Voitures électriques : Nissan se lance à son tour dans la guerre des prix déclarée par Tesla

 

Près d'un mois plus tard, l'incroyable baisse de prix opérée par Tesla a encore des retentissements. Désormais, c'est au tour de Nissan de faire chuter le prix de son Ariya en Chine. Ainsi, le SUV électrique perd plus de l'équivalent de 8 000 euros.

Cela fait déjà plus d’un mois que Tesla a fait drastiquement chuter les prix de ses Model 3 et Model Y, jusqu’à 13 000 euros en seulement quelques heures. Une baisse incroyable pour la marque, pourtant habituée à jouer au yo-yo avec les tarifs de ses voitures et qui avait du mal à écouler ses stocks en Chine. À tel point qu’une véritable guerre des prix a débuté, engageant de plus en plus de constructeurs.

Une forte baisse

C’est notamment le cas de Nissan. La firme ne s’était jusqu’alors pas prononcée, au contraire de plusieurs constructeurs comme Renault, Volkswagen ou encore Fisker, qui refusent de baisser leurs prix. Mais voilà qu’elle a décidé d’agir. Comme l’explique le site chinois It Home, le constructeur japonais a en effet opéré à son tour une baisse de prix sur son Ariya.

Le SUV électrique a ainsi chuté de 60 000 yuans, ce qui équivaut à 8 178 euros selon le taux de change actuel. Une sacré baisse, qui le rend alors accessible à partir de 224 800 yuans, soit environ 30 641 euros Mais attention, car cette remise ne concerne que le marché chinois. En France, il débute, pour rappel, à partir de 50 800 euros. Ainsi, il n’est pas éligible au bonus écologique de 5 000 euros.

Ariya e-4ORCE test drive on snow tracks in Andorra for e-4ORCE all seasons

Un tarif qui a alors été revu à la hausse, alors que le SUV coûtait 46 400 euros à son lancement en mars 2022, trois ans après la révélation du concept éponyme au salon de Tokyo. Ainsi, il pouvait encore prétendre à l’aide du gouvernement, qui pourrait bientôt être supprimée pour les véhicules n’étant pas assemblés en Europe. Reste à savoir si la division française prévoit d’opérer une baisse des prix sur l’Ariya.

Mais Nissan n’est pas la seule marque à avoir fait une remise uniquement en Chine. C’est également le cas de Toyota, dont le bZ4X a perdu l’équivalent de 4 117 euros selon le taux de change actuel. Chez nous, le SUV électrique, qui profite d’une garantie allant jusqu’à un million de kilomètres débute à partir de 46 900 euros, bonus écologique non déduit. Mais il n’est pour l’heure pas encore livré en France.

Une vraie guerre des prix

Mais Nissan et Toyota ne sont pas les premiers constructeurs à avoir réagi à la baisse des prix chez Tesla. C’est Xpeng qui avait ouvert la danse, en faisant drastiquement chuter celui de ses P5 et P7 ainsi que de son SUV G3, de 2 700 à 4 900 euros selon les modèles. La firme vietnamienne Vinfast avait alors emboîté le pas, annonçant des offres commerciales sur ses modèles, et notamment son VF8 à l’autonomie encore décevante.

Lucid avait également annoncé une remise sur sa Air, mais uniquement pour les clients optant pour l’offre de location longue durée, tandis que Ford a décidé de faire baisser le prix de son Mustang Mach-E. Une stratégie étonnante, alors que la marque ne prévoyait jusqu’alors pas de réduire le tarif de ses voitures, mais plutôt d’augmenter ses profits.

Ariya e-4ORCE test drive on snow tracks in Andorra for e-4ORCE all seasons

En revanche, plusieurs constructeurs refusent encore d’entrer dans le petit jeu de Tesla, à commencer par Volkswagen, bien que la firme ait annoncé sa volonté de concevoir son propre groupe motopropulseur, afin de réduire les coûts. Ainsi, cela pourrait se répercuter positivement sur les clients. De son coté, Renault a affirmé ne pas vouloir baisser le prix de ses voitures afin de préserver sa marge, bien que la marque pourrait le faire plus tard, en optant pour des batteries plus petites et moins chères.

Les marques chinoises pourraient elles aussi devenir encore plus compétitives, alors que l’entreprise de batteries CATL a lancé une offre leur permettant de profiter d’un prix fixe sur le lithium pendant trois ans. Une stratégie intéressante, alors que le coût de ce matériau ne cesse de grimper. Ainsi, les constructeurs asiatiques pourraient encore mieux rivaliser avec Tesla, qui pourrait subir l‘une des années les plus difficiles de son histoire en 2023.


Le saviez-vous ? Google News vous permet de choisir vos médias. Ne passez pas à côté de Frandroid et Numerama.