Peugeot e-208 vs Renault Zoé : laquelle est la meilleure voiture électrique ?

Deux voitures françaises pour deux philosophies un peu différentes

 

Ce sont les deux stars des voitures 100 % électriques en France : la Renault Zoé, qui en est déjà à sa deuxième génération, et la Peugeot e-208, qui a débuté sa carrière sur les chapeaux de roues en 2020. Laquelle correspond le plus à vos besoins  ? Réponse dans notre comparatif.

En vue de diminuer les émissions polluantes d’ici les prochaines années, le législateur incite les constructeurs, et par conséquent les clients, à entamer une profonde transition énergétique. Les voitures hybrides et électriques n’ont jamais été aussi nombreuses et leurs ventes ne cessent de croître, de mois en mois, notamment grâce à l’arrivée de modèles plus accessibles financièrement parlant, mais aussi grâce au renforcement des aides à l’achat caractérisé par la mise en place de bonus écologique facilitant l’achat de véhicules électriques.

En France, et même plus globalement en Europe, la star des voitures électriques, c’est la Renault Zoé. Fabriquée depuis 2012 au sein de l’usine de Flins, dans les Yvelines (78), la Zoé a eu le droit, en 2019, à une seconde génération, plus aboutie, qui rencontre depuis un joli succès. À titre indicatif, en France, en 2019, Renault a écoulé 18 217 Zoé et déjà 31 431 unités à la fin novembre 2020, soit plus que la Renault Mégane. En 2020, la Renault Zoé a surtout vu l’arrivée d’une concurrente de taille, à savoir la Peugeot e-208, la première Peugeot 100 % électrique « à volume », en ne considérant pas la Peugeot iOn comme tel. Deux voitures aux dimensions similaires et aux données techniques proches.

De son côté, la Peugeot e-208, qui est fabriquée au sein de l’usine de Trnava, en Slovaquie, s’est écoulée à 15 391 unités depuis le début de l’année, soit deux fois moins que la Renault Zoé. Un chiffre qui s’explique par quelques problèmes d’approvisionnement rencontrés cette année par la firme au Lion, mais aussi par une méconnaissance encore du grand public pour ce produit. Un produit qui est arrivé seulement cette année en concession, la 208 n’étant pas encore reconnue comme étant aussi une voiture électrique (et c’est normal, car elle se vend encore principalement en thermique) tandis que la Zoé, depuis ses débuts en 2012, a toujours été proposée en électrique.

Fiches techniques des Renault Zoé et Peugeot e-208

Modèle Renault ZOE Peugeot e-208
Catégorie Citadines Citadines
Puissance (chevaux) 135 chevaux 136 chevaux
Puissance (kw) 100 kW 100 kW
0 à 100 km/h 9.5 secondes 8.1 secondes
Niveau d'autonomie Autonomie partielle Autonomie complète
Vitesse max 140 km/h 150 km/h
OS embarqué other other
Apple CarPlay Oui Oui
Android Auto Oui Oui
Taille de l'écran principale 9.3 pouces 7 pouces
Prises côté voiture Type 2 Type 2
Longueur 4087 mm 4055 mm
Hauteur 1562 mm 1430 mm
Largeur 1384 mm 1740 mm
Prix entrée de gamme 23900 euros 32300 euros
Poids Maximal 1988 kg N/C
Fiche produit Voir le test Fiche produit Voir le test

Le style, les dimensions et le poids

Si la seconde génération de Zoé ne semble pas vraiment changer par rapport à la première, c’est une volonté de la part de la firme au losange. Il faut dire que la première Zoé est particulièrement bien dessinée et a plutôt bien vieilli. Pour la seconde génération, les designers ont revu la face avant avec un capot plus sculpté, des inserts chromés ont été ajoutés et les optiques sont maintenant à LED.

À quelques millimètres près, les dimensions de la nouvelle Zoé ne changent pas par rapport au modèle précédent, soit 4,084 mètres de longueur, pour 1,730 mètre en largeur et 1,56 mètre en hauteur. Au niveau du poids, Renault annonce une masse à vide d’environ 1500 kilos, selon les versions.

De son côté, la Peugeot e-208 a été introduite avec la deuxième génération de 208. Le style ne diffère quasiment pas d’une 208 thermique, seuls quelques éléments trahissent la présence de batteries sous le plancher comme, par exemple, une calandre spécifique ou encore quelques logos.

Du côté des dimensions, la Peugeot e-208 mesure 4,055 mètres en longueur, 1,745 mètre en largeur et 1,430 mètre en hauteur. Son poids à vide se situe aux alentours de 1455 kilos, là aussi en fonction des versions et des équipements. La Peugeot est donc légèrement plus courte que la Renault (- 3 centimètres), légèrement plus large (+ 1,5 centimètre) et beaucoup moins haute (- 13 centimètres).

L’intérieur, le confort et l’habitabilité

C’est le jour et la nuit pratiquement entre une Zoé de première génération et la seconde. La nouvelle Zoé est nettement mieux finie et s’approche des nouveaux standards de Renault avec des matériaux de meilleure qualité et des assemblages mieux réalisés. Il y a encore quelques plastiques bas de moyenne qualité, mais rien de rédhibitoire.

Ce qui est plus dommageable en revanche, c’est la position de conduite façon chaise d’arbitre de tennis, avec une assise très haute et le volant dans les genoux. En ce qui concerne l’habitabilité, les places à l’arrière sont relativement confortables et permettent d’accueillir deux adultes sans trop de soucis. En ce qui concerne le coffre, Renault annonce 338 litres et un espace sous le plancher du coffre pour y loger les câbles de recharge.

 

Du côté de la Peugeot e-208, là aussi c’est plutôt qualitatif à l’intérieur, avec la présence du fameux i-Cockpit inauguré sur la Peugeot 308 en 2013. Le petit volant donne une impression de dynamisme, mais, suivant les gabarits, le haut du volant pourrait gêner la visibilité du combiné d’instrumentation. En revanche, du côté de la position de conduite, c’est plutôt pas mal pour une voiture électrique, dommage que la position du volant ne soit vraiment pas optimale pour tout le monde.

N’hésitez pas à vous rendre en concession pour constater si cette position particulière peut vous convenir. La Peugeot e-208 fait en revanche moins bien concernant le volume du coffre avec une contenance de 311 litres, et surtout l’absence de rangement sous le plancher pour y loger les câbles.

Technologies embarquées

Concernant les technologies, ce n’est pas l’apothéose ni chez l’une, ni chez l’autre. Les principales technologies d’aides à la conduite étant encore réservées principalement au segment du dessus. Néanmoins, la Renault Zoé se défend bien avec. Dès le deuxième niveau de finition « Zen », on retrouve l’alerte de franchissement de ligne, l’assistant de maintien dans la voie ou encore la reconnaissance des panneaux de signalisation. Il faudra passer sur les finitions supérieures pour la surveillance des angles morts ou encore l’aide au stationnement avant et arrière avec la caméra de recul.

De série, la Renault Zoé est proposée avec un écran de sept pouces et la compatibilité avec Apple CarPlay et Android Auto. Il faudra passer sur le troisième niveau de finition « Intens » pour avoir le GPS et le quatrième niveau « Intens + » pour avoir un écran de 9,3 pouces. Dans les deux cas, l’écran n’est pas très réactif et les usagers préfèrent largement utiliser Apple CarPlay et Android Auto.

L’écran tactile de la Renault Zoé

L’écran tactile de la Renault Zoé // Source : Renault France

La Peugeot e-208 suit les traces de la Zoé, mais Peugeot en offre un peu plus dès le premier niveau de finition grâce à la reconnaissance des panneaux et le « Pack Safety », qui regroupe le freinage automatique d’urgence, l’alerte active de changement de voie ou encore l’alerte sur l’attention du conducteur. Les finitions supérieures ajoutent quelques éléments, comme les radars avant et arrière, la caméra de recul, et même la conduite semi-autonome de niveau 2 pour la finition « GT » qui mêle le régulateur de vitesse adaptatif, surveillance des angles morts et le maintien dans la voie.

La Peugeot e-208 est, de base, livrée avec un écran tactile capacitif de sept pouces compatible avec Apple CarPlay et Android Auto. Un écran de dix pouces est disponible à partir de la finition « GT-Line » avec quatre ports USB à l’avant et deux à l’arrière. L’écran est, comme la Zoé, loin d’être un modèle de réactivité, peut-être même pire encore. Comme la Renault Zoé, dès l’entrée de gamme, la Peugeot e-208 propose un système d’instrumentation numérique. Les deux modèles proposent aussi un chargeur à induction pour smartphone, en option à 100 euros sur la Peugeot et à 150 euros sur la Renault.

L’écran de la Peugeot e-208

L’écran de la Peugeot e-208 // Source : Peugeot France

Sur la route

Quand la Renault Zoé joue la carte du confort, la Peugeot e-208 préfère celle du dynamisme. La Zoé met clairement l’accent sur le confort de conduite avec un amortissement assez souple et une direction légère, le tout combiné à une assise plutôt confortable. Elle ne sera pas ridicule quand il faudra hausser le rythme, même si ce créneau est réservé à la Peugeot e-208, plus tranchante, avec un châssis mieux réglé pour les balades rythmées, des suspensions plus fermes, une direction incisive et des mouvements de caisse mieux maîtrisés que sur la Zoé.

Là encore, en matière de confort, la Peugeot e-208 n’est pas mauvaise. C’est plutôt le bon compromis même si, dans l’ensemble, elle se débrouille un peu mieux sur la route que la Zoé à nos yeux, notamment grâce à son fameux « toucher de route » si cher à Peugeot depuis des décennies et qui fait encore effet aujourd’hui, même dans une voiture électrique.

En ce qui concerne la transition entre freinage régénératif et freinage par friction, des deux côtés ce n’est pas trop perceptible, ce qui évite d’avoir une pédale trop souple en début de course et trop brusque à mi-course. Pour le coup, certaines voitures électriques du segment supérieur sont largement moins bien réglées à ce niveau que nos deux protagonistes. D’une manière générale, pour vous faire un avis plus précis sur ces deux modèles, n’hésitez pas à les essayer en concession et à consulter nos essais complets de la Peugeot e-208 et de la Renault Zoé.

Les motorisations

La Renault est proposée avec deux motorisations différentes, à savoir le modèle R110 qui propose 108 chevaux et 225 Nm, et la R135 avec 135 chevaux et 245 Nm. Pour le premier moteur, le 0 à 100 km/h est expédié en 11,4 secondes et la vitesse maximale est de 135 km/h. Pour le second, le 0 à 100 km/h réclame 9,5 secondes et la vitesse maximale est limitée à 140 km/h. Vous l’aurez compris, la différence n’est pas forcément flagrante, même derrière le volant.

La Peugeot e-208 est proposée avec une seule motorisation de 136 chevaux et 260 Nm de couple. Il y a néanmoins une petite subtilité avec les modes de conduite, car la puissance diffère en fonction de celui qui est activé. Les 136 chevaux sont uniquement disponibles en mode « Sport ». La voiture disposera de 109 chevaux en mode « Normal » et 82 chevaux en mode « Eco ». Peugeot annonce un 0 à 100 km/h abattu en 8,1 secondes et une vitesse maximale de 150 km/h. En termes d’agrément, c’est un peu mieux que la Zoé.

Autonomie, batterie et recharge

La Renault Zoé est dotée d’une batterie d’une capacité utile de 52 kWh. La batterie est garantie huit ans ou 160 000 kilomètres. Le pack batterie autorise jusqu’à 395 kilomètres d’autonomie en cycle WLTP. En usage réel, Renault communique sur environ 380 kilomètres en été et 250 kilomètres en hiver. Ces données peuvent varier de plusieurs kilomètres en fonction des usages et des équipements embarqués. Intégré derrière le logo, le port de charge de la Renault Zoé est conforme au protocole Combo CCS.

D’une capacité de 22 kW, le chargeur embarqué est ainsi complété par une possibilité de recharge en Combo allant jusqu’à 50 kW. Précisons toutefois que le connecteur Combo est une option et est facturé 1000 euros. Pour une recharge de 0 à 80 %, Renault annonce 1h05 sur une borne rapide de 50 kW et 4h30 sur une Wallbox triphasée de 11 kW. Il faudra compter environ 15h sur une prise renforcée Green’up de 3,7 kW et 25h30 sur une prise domestique classique de 2,3 kW.

La Peugeot e-208 est équipée d’une batterie de 50 kWh (46 kWh utiles). La batterie est garantie 8 ans et 160 000 kilomètres pour 70 % de sa capacité de charge. Elle autorise jusqu’à 340 kilomètres d’autonomie en cycle WLTP. En conditions réelles, on est plutôt autour de 260 kilomètres en usage mixte, plus de 300 en milieu urbain, mais la Peugeot e-208 fait moins bien que la Zoé, car elle consomme aussi plus d’énergie, et c’est là son principal pont faible. Difficile de faire plus de 200 kilomètres sur autoroute en une seule charge avec la Peugeot, tandis que la Renault Zoé autorise quasiment 60 kilomètres de plus.

Intégré au niveau de l’aile arrière gauche, le port de charge de la Peugeot e-208 est conforme au protocole Combo CCS. La Peugeot e-208 associe un chargeur embarqué de 7 kW à un système de charge rapide capable de tolérer jusqu’à 100 kW (DC, courant continu). En option à 300 euros, il est possible d’opter pour un chargeur embarqué de 11 kW (AC, courant alternatif triphasé).

Pour une recharge de 0 à 80 %, Peugeot annonce 30 minutes sur une borne rapide de 100 kW et 4h30 sur une Wallbox triphasée de 11 kW. Il faudra compter environ 15h sur une prise renforcée Green’up de 3,7 kW et 25h30 sur une prise domestique classique de 2,3 kW. De ce côté, difficile de départager les deux modèles, hormis sur une borne rapide où la Peugeot e-208 aura un avantage sur la Zoé.

Les prix

Les deux modèles sont éligibles au bonus écologique mis en place par le gouvernement français. Leurs tarifs ne dépassant pas 45 000 euros, même avec toutes les options. Tous les modèles de Renault Zoé et Peugeot e-208 sont donc concernés par le bonus maximum de 7000 euros jusqu’au 30 juin 2021, dans une limite de 27 % du prix TTC. À partir de cette date, le bonus diminuera de 1000 euros pour atteindre 6000 euros. Depuis peu, le gouvernement a aussi instauré un bonus de 1000 euros pour l’achat d’un véhicule électrique d’occasion de plus de deux ans, mais nos deux protagonistes étant des modèles récents, ils ne sont pas concernés pour le moment.

La Renault Zoé R110 s’échange, hors bonus, à partir de 32 300 euros en finition Life, selon le site officiel. Comptez environ 34 000 euros pour une Renault Zoé R110 en finition milieu de gamme « Zen ». De son côté, la Peugeot e-208 s’échange à partir de 32 700 euros, hors bonus toujours, et jusqu’à 36 000 euros pour le haut de gamme « GT », mais il y aura encore quelques options à ajouter. Pour un modèle milieu de gamme « Allure » et quelques options, il faudra compter environ 35 500 euros.

En ce qui concerne les modalités de location avec option d’achat (LOA) ou non (LLD), les deux modèles sont au coude-à-coude avec des tarifs qui oscillent, en fonction de la durée, de l’apport et du kilométrage, entre moins de 200 euros et légèrement plus de 400 euros. À conditions équivalentes, la Peugeot e-208 est plus avantageuse d’une dizaine d’euros environ par mois.

Laquelle est la meilleure voiture électrique ?

La Renault Zoé a en face d’elle une sérieuse concurrente qui fait une entrée remarquée sur son segment. Difficile de dire quelle est la meilleure voiture électrique des deux, la Zoé misant avant tout sur le confort et la e-208 sur le dynamisme. La Renault bénéficie d’une technologie plus éculée qui lui permet de faire plus de kilomètres avec une seule charge et de mieux gérer ses consommations. La Peugeot e-208 ne fait pas figure de mauvaise élève à ce sujet, mais l’autonomie annoncée de 340 kilomètres pourrait décevoir certains clients.

Concernant la recharge, Renault propose « seulement » 50 kW en capacité maximale contre 100 kW pour la e-208. Renault justifie ce choix pour deux choses : préserver la batterie et, surtout, rares sont les clients qui vont utiliser des bornes rapides pour recharger des citadines électriques, des modèles qui ne sortiront que très rarement des agglomérations. Difficile donc de départager ces deux voitures. Nous nous orientons plutôt vers un match nul avec des avantages et des inconvénients des deux côtés, la Renault Zoé étant, à nos yeux, une meilleure voiture électrique que la Peugeot e-208, tandis que la Peugeot e-208 est plus sympa à conduire que la Zoé.

Les derniers articles