d’environ 600 000 yuans (81 000 euros) la tonne à son plus haut (entre novembre et décembre 2022) à un tout petit peu plus de 300 000 yuans (40 500 euros) la tonne à l’heure actuelle (article écrit le 21 mars 2023). Un prix qui a donc été divisé par deux en l’espace de trois mois environ. Est-ce que cela signifie que le prix des batteries va être divisé par deux ? Pas si vite.

Le prix des voitures électriques divisé par deux ?

Déjà, il faut se rappeler que le prix de la tonne de lithium était d’environ 41 000 yuans (5 500 euros) la tonne en juin 2020 comme le relève le média Numerama. Soit sept fois moins qu’actuellement. Pourtant, le prix des voitures électriques n’a pas subitement chuté depuis cette date. Sauf si l’on met de côté la guerre des prix déclarée par Tesla.

Volkswagen ID. 2all.

En fait, une batterie coûte cher, très cher même. Mais elle intègre finalement assez peu de lithium. Ou plus exactement, de carbonate de lithium. Et il faut environ 600 grammes de ce métal pour produire une batterie d’une capacité d’un kWh. Pour une batterie classique de 50 kWh, il faut donc « seulement » 30 kg de matière.

Cette baisse de prix soudaine du lithium devrait donc permettre aux constructeurs de réduire les coûts de production. En divisant par deux le prix de la tonne de lithium, on s’attend à une baisse du coût de l’ordre de 1 000 euros environ. Ce n’est pas négligeable, d’autant plus que c’est le coût brut, sans prendre en compte la marge et les taxes. Pour le client final, la baisse pourrait donc être encore plus élevée.

Les prix vont continuer de chuter

En d’autres termes, il est possible que le prix des voitures électriques continuent de baisser. Le constructeur chinois Nio pense que la tonne pourrait s’établir à environ 200 000 yuans au cours de l’année 2023. Soit une baisse graduelle et continue du prix du lithium.

Surtout que ce métal est abondant sur terre (et notamment en France), et qu’il faut juste que l’industrie minière se mette en ordre de marche pour répondre à la demande. À la manière de Volkswagen qui compte se lancer dans les mines pour produire notamment sa petite ID.2 à moins de 25 000 euros.

De nombreux constructeurs ont suivi le mouvement de baisse des prix initié par Tesla, surtout en Chine ou aux États-Unis. En Europe, c’est moins le cas, mais certains laissent la porte ouverte, à l’image d’Audi qui prévoit des versions plus abordables dès cette année. Ford devrait faire pareil, grâce à l’arrivée des batteries LFP sur sa Mustang Mach-e. La future Zeekr X pourrait, elle aussi, profiter de prix en baisse grâce à un partenariat avec le géant chinois CATL.


Envie de rejoindre une communauté de passionnés ? Notre Discord vous accueille, c’est un lieu d’entraide et de passion autour de la tech.