General Motors : ses vélos électriques ARĪV n’arriveront jamais sur le marché

Ce sont des choses qui arrivent

 

Fortement touché par la crise du coronavirus (Covid-19), General Motors a décidé de mettre un terme à son projet de vélos électriques ARĪV. Les deux modèles présentés l’année dernière ne verront donc jamais le jour.

ARĪV Meld et ARĪV Merge, les deux vélos électriques de General Motors // Source : General Motors

En février 2019, le géant de l’automobile General Motors surprenait son monde en révélant non pas un, mais deux vélos électriques estampillés ARĪV. À l’époque, seuls trois pays européens étaient concernés par ce nouveau projet, que sont la Belgique, les Pays-Bas et l’Allemagne. Le constructeur automobile avait même communiqué une grille tarifaire, fixée à 2800 euros pour le compact ARĪV Meld, et 3400 euros pour le pliable ARĪV Merge.

Des vélos prometteurs sur le papier

Prometteur sur le papier, le binôme bénéficiait à l’époque d’une autonomie de 64 kilomètres et d’un petit attirail technologique des plus intéressants (Quad Lock avec port USB, connexion Bluetooth, application mobile). L’un des journalistes de The Verge, en la personne de Thomas Ricker, avait eu la chance de les tester, pour des résultats plus que concluants.

Le vélo électrique pliable ARĪV Merge // Source : General Motors

Problème : ce binôme électrifié ne connaîtra jamais les joies d’une commercialisation. Bien au contraire. Les prototypes jusque-là produits devraient même rester au placard, General Motors ayant décidé d’abandonner ce projet durable, comme le révèle The Verge. En cause : la crise sanitaire et économique causée par le coronavirus (Covid-19).

GM, touché mais pas coulé

La pandémie n’a pas été tendre avec la firme d’outre-Atlantique, dont les pertes s’élèvent à 1,4 milliard de dollars en trois mois. Heureusement pour eux, le premier trimestre 2020 s’est soldé par un bénéfice net de 294 millions de dollars, ce qui ne suffirait visiblement pas pour poursuivre le développement des deux-roues ARĪV.

« Ariv a permis à General Motors de récolter des informations importantes sur la micromobilité, et nous prévoyons de les utiliser au profit de l’innovation future », a déclaré Brian Tossan, directeur de l’innovation mondiale de GM, sur un ton optimiste. L’heure n’est pas non plus à la fête au sein du groupe, également contraint de fermer son service d’autopartage Marven, conséquence là encore du Covid-19.

Les derniers articles