Trump, Android 8.0 Oreo, 4G illimitée, KRACK… ce qu’il faut retenir en 2017 de l’actualité tech

 

L’année 2017 est un bon cru pour le marché de la téléphonie mobile et des nouvelles technologies en générale. On a vu se dégager certaines tendances marquantes qui ont marqué l’année au travers de l’actualité. Voici un bilan chronologique de l’année en 12 évènements marquants.

Janvier : Trump fait réagir la Silicon Valley

Donald Trump a été élu en 2016, mais n’est entré en fonction que le 20 janvier 2017. Moins de dix jours plus tard, il prenait des mesures radicales pour limiter l’immigration sur le sol américain, interdisant l’entrée sur le territoire pendant 90 jours aux citoyens de l’Iran, du Soudan, de la Syrie, de l’Irak, de la Libye, de la Somalie et du Yémen.

Si le sujet en lui-même n’a rien de « tech », il a provoqué une levée de boucliers de la part des géants de la Silicon Valley, et notamment de Mark Zuckerberg, qui indique que ses grand-parents sont venus d’Allemagne, d’Autriche et de Pologne, et dont la femme, Priscilla, est une fille de réfugiés chinois et vietnamiens. De son côté, Sundar Pichai, le PDG de Google, a appelé ses équipes à rentrer au plus vite aux États-Unis pour ne pas se retrouver coincés en dehors du pays et a rapidement créé un fond de 4 millions de dollars pour lutter contre le décret de Trump et protéger ceux qui seraient impactés par cette mesure.

 

Février : le retour de Nokia au MWC

Comme chaque année, février sonne le coup d’envoi du Mobile World Congress, salon dédié à la téléphonie mobile. En 2017, contre toute attente, la star de l’évènement n’était pas un smartphone ultra haut de gamme aux performances hallucinantes, mais le descendant du Nokia 3310. Et oui, on a été déçus. Mais en dehors de cette énorme déception, c’était également l’occasion pour la marque finlandaise de revenir sur le devant de la scène avec de très bons smartphones sous Android, les Nokia 3, 5 et 6, qu’on aura attendu plusieurs mois avant qu’ils ne soient disponibles.

Parallèlement à cela, au salon de Barcelone, c’est finalement LG qui a le plus brillé avec la présentation de son G6 à l’écran borderless proposant une technologie HDR Dolby Vision. Malheureusement, ce n’était pas suffisant pour rendre cette édition excitante.

 

Mars : Samsung lance son Galaxy S8

Un mois après le Mobile World Congress, Samsung a dévoilé les Galaxy S8 et S8 Plus, premiers smartphones à profiter réellement d’un processeur Qualcomm Snapdragon 835 (ou équivalent Exynos gravé à 10 nm). La réaction est immédiate : « wahou ». Avec son écran « Infinity Display », le nouveau-né sud-coréen aura réussi à nous impressionner dès le premier regard. Il faut dire qu’il est alors beaucoup plus sexy que le G6 de LG ou le Mi MIX de Xiaomi, alors les principaux représentants du borderless.

Il faut dire que c’est un changement majeur dans l’histoire de la marque, avec un nouveau design qui modifie par la même occasion la philosophie de l’utilisation du téléphone, notamment par la suppression du bouton physique à l’avant de l’appareil, remplacé par une barre de navigation tactile et un capteur d’empreintes positionné à l’arrière. Mal positionné d’ailleurs. Un défaut qui sera plus tard repris sur le Galaxy Note 8.

 

Avril : les quotas de data sont revus à la hausse

Fin mars, Free lançait un forfait avec 4G illimitée pour les abonnés Freebox, les autres ayant alors droit à 100 Go, une enveloppe déjà très généreuse. Si SFR a réagit dans la foulée avec une offre Family, ce n’est qu’en avril que l’on a vu des répercussions chez le reste de la concurrence, avec d’abord une énorme hausse des quotas internet chez Bouygues Telecom et B&You, puis c’est Orange qui a surenchérit en doublant l’enveloppe data sur les forfaits Sosh.

À quelques mois de la tombée des frais d’itinérance en Europe, c’était un joli coup de la part de Free qui a réussi à donner une nouvelle fois un gros coup de pied dans la fourmilière et à faire avancer les choses dans le sens du consommateur. Un mois plus tard, on voyait déjà arriver des factures à plus d’1 To.

 

Mai : le créateur d’Android lance son nouveau smartphone

Andy Rubin était l’un des créateurs d’Android avant même que le système ne se retrouve sous le giron de Google. Lorsque cette figure iconique a annoncé travailler sur un nouveau smartphone capable d’être à la fois révolutionnaire tout en conservant l’héritage du petit robot vert, les fans se sont rapidement excités, les yeux plein d’étoiles. Et en mai, c’était une réalité, Andy Rubin présentait l’Essential Phone, un smartphone borderless et modulaire tournant sous une version pure d’Android. Un téléphone au design étrange, mais qui ne laisse pas indifférent.

Et pourtant, il s’est avéré un peu décevant. Indisponible en France, trop cher (le prix a d’ailleurs rapidement chuté), mais surtout trop long à être commercialisé, l’Essential Phone n’a pas eu l’écho que la marque espérait. Mais peut-être que la seconde génération saura nous séduire.

 

Juin : OnePlus lance son nouveau flagship killer

Le 20 juin, OnePlus dévoilait le OnePlus 5, son nouveau flagship aux caractéristiques et au prix revus à la hausse. Un pari qui pouvait s’avérer risqué, mais qui a finalement payé puisque le smartphone a reçu un excellent accueil critique et commercial. Nous avons même pris le risque de le sacrer « smartphone de l’année » six mois avant la fin de celle-ci, ce qui n’était apparemment pas volé puisque vous avez également voté en masse pour l’élire meilleur smartphone haut de gamme de 2017.

Cette variante « Castelbajac » du OnePlus 5 n’aura pas marqué grand monde

Cette variante « Castelbajac » du OnePlus 5 n’aura pas marqué grand monde

Pourtant, les débuts du téléphone n’ont pas été de tout repos et le OnePlus 5 a été au centre d’un certain nombre de polémiques, que ce soit la triche remarquée dans les benchmarks ou l’effet élastique de l’écran, jugé normal par la marque.

 

Juillet : Tesla finalise sa présentation de la Model 3

Annoncée en 2016, la Tesla Model 3 est la voiture censée réellement démocratiser les voitures électriques en rendant la technologie à la fois sexy et accessible. On connaissait déjà ses principales caractéristiques techniques et son apparence extérieure, mais il manquait néanmoins quelques informations, à commencer par le design intérieur. En juillet, la firme d’Elon Musk a enfin levé le voile sur sa future voiture en présentant son habitacle ultra minimaliste.

La tableau de bord se compose d’un simple écran de 15 pouces, d’une planche de bord et d’un volant très épurés. Mais c’est surtout le prix qui a été révélé : à partir de 35 000 dollars !

 

Août : Google lance Android 8.0 Oreo

Après plusieurs mois de Developer Preview, Google a finalement lancé Android 8.0 Oreo en août, révélant par la même occasion le nom officiel de cette nouvelle version du système d’exploitation mobile. Bien qu’il s’agit pour certains d’une déception en raison du peu de changements visuels, cette mouture apporte tout de même son lot de nouveautés, notamment en termes de sécurité et d’ergonomie, sans compter Treble qui n’a pas encore eu l’occasion de réellement tenir ses promesses.

Cette nouvelle itération est cependant importante pour Android. Elle apporte en effet une nouvelle architecture qui devrait non seulement accélérer le processus de mises à jour à l’avenir, mais aussi régler certains problèmes techniques. On peut également espérer d’autres bonnes surprises à l’avenir grâce à cela, notamment en terme de personnalisation.

 

Septembre : Apple lance l’iPhone X et sa reconnaissance faciale

Comme tous les ans, le mois de septembre est laissé à Apple, véritable rouleau compresseur qui terrifie les autres constructeurs, ces derniers évitant tant que faire se peut d’affronter en direct la pomme. Et cette année était tout particulièrement spéciale pour la firme de Cupertino pour 2017 signe les 10 ans de son iPhone. Une bonne occasion pour dépoussiérer sa gamme et proposer enfin quelque chose de réellement nouveau : l’iPhone X !

Vendu 350 plus cher que l’iPhone 8, l’iPhone X se démarque par son écran OLED coupé sur le haut, son design borderless, mais aussi et surtout la disparition de son capteur d’empreintes au profit d’un système de reconnaissance faciale pointue baptisé Face ID. Et plus que pour la sécurité, si Apple a particulièrement appuyé sur ce point lors de la conférence d’annonce, c’est pour parler des Animojis, cette technologie révolutionnaire qui permet ENFIN de faire parler un émoji Poop. Depuis le temps que l’on attendait ça !

 

Octobre : la faille Krack fait trembler le Web

Imaginez une faille capable de toucher à peu près n’importe quel appareil connecté à internet en WiFi, qu’il s’agisse d’un ordinateur, d’un smartphone, d’une tablette ou d’un autre appareil électronique. C’est la menace qui s’est abattue sur tous les réseaux sans fil en octobre avec la faille KRACK. Un problème de sécurité d’autant plus grave qu’il doit être corrigé de bout en bout pour sécuriser complètement les données de l’utilisateur. Si votre smartphone n’est pas vulnérable, mais que votre routeur l’est, alors KRACK !

Le mois d’octobre était donc un enchaînement de constructeurs garantissant que leurs produits étaient sécurisés. Google, Xiaomi, Apple, pour ne citer qu’eux, y sont tous allé de leur petit communiqué pour dire que #NotAllOEM.

 

Novembre : Wiko épinglé pour son indiscrétion

Cocowiko ! La marque française a réussi à monopoliser l’attention en fin d’année, mais malheureusement pas pour les meilleures des raisons. Au sortir de la crise de la faille KRACK, Wiko s’est fait épinglé par un ingénieur pour ses indiscrétions. Le problème ? Des trackers au sein de certains de ses smartphones qui communiquent à l’insu des utilisateurs avec des serveurs situés en Chine en diffusant, en clair, des données plus ou moins confidentielles.

Le constructeur a rapidement réagi en réduisant par exemple les données récoltées par ses différents trackers. Des mesures cependant jugées insuffisantes par la Cnil. La bonne volonté de la marque marseillaise aurait été certainement plus crédible si moins de 10 jours plus tard une autre énorme faille de sécurité n’avait pas été découverte sur un autre appareil de la marque, écornant un peu plus l’image du constructeur sino-français.

 

Décembre : Apple bride la puissance des iPhone pour sa batterie

Certains utilisateurs d’iPhone ont remarqué un regain de performances de leur smartphone après avoir changé la batterie de leur précieux appareil. De quoi mettre la puce à l’oreille de certains qui ont donc pu confirmer que Apple bride les performances de ses terminaux dans certaines conditions. Ces conditions sont généralement liées à la batterie, afin de garantir un certain niveau d’autonomie, ce qui réduit les performances du téléphone à long terme.

L’information a été confirmée par Apple, ce qui n’est pas du goût de tout le monde. En effet, la société de Cupertino a été poursuivie en justice par des américains, et une plainte collective a été déposée en France. À croire que l’honnêteté de la firme sur le sujet ne sera pas récompensée. Il aurait peut-être été plus sage de prévenir l’utilisateur AVANT de modifier les performances de son appareil. Le 28 décembre, Apple s’excuse et baisse le prix du remplacement de la batterie de l’iPhone. Une réponse historique pour Apple qui prend la décision de classer la batterie du smartphone en tant que bien consommable.

Les derniers articles

  • Disney+ s’invite sur les Google Nest Hub

    Google

    Disney+ s’invite sur les Google Nest Hub

    23 septembre 202023/09/2020 • 12:51